Français | عربي | English

Accueil > Grandes Figures de l’Islam > Scientifiques > Jâbir Ibn Hayyân

Jâbir Ibn Hayyân

Un grand chimiste

vendredi 5 juillet 2002

Jâbir Ibn Hayyân, connu au Moyen-Age sous le nom de l’alchimiste Geber,
est réputé comme étant le Père de la Chimie. Son nom
entier est Abû Mûsâ Jâbir Ibn Hayyân. Il s’est établi
comme un scientifique de premier plan en exerçant la médecine et
l’alchimie à Al-Koufah (Irak) vers 776 après J.-C. Au cours de sa
jeunesse, il était sous la protection du Ministre Barmaki, pendant le Califat
abbasside de Haroun Ar-Rachid. Jâbir mourut en 803 après J.-C.

La contribution majeure de Jâbir (ou Geber) s’est faite en Chimie. Il
est célèbre pour avoir rédigé plus de cent traités
monumentaux dont vingt-deux ont trait à la chimie et à l’alchimie.
Il introduisit la méthode expérimentale en alchimie (mot dérivant
du terme arabe al-kîmiâ), donnant ainsi l’élan à
la Chimie moderne. Jâbir mit l’accent sur l’expérimentation et
sur le développement de méthodes qui permettraient d’assurer la
reproductibilité de ses travaux. Il concentra ses efforts sur la mise
au point de procédés chimiques de base et sur l’étude de
différents mécanismes de réactions chimiques. Il aida ainsi
à faire émerger la chimie en tant que science par opposition aux
légendes de l’alchimie. Jâbir insista sur le fait que des quantités
définies de différentes substances sont impliquées dans
les réactions chimiques. Par conséquent, on peut dire qu’il ouvrit
la voie à la loi de conservation de la masse.

Sa contribution à la chimie qui est d’une importance fondamentale inclut
le perfectionnement de techniques scientifiques comme la cristallisation, la
distillation, la calcination, la sublimation et l’évaporation ainsi que
la mise au point de plusieurs instruments permettant de réaliser ces
expérimentations. La plus grande réalisation concrète de
Jâbir est la découverte des minéraux et des acides, qu’il
prépara pour la première fois dans son alambic (al-imbîq
en arabe). Son invention de l’alambic permit au processus de distillation de
devenir aisé et méthodique. Parmi ses différentes percées,
on peut citer la préparation des acides nitrique, chlorhydrique, citrique
et tartrique. L’insistance de Jâbir sur la méthode expérimentale
est de première importance. C’est sur la base de ces travaux qu’il est
considéré comme le père de la Chimie moderne. Selon les
mots de Max Mayerhaff, le développement de la chimie en Europe peut être
directement relié à Jâbir Ibn Hayyân.

Jâbir fut le pionnier d’un grand nombre de processus chimiques appliqués.
Ses contributions incluent la mise au point de l’acier, la préparation
de différents métaux, la prévention face à la corrosion,
l’inscription sur l’or, l’utilisation du dioxyde de manganèse pour la
fabrication du verre, la teinture des tissus et le tannage du cuir, le vernissage
de tissus imperméables, l’identification de peintures et de graisses.
De surcroît, il développa l’aqua regia pour la dissolution de l’or.

Les idées expérimentales de Jâbir ont ouvert la voie à
ce qui est aujourd’hui communément connu sous le nom de classification
des éléments en métaux, non-métaux et substances
volatiles. Il distingua trois types de substances en fonction de leurs propriétés
 :

  1. les spiritueux, c’est-à-dire, les substances qui se vaporisent par réchauffement, comme le camphre, l’arsenic et le chlorure d’ammonium.
  2. les métaux comme l’or, l’argent, le plomb, le cuivre, le fer.
  3. les composés qui ne peuvent être réduits en poudre.

Les traités de Jâbir en chimie, dont son Kitâb Al-Kîmiâ
(Le Livre de la Chimie) et son Kitâb As-Sab`în (Le Livre
des Soixante-dix), furent traduits en latin au Moyen-Age. La traduction de Kitâb
Al-Kîmiâ
fut publiée par l’Anglais Robert de Chester
en 1144 sous le titre " The Book of the Composition of Alchemy " (Le
Livre de la Composition de l’Alchimie). Le deuxième ouvrage fut traduit
par le célèbre Gérard de Crémone (mort en 1187).
Berthelot traduisit quelques livres de Jâbir sous les titres " Livre
du Royaume ", " Livre des Balances ", " Livre du Mercure
Oriental ". Il est évident qu’il n’a pas repris les titres corrects
pour les ouvrages de Jâbir. L’Anglais Richard Russel traduisit et publia
en 1678 une autre œuvre de Jâbir sous le titre " Sum of Perfection
" (Somme de la Perfection). Il le décrivit comme Geber, le
plus célèbre prince et philosophe arabe. Ces traductions ont été
populaires en Europe pendant plusieurs siècles et ont influencé
l’évolution de la chimie moderne. De nombreux termes techniques introduits
par Jâbir, comme alcali, se retrouvent dans différentes langues
européennes et font désormais partie du vocabulaire scientifique.
Seuls quelques-uns de ses écrits ont été édités
et publiés, alors que beuacoup d’autres préservés en arabe
n’ont pas encore été traduits. Jâbir contibua également
dans d’autres sciences comme la médecine et l’astronomie.

P.-S.

Source anglaise : à
ce lien
.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2018. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.