Français | عربي | English

Accueil > Grandes Figures de l’Islam > Les Compagnons du Prophète > `Abd Allâh Ibn Jahsh

`Abd Allâh Ibn Jahsh

samedi 18 mai 2002

`Abd Allâh Ibn Jahsh était l’un des cousins du Prophète et sa sœur, Zaynab Bint Jahsh était également l’une des épouses du Prophète. Il fut le premier à diriger une expédition musulmane.

`Abd Allâh Ibn Jahsh se convertit à l’Islam avant l’arrivée du Prophète — paix et bénédictions sur lui — à la Maison d’Al-Arqam qui devint par la suite le point de rencontre, l’école et le refuge des premiers musulmans. Il fut par conséquent l’un de tous premiers à accepter le Message.

Lorsque le Prophète — paix et bénédictions sur lui — autorisa ses compagnons à émigrer vers Médine afin de fuir la persécution des Qurayshites, `Abd Allâh Ibn Jahsh était le deuxième à partir, précédé par Abû Salamah. L’émigration n’était pas une expérience nouvelle pour `Abd Allâh. Lui et quelques membres de sa famille avaient déjà migré vers l’Abyssinie. Néanmoins, cette fois l’émigration
allait s’opérer à une bien plus grande échelle. Famille proche ou éloignée, hommes, femmes et enfants, tous étaient du voyage. En fait, c’était tout son clan, converti à l’Islam qui l’accompagnait.

Il régnait une atmosphère de désolation sur La Mecque quand ils quittèrent la ville. Les maisons semblaient tristes à croire que personne n’y avait jamais vécu auparavant. Plus aucun bruit ne s’échappait des murs silencieux.

Le clan de `Abd Allâh était parti depuis peu lorsque les chefs Qurayshites alertés quadrillèrent les quartiers de la ville afin de savoir qui était parti et qui était resté. Parmi ces chefs, se trouvaient Abû Jahl et Utbah Ibn Rabi`ah. Utbah frappait aux portes des maisons des Banû Jahsh et criait :

" Les maisons des Banu Jahsh se sont vidées et elles pleurent leurs occupants.
- Qui étaient ces gens après tout, répondit Abû Jahl avec dérision, pour que leurs maisons les pleurent."

Il s’appropria la maison de `Abd Allâh Ibn Jahsh, la plus belle et la plus riche des demeures. Il se servit librement dans ce qu’elle contenait tel un roi dans sa cour.

Plus tard, `Abd Allâh Ibn Jahsh apprit qu’Abû Jahl avait pris possession de ses biens et le mentionna au Prophète — paix et bénédictions sur lui — qui répondit : " N’es-tu pas satisfait, O `Abd Allâh, de la maison au Paradis qu’Allâh t’a donnée en échange ? "

`Abd Allâh Ibn Jahsh venait tout juste de s’installer à Médine. À peine venait-il de goûter au calme et à la paix sous la protection des Ansars qu’il eut à s’exposer au test le plus éprouvant de toute sa vie et à accomplir la mission la plus difficile depuis sa conversion.

Le Prophète — paix et bénédictions sur lui — assigna à huit de ses compagnons, dont `Abd Allâh Ibn Jahsh et Sa`d Ibn Abî Waqqâs la toute première mission militaire.

" Je nomme commandant celui d’entre vous qui est le plus endurant face à la faim et à la soif", dit le Prophète en tendant l’étendard à `Abd Allâh Ibn Jahsh. Ce geste fit de lui le premier émir d’un contingent de croyants.

Le Prophète — paix et bénédictions sur lui — lui donna des instructions précises sur la route à suivre. Il lui remit également une lettre que `Abd Allâh ne devait lire qu’au bout du deuxième jour de voyage.

Obéissant aux ordres du Prophète, `Abd Allâh regarda le contenu de la lettre après les deux jours de voyage. Elle disait : " Quand tu auras lu cette lettre, continuez à avancer jusqu’à atteindre un endroit appelé Nakhlah entre At-Ta’if et la Mecque. De là, observez les Qurayshites et rassemblez un maximum d’informations sur eux.". "A tes ordres, O Prophète de Dieu ", s’exclama `Abd Allâh quand il eut terminé la lecture de la lettre.

Il fit part à ses compagnons du contenu de la lettre : " Le Prophète nous commande de nous diriger vers Nakhlah afin d’observer les Qurayshites et d’en apprendre un maximum de choses sur eux. Il m’a également ordonné de ne pas emmener avec moi quiconque serait opposé au but de cette expédition. Celui qui souhaite mourir en martyr et est complètement d’accord avec cette expédition peut m’accompagner. Quant à ce lui qui n’est pas d’accord, il peut repartir sans qu’aucun reproche ne lui soit fait."

" À tes ordres, O Messager d’Allâh, répondirent-ils tous. Nous irons avec toi `Abd Allâh, où que le Prophète ait ordonné d’aller. "

Le groupe poursuivit sa route jusqu’à Nakhlah, où ils se déplaçaient entre les cols des montagnes à la recherche d’informations sur les mouvements des Qurayshites. Ils virent ainsi au loin une caravane qurayshite. Quatre hommes : Amr Ibn Al-Hadrami, Hukm Ibn Jaysan, `Uthmân Ibn `Abd Allâh et son frère Mughirah escortaient les marchandises ; des peaux, des raisins secs et d’autres produits du commerce de quraysh.

Les Compagnons se consultèrent. C’était le dernier jour des mois sacrés. " Si nous les tuons, s’accordèrent-ils, nous violerions les mois sacrés et nous nous exposerions à la colère de tous les Arabes. Si nous attendons que ce dernier jour s’écoule sans rien faire, ils auront le temps d’atteindre La Mecque et seront alors hors d’atteinte."

Après réflexion, ils conclurent de s’attaquer à la caravane et de s’emparer de la marchandise qu’elle transportait. Deux hommes furent faits prisonniers, un fut tué et le dernier réussit à s’échapper.

`Abd Allâh Ibn Jahsh et ses hommes emportèrent à Médine les deux prisonniers et le butin. Ils allèrent trouver le Prophète et lui racontèrent ce qu’il s’était passé. Le Prophète fut très contrarié et condamna fermement leur initiative.

" Par Allâh, je ne vous ai pas demandé de vous battre. Je souhaitais simplement que vous rassembliez des informations sur les Qurayshites et que vous observiez leurs mouvements. " Il gracia les deux prisonniers et ne toucha pas au butin.

`Abd Allâh Ibn Jahsh et ses hommes comprirent alors qu’ils étaient tombés dans la disgrâce et que leur désobéissance au Prophète leur vaudrait la ruine.

Le poids de leur erreur se fit encore plus lourd dès lors que leurs autres frères musulmans les évitaient et les désignaient comme étant "ceux qui avaient désobéi au Prophète".

Leur déconfiture augmenta quand ils apprirent que les Qurayshites avaient pris l’incident pour prétexte afin de discréditer le Prophète et le dénoncer auprès des autres tribus. Ils disaient : " Muhammad a profané le mois sacré. Il a versé notre sang, il a volé nos richesses et a capturé nos hommes. "

Imaginez la tristesse que `Abd Allâh Ibn Jahsh et ses compagnons éprouvaient, sans parler de l’embarras dans lequel ils avaient mis le Prophète.

Ils étaient amèrement tourmentés et l’agonie leur pesait lourdement. Enfin, Allâh, Loué soit-Il, révéla au Prophète qu’Il était satisfait de ce qu’ils avaient fait. Quelle ne fut pas leur joie à la révélation de cette bonne nouvelle ! On venait les embrasser et les féliciter tout en récitant ce que le Coran a dit de leur acte.

"Ils t’interrogent sur le fait de faire la guerre pendant les mois sacrés. - Dis : ‹Y combattre est un péché grave, mais plus grave encore auprès d’Allâh est de faire obstacle au sentier d’Allâh, d’être impie envers Celui-ci et la Mosquée sacrée, et d’en expulser ses habitants. L’association est plus grave que le meurtre.› " (Sourate Al-Baqarah 2, verset 212)

Ces versets bénis rassurèrent le Prophète. `Abd Allâh Ibn Jahsh et ses compagnons avaient retrouvés son agrément. Le Prophète — paix et bénédictions sur lui — prit possession des produits de la caravane et exigea des rançons pour les prisonniers. L’expédition de `Abd Allâh marqua certainement les débuts de la communauté musulmane…

S’ensuivit la bataille de Badr, à laquelle `Abd Allâh Ibn Jahsh participa et où il fut une fois encore éprouvé. Sa foi n’en demeura pas moins égale et constante.

De la bataille d’Uhud, on retiendra une histoire inoubliable qui impliqua `Abd Allâh Ibn Jahsh et son ami Sa`d Ibn Abî Waqqâs. Laissons Sa`d nous en faire le récit :

" Pendant la bataille, `Abd Allâh me demanda : " N’invoques-tu pas Allâh ? " Je lui répondis que oui. Nous nous mîmes de côté et je priais : " O Seigneur ! Quand je rencontrerai l’ennemi, fasse que ce soit un homme d’une force et d’une hargne immense. Accorde-moi la victoire sur lui. Fasse que je le tue et que j’obtienne son butin ! " À mon invocation, `Abd Allâh dit Amin et pria ensuite : " Puisses-Tu faire de moi un homme de haut rang et d’une force sans pareille. Je me battrai pour Toi, O Seigneur quand l’ennemi se battra contre moi. Il me prendra, me tranchera nez et oreilles et lorsque je Te rencontrerai Tu diras : " Pourquoi t’a-t-on coupé le nez et les oreilles ? " Je répondrai alors : " Pour Toi et pour Ton Prophète. " Et là Tu diras : " Tu as dis vrai "…

Sa`d poursuit l’histoire : L’invocation de `Abd Allâh Ibn Jahsh valait mieux que la mienne. Je le trouvai à la fin de la journée. Il était mort et mutilé, son nez et ses oreilles attachés à un arbre plus loin."

Allâh répondit à la prière de `Abd Allâh Ibn Jahsh et lui offrit la bénédiction de mourir en martyr (le martyre), tout comme Il l’avait accordée à son oncle, Hamzah Ibn `Abd Al-Muttalib. Le noble Prophète — paix et bénédictions sur lui — les enterra ensemble dans une même tombe. Il versa ses larmes pures sur cette terre, terre de martyre.

P.-S.

Traduit de "Companions of The Prophet", Vol. 1, de Abdul Wâhid Hâmid.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.