Français | عربي | English

Accueil > Grandes Figures de l’Islam > Savants contemporains > Sheikh `Alî Gomaa

Sheikh `Alî Gomaa

Le Mufti d’Égypte

jeudi 8 juin 2006

JPEG - 20.4 ko
`Alî Gomaa (1952 - )

Autorité juridique contemporaine, le Mufti d’Égypte, Sheikh `Alî Gomaa [1] est une figure active de la prédication religieuse et de l’éducation spirituelle en Égypte et dans le monde musulman.

Naissance

Sheikh `Alî Gomaa naquit le lundi 7 Jumâdah II 1371 A.H. (3 Mars 1952 E.C.) au gouvernorat de Banî Sweif. Il passa son enfance en Haute-Égypte avant de s’installer plus tard avec sa famille au Caire.

Éducation

À l’âge de l’école primaire, sa famille choisit de l’inscrire dans une école publique non azharite. Ainsi, durant son enfance et sa jeunesse, il suivit le cursus de l’enseignement national tout en montrant un intérêt particulier à l’étude des œuvres du patrimoine islamique. L’Université d’Al-Azhar n’étant accessible à cette époque qu’aux diplômés des instituts azharites, Sheikh `Alî Gomaa rejoignit la Faculté de Commerce à l’Université de `Ain Shams. Il poursuivit alors sa quête du savoir religieux par le biais des ouvrages islamiques classiques, par l’étude et par la mémorisation des mutûn [2] recelant la quintessence des sciences islamiques.

Toutefois, Sheikh `Alî Gomaa était conscient de l’insuffisance de cette approche autodidacte non systémique. Au fur et à mesure qu’il essayait d’acquérir le savoir religieux, il éprouvait un désir croissant de se former auprès d’un savant éducateur, faute de quoi ses efforts seraient vains.

Ce ne fut qu’en 1973, lorsque Sheikh `Alî Gomaa obtint son diplôme de Commerce, qu’il put enfin rejoindre l’Université d’Al-Azhar, suite à la décision de l’administration de l’époque d’ouvrir ses portes aux étudiants non azharites. C’est ainsi qu’il accomplit les premiers pas d’un long périple à la recherche du savoir.

En 1979, il obtint la licence de la Faculté des Études Islamiques et Arabes à Al-Azhar. Puis, en 1985, il décrocha le master de la Faculté des Fondements de la Religion (Usûl Ad-Dîn) avec la mention « Excellent ». Il poursuivit ensuite ses études supérieures à la même faculté jusqu’à l’obtention en 1988 de son doctorat avec les félicitations du jury.

Outre son parcours académique, Sheikh `Alî Gomaa étudia auprès de nombreux savants d’Al-Azhar en Égypte, mais aussi d’autres pays musulmans. Il veilla à recueillir leur savoir selon leurs chaînes de transmission et d’apprentissage dans les différentes sciences religieuses et linguistiques.

Il étudia le credo islamique auprès du savant `Awad Allâh Hijâzî et les règles de la logique auprès de Sheikh Muhammad Shams Ad-Dîn Al-Mantiqî.

Quant aux fondements de la religion, il les étudia auprès du savant érudit Muhammad Abû An-Nûr Zuhair, et auprès de Sheikh Sh`abân Muhammad Ismâ`îl, Sheikh Hasan Mar`î, Sheikh `Alî Mar`î, Sheikh Muhammad Mahmûd Farghalî, Sheikh Al-Husaynî Yûsuf Ash-Sheikh et Sheikh `Abd Al-Jalîl Al-Qaranshâwî.

En ce qui concerne l’étude des règles de la jurisprudence islamique, ses maîtres comprennent Sheikh Jâd Ar-Rabb Ramadân, surnommé le “Petit Shâfi`î” (Ash-Shâfi`î As-Saghîr), Sheikh `Abd Al-Hamîd Mayhûb, Sheikh Hasan Mar`î, Sheikh `Alî Mar`î, Sheikh Ahmad Hamâdah Ash-Shâfi`î, et Sheikh `Abd Al-`Azîz Az-Zayyât le savant des lectionnaires coraniques auprès de qui, il étudia une partie de Mughnî Al-Muhtâj, un ouvrage de jurisprudence shaféite.

C’est également auprès de Sheikh Muhammad Isma`îl Al-Hamadânî qu’il acheva la lecture du Coran et auprès de Sheikh `Abd Al-Hakîm `Abd Al-Latîf, le Sheikh des maîtres-récitateurs à l’époque, qu’il apprit la récitation du Coran selon le lectionnaire d’Ibn Kathîr.

Il étudia les hadiths d’Al-Bukhârî avec le savant du Hadith Sheikh `Abd Allâh Ibn As-Siddîq Al-Ghumârî. Il rapporta également de nombreux ouvrages du patrimoine islamique selon des chaînes de narration authentiques liées à des savants de renommée à l’instar de Sheikh `Abd Al-Fattâh Abû Ghuddah, Sheikh `Awad Az-Zabîdî, Sheikh Muhammad `Alawî Al-Mâlikî, Sheikh Ahmad Jâbir Al-Yamanî, Sheikh `Abd Al-`Aziz Al-Ghumârî, Sheikh Sa`îd Al-Lahjî et Sheikh Ismâ`îl Sâdiq Al-`Adawî.

JPEG - 24.4 ko
Au centre, Sheikh `Abd Allâh Al-Ghumârî, et derrière lui Sheikh `Alî Gomaa

Il bénéficia également de chaînes de narration élevées [3] issues d’éminents savants de l’époque :

  1. Il détient la chaîne de Sheikh `Abd Allâh Al-Ghumârî [4] intitulée Irtishâf Ar-Rahîq (« Succion du nectar »). Il fut aussi rattaché par son intermédiaire aux chaînes élevées suivantes : la chaîne de Sheikh `Abd Allâh Ash-Shabrâwî, les trois célèbres chaînes de Sheikh Ahmad Ibn As-Siddîq Al-Ghumârî, la chaîne d’Al-Amîr Al-Kabîr, et la chaîne de `Abd Allâh Ibn Sâlim Al-Basrî intitulée Al-Imdâd Bi-Ma`rifat `Uluw Al-Isnâd (« L’assistance dans la vérification de la hauteur d’une chaîne »).
  2. La chaîne de Sheikh Muhammad Yâsîn Al-Fâdânî Al-Makkî.
  3. La chaîne de Sheikh Muhammad Mustafâ Abû Al-`Ilâ.
  4. La chaîne de Sheikh Ismâ`îl Ibn `Uthmân Zayn Al-Yamanî Al-Makkî.
  5. La chaîne du chérif Al-Muntasir Al-Kittânî.

Quant à la discipline du soufisme, on recense parmi ses maîtres et guides spirituels Sheikh Muhammad Al-Hâfidh At-Tijânî, Sheikh Ahmad Muhammad Mursî An-Naqshabandî, Sheikh Sâlih Al-Ja`farî et Sheikh Muhammad Zakî Ad-Dîn Ibrâhîm.

Outre les sciences religieuses, Sheikh `Alî Gomaa étudia l’économie islamique, les fondements de l’économie occidentale, le droit positif, la gestion, la comptabilité et les mathématiques.

Postes et fonctions

Sheikh `Alî progressa dans les postes et les fonctions religieuses depuis plus d’une décennie, jusqu’à sa nomination au poste de Mufti d’Égypte en 2003. Parmi les fonctions et les responsabilités qu’il assuma ou continue d’assumer, il fut :

  1. Professeur des fondements de la jurisprudence islamique (Usûl Al-Fiqh) à la Faculté des Études Islamiques et Arabes, à l’Université d’Al-Azhar.
  2. Conseiller Académique de l’Institut International de la Pensée Islamique et directeur de son bureau au Caire entre 1992 et 2003.
  3. Membre de la Comission de Fatwa d’Al-Azhar entre 1995 et 1997.
  4. Membre du Comité de Fatwa d’Amérique du Nord.
  5. Inspecteur Général de la Mosquée Al-Azhar depuis 2000.
  6. Président de la Commission du fiqh au Conseil Supérieur des Affaires Islamiques d’Égypte depuis 1996.
  7. Conseiller du Ministre des Legs et des Affaires Islamiques en Égypte entre 1998 et 2003.
  8. Membre de l’Académie des Recherches Islamiques depuis 2004.
  9. Mufti de la République Arabe d’Égypte de 2003 à 2013.

Efforts académiques

Sheikh `Alî Gomaa dirigea plusieurs mémoires de master ainsi que nombreuses thèses de doctorat couvrant divers sujets. Parmi les travaux d’études supérieures qu’il encadra nous citerons les suivants :

  1. `Umar Kâmil, Les grandes règles juridiques et leurs répercussions sur les transactions financières, thèse de doctorat, Faculté des Études Islamiques et Arabes, Université d’Al-Azhar.
  2. Anwar `Abd As-Salâm, La terminologie des fondements de la religion, son avènement et son évolution, thèse de doctorat, Faculté des Études Islamiques et Arabes, Université d’Al-Azhar.
  3. Jamîlah Bou Khâtim, Le renouveau des fondements de la religion, thèse de doctorat, Université de Constantinople, Algérie.
  4. `Abd Al-Qâdir Al-Jazâ’irî, Le Takhrîj chez les savants des fondements de la religion, thèse de doctorat, Faculté des Études Islamiques et Arabes, Université d’Al-Azhar.
  5. `Abd As-Salâm `Abd Al-Adhîm, Les choix du juge `Abd Al-Wahhâb Al-Baghdâdî en matière de fondements de la religion, Faculté de la Sharî`ah et de Droit, Université du Caire.
  6. As`ad Al-Kafrâwî, L’Imâm Jamâl Ad-Dîn Al-Isnawî et son apport aux fondements de la religion, Faculté des Études Islamiques et Arabes, Université d’Al-Azhar.
  7. `Iffat Ismâ`îl, Les bases de la méthodologie médiane de l’Imâm Ash-Shâfi`î en matière de fondements de la religion, mémoire de master, Faculté des Études Islamiques et Arabes, Université d’Al-Azhar.
  8. Ansâf Ibrâhîm, Les contradictions et les ambiguïtés selon les savants des fondements de la religion et leurs répercussions sur les règles juridiques, mémoire de master, Faculté des Études Islamiques et Arabes, Université Al-Azhar.

En outre, il participa aux jurys de soutenance d’un nombre conséquent de thèses et de mémoires se rapportant à différents domaines :

  1. `Abd Al-Mun`im Abû Ad-Dahab, Le problème du financement des petites entreprises en Égypte et l’alternative islamique pour leur financement, mémoire de master, Faculté de Commerce, Université d’Alexandrie.
  2. `Âdil Mustafâ, Le modèle de la pratique professionnelle relative au service social dans le domaine de la prédication islamique, thèse de doctorat, Faculté du Service Social, Université du Caire.
  3. Ahmad `Atif, L’appel et la cassation des verdicts juridiques dans la législation islamique, mémoire de master, Dâr-Al-`Ulûm, Université du Caire.
  4. Majdî `Ashûr, L’invariant et le variant dans la pensée islamique selon Ash-Shâtibî, mémoire de master, Faculté de Lettres, Université de `Ain Shams.
  5. `Abd Al-`Azîz Shâdî, La relation entre l’émission de fatwa et la politique en Égypte, thèse de doctorat, Faculté d’Économie et de Sciences Politiques, Université du Caire.
  6. Hanâ’ Al-Baydânî, La fonction politique des savants dans l’expérience islamique, mémoire de master, Faculté d’Économie et de Sciences Politiques, Université du Caire.
  7. Ansâr Ar-Rifâ`î, Les fondements esthétiques et philosophiques de l’art islamique, thèse de doctorat, Faculté d’Éducation Artistique, Université de Hilwân.
  8. Imtithâl Sâlim, L’apport de la femme dans les sciences de la religion du Ier au VIIIème siècle de l’hégire, thèse de doctorat, Dâr Al-`Ulûm, Université du Caire.
  9. Ahmad Sa`d, Les contraintes édictées sur la destruction pendant la guerre : étude juridique comparative de droit international, thèse de doctorat, Dâr Al-`Ulûm, Université du Caire.

Efforts de prédication

Il participa à de nombreux sommets et conférences islamiques, notamment à caractère juridique, dans divers pays dont l’Inde, la Russie, l’Espagne, le Koweit, la Jordanie, la Malaisie et le Pakistan. De même, il représenta le Grand Imâm d’Al-Azhar à divers sommets internationaux tenus en Italie, en Espagne, aux Philippines, et à Londres.

Par ailleurs, il s’impliqua dans la crise suscitée par les caricatures diffamatoires publiées dans un journal danois à l’égard de l’Islam et du Messager de Dieu — paix et bénédictions sur lui —, et parraina, à cette occasion, des initiatives de dialogue avec l’occident et de défense du Prophète Muhammad — paix et bénédictions sur lui —.

L’écho de ses prêches dans la Mosquée du Sultan Hasan, au Caire, et ses nombreux cours et exhortations publics retentit en Égypte et dans le monde musulman et contribue à la revivification de la voie de Ahl As-Sunnah, selon les trois axes du credo (`aqîdah), de la jurisprudence (fiqh) et du soufisme (tasawwuf).

Bibliographie

Il composa de nombreux ouvrages couvrant divers thèmes juridiques dont :

  1. Al-Mustalah Al-Usulî wat-Tatbîq `Alâ Ta`rîf Al-Qiyâs
    Terminologie des fondements du fiqh et son application à la définition de l’analogie.
  2. Qadiyyat Tajdîd Usûl Al-Fiqh
    La question du renouveau des fondements du fiqh.
  3. Al-Hukm Ash-Shar`î `Inda Al-Usûliyyîn
    Le jugement légal selon les savants des fondements.
  4. Mabâhith Al-Amr `Inda Al-Usûliyyîn
    Statut de l’impératif selon les savants des fondements.
  5. An-Naskh `Inda Al-Usûliyyîn
    L’abrogation selon les savants des fondements.
  6. Al-Ijmâ` `Inda Al-Usûliyyîn
    L’unanimité selon les savants des fondements.
  7. Al-Madkhal li-Dirâsat Ash-Sharî`ah Al-Islâmiyyah
    Prolégomènes à l’étude de la législation islamique.
  8. `Ilâqat Usûl Al-Fiqh bil-Falsafah
    Le lien entre les fondements du fiqh et la philosophie.
  9. Taqyîd Al-Mubâh
    De la restriction du permis.
  10. Âliyyât Al-Ijtihâd
    Les mécanismes de l’ijtihâd.
  11. Al-Imâm Ash-Shâfi`î wa Madrasatuh Al-Fiqhiyyah
    L’Imâm Ash-Shâfi`î et son école juridique.
  12. An-Nadhariyyât Al-Usûliyyah wa Madkhal li-Dirâsat `Ilm Al-Usûl
    Les théories des fondements. Introduction à l’étude des sciences des fondements.

Par ailleurs, il édita des ouvrages classiques de la littérature islamique dont :

  1. Riyâd As-Sâlihîn
    Les Jardins des Vertueux de l’Imâm An-Nawawî, publié par Dâr Al-Kitâb Al-Lubnânî.
  2. Sharh Jawharat At-Tawhîd
    Commentaire du Joyau du Monothéisme de l’Imâm Al-Bâjûrî, publié par Dâr As-Salâm.
  3. Sharh Alfiyyat As-Sîrah
    Commentaire de la Alfiyyah de la Sîrah d’Al-Ajhûrî, publié par le Conseil Supérieur des Affaires Islamiques d’Égypte.

Puisse Dieu prolonger sa vie dans la piété et la bonne santé.

P.-S.

Cette présentation se base sur le CV détaillé communiqué par Sheikh `Alî Gomaa et sur le CV synthétique mis en ligne sur le site internet de Dâr Al-Iftâ’.

Notes

[1Le nom du Sheikh se transcrit de différentes manières dans l’alphabet latin. « `Alî Gomaa » est la graphie la plus usitée et correspond à la prononciation du dialecte égyptien. D’autres graphies comme `Alî Jum`ah ou `Alî Jumu`ah sont moins fréquentes, bien que plus correctes selon l’arabe classique. Dans cette biographieة nous optons pour la graphie usuelle. Ndlr.

[2Il s’agit notamment des règles fondamentales relatives aux diverses branches des sciences islamiques rédigées sous forme de poésie. Ndlr.

[3Une chaîne de narration (sanad) est dite « élevée » (`âlî) lorsqu’elle compte un nombre minimal de maillons. De telles chaînes constituent des voies de transmission prestigieuses, particulièrement recherchées pour leur brièveté et leur fiabilité. Ndlr.

[4Sheikh `Abd Allâh Ibn As-Siddîq Al-Ghumârî détenait la chaîne la plus haute de son époque remontant à Sheikh Muhammad Murtadâ Az-Zabîdî. En réalité, il la reçut de Sheikh `Abd Al-Hâfîdh Al-Fâsî qui la reçut de Sheikh Yûsuf As-Suweidî qui, bien que n’ayant jamais rencontré Sheikh Az-Zabîdî, rapporta son ijâzah par le biais de son grand-père, Sheikh Sa`îd As-Suweidî, à qui Sheikh Az-Zabîdî avait accordé une ijâzah « pour lui et pour sa progéniture ». Selon l’opinion acceptant et validant une telle ijâzah, la hauteur de la chaîne n’est pas affectée.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.