Français | عربي | English

Accueil > Banque de Fatwâ > Culte > Pèlerinage > Sheikh `Alî Jumu`ah > Le voyage de la femme durant son délai de viduité

Le voyage de la femme durant son délai de viduité

vendredi 16 juin 2006

Question

Mon mari est décédé le 22 Sha`bân 1423 A.H. et je suis âgée de 55 ans. J’ai déjà accompli le pèlerinage et je voudrais l’accomplir pour mon défunt mari mais mon délai de viduité n’est pas encore expiré. Puis-je partir en pèlerinage sachant que j’ai obtenu le visa, que j’ai réservé en plus des billets d’avion, un logement à Médine et à la Mecque et que je suis supposée partir le mercredi 4 Dhul-Hijjah 1423 A.H. ?

Réponse de Sheikh `Alî Gomaa

Rien n’empêche que la sœur demandeuse parte accomplir le pèlerinage pour son mari, pendant son délai de viduité. Cette fatwa s’appuie notamment sur l’avis de certains jurisconsultes fondé sur la narration rapportée selon `Urwah qui dit : `Â’ishah est sortie vers la Mecque pour accomplir une `Umrah en compagnie de sa sœur Umm Kulthûm — lorsque son époux Talha Ibn `Ubayd Allâh fut tué —. Elle émettait par ailleurs des fatwas aux veuves, leur permettant de sortir pendant leur délai de viduité. [1]

Allâh — Exalté soit-Il — est le plus savant.

Commentaire de Sheikh `Alî Gomaa à propos de cette fatwa

Lors d’un entretien avec Sheikh `Alî Gomaa, nous avons recueilli les commentaires oraux suivants éclairant cette fatwa :

La permission à la femme de sortir ou de voyager avant l’expiration de son délai de viduité fait partie des sujets controversés entre les savants. Les opinions de ces derniers quant à cette question varièrent entre le refus à la femme de sortir de chez elle durant cette période en signe de deuil et la permission qu’on lui donne de ce faire. Pour les questions sujettes à controverse, le musulman peut avoir recours à trois règles juridiques bien précises qui sont comme suit :

  1. Est blâmable tout acte (ou toute transaction) que les savants ont unanimement jugé comme illicite, tandis que les actes (ou les transactions) sujets à controverses entre les savants ne doivent pas être blâmés.
  2. Il est préférable d’éviter les actes ou les transactions sujets à controverse entre les savants.
  3. En cas de nécessité, il est permis de suivre et d’appliquer l’avis des savants ayant jugé licite cet acte ou cette transaction.

Il s’ensuit qu’il est préférable aux veuves d’éviter de voyager durant leur délai de viduité, sauf en cas de nécessité. En revanche, lorsqu’une veuve décide de voyager avant l’expiration de son délai de viduité, il ne faut pas la blâmer.

P.-S.

Traduit de l’arabe avec l’aimable autorisation de Dâr Al-Iftâ’ en Égypte.

Notes

[1Conférer Tafsîr Al-Qurtubî, volume 1, page 1089.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.