Français | عربي | English

Accueil > Grandes Figures de l’Islam > Savants contemporains > Al-Habîb `Alawî Shihâb Ad-Dîn

Al-Habîb `Alawî Shihâb Ad-Dîn

mardi 14 novembre 2006

JPEG - 58.6 ko
`Alawî Shihâb Ad-Dîn (1886 - 1966)

Al-Habîb [1] `Alawî Ibn `Abd Allâh Ibn Shihâb Ad-Dîn est l’emblème des prédicateurs de l’École de Hadramaout et des Sheikhs de la voie Bâ`Alawiyyah au XXe siècle. Figure majeure de l’appel à Dieu dans la ville de Tarim, il éduqua des générations de savants yéménites, usant de sagesse et de bonne exhortation.

Naissance et Jeunesse

Al-Habîb `Alawî [2] naquit en 1886 E.C. (1303 A.H.) dans le quartier An-Nuwaydirah, ce même quartier de Tarim, au Yémen, qui accueillit jadis le foyer de l’Imâm `Abd Allâh Ibn `Alawî Al-Haddâd, le Forgeron des Cœurs. Le nouveau-né vint au monde alors que son père était en long séjour à Java, en Indonésie. Lorsque la nouvelle parvint au père, son cœur, comblé de joie, ne cessait d’invoquer Dieu en sa faveur, et lorsque le jeune `Alawî atteignit l’âge de l’écriture et de la lecture, son père lui adressa maints courriers chargés en amour et conseils paternels. Sa mère, Fâtimah Bint `Umar Bilfaqîh, se chargea de son éducation et fut aidée dans cette mission par Al-Habîb Mohammad Ibn `Aydarûs Shihâb Ad-Dîn, l’oncle paternel d’Al-Habîb `Alawî.

Dans son enfance, il rejoignit l’école coranique et y apprit le Noble Livre, la lecture et l’écriture auprès de Sheikh `Abd Ar-Rahmân Bâ-Haramî. Privé de la présence de son père, toujours en Indonésie, il perdit l’amour maternel en 1897, date du décès de sa mère. Son oncle, Al-Habîb Mohammad Ibn `Aydarûs le prit alors en charge et veilla en permanence sur son éducation, avec l’aide de Dame `Alawiyyah Bilfaqîh, la tante paternelle de Dame Fâtimah Bilfaqîh. Le jeune `Alawî commença sa quête du savoir et accompagna son oncle Al-Habîb Mohammad Ibn `Aydarûs à la mosquée de Sheikh `Umar Al-Mihdâr. Il débuta également sa formation en jurisprudence islamique dans le cercle de science d’Al-Habîb `Abd Ar-Rahmân Ibn Mohammad Al-Mashhûr.

JPEG - 8.8 ko
La mosquée Al-Mihdâr

Auprès de son Sheikh

En 1899, Al-Habîb Mohammad Ibn `Aydarûs Shihâb Ad-Dîn retourna à Dieu et la vie du jeune `Alawî fut de nouveau frappée par la mort de ses bien-aimés. Mais Dieu le réconforta par l’affection de son maître, Al-Habîb `Abd Ar-Rahmân Al-Mashhûr. À cette époque, le lien unissant le jeune disciple à son maître ne cessa de se renforcer, et Al-Habîb `Alawî suivit Al-Habîb `Abd Ar-Rahmân Al-Mashhûr comme son ombre. Il l’accompagna dans son assemblée d’enseignement, à la mosquée pour la prière, lors de ses exhortations et dans ses déplacements dans la ville de Tarim, si bien qu’il absorba l’éthique de son Sheikh et fut sevré par son savoir. Cette relation paternelle était telle qu’Al-Habîb `Abd Ar-Rahmân Al-Mashhûr apportait à Al-Habîb `Alawî de la nourriture de ses propres enfants. Dans sa jeunesse, Al-Habîb `Alawî se chargeait de servir les autres étudiants qui affluaient vers l’assemblée d’Al-Habîb `Abd Ar-Rahmân Al-Mashhûr et leur préparait le café, si bien qu’un jour on lui dit : « Tu es comme un caillou dans le ruisseau... ». Les flots passent sur le caillou sans que celui-ci n’en tire le moindre bénéfice et, en préparant le café pour les autres, Al-Habîb `Alawî manquerait les bienfaits des enseignements de son Sheikh. Peiné par ces propos, il s’abstint de cette activité pendant dix jours et Al-Habîb `Abd Ar-Rahmân Al-Mashhûr, constatant cette interruption, l’interpella : « Je vois que tu ne prépares plus le café, aurais-tu entendu quelque remarque désobligeante à ce sujet ? ». Puis son Sheikh de le rassurer : « Va, prépare le café comme tu as l’habitude de le faire, et sache que j’invoque Dieu pour que tu surpasses tes camarades. »

Le prédicateur

Lorsqu’Al-Habîb `Alawî atteignit le terme de son instruction religieuse, il commença à battre de ses propres ailes dans le ciel de la prédication islamique. Il diffusa le savoir dans la ville de Tarim, multiplia ses exhortations publiques et enjoignit aux gens d’œuvrer avec sincérité pour récolter la Satisfaction et la Miséricorde de Dieu. Tel un arbre aux fruits doux et aux feuillages abondants, il attira les aspirants à la voie de l’au-delà et éduqua les gens de sa ville. Ceux qui le côtoyèrent virent en lui un modèle vivant de l’éthique de l’Islam par la concordance de ses actes avec ses paroles, ainsi que par sa patience lors des épreuves et sa pitié envers les plus faibles et les nécessiteux. Il consolait les gens, leur rendait visite et renforçait leur espoir en Dieu. Il participait en outre à leurs célébrations des fêtes islamiques et leurs moments de bonheur, apportant la paix et la sérénité par ses paroles et ses conseils puisés dans les trésors de la lumière prophétique.

Lorsqu’il se retirait de la scène publique, il s’adonnait à la récitation du Coran et aux prières surérogatoires, ponctuées au cœur de la nuit par les larmes, les invocations et la glorification de Dieu — Exalté soit-Il —. Sa droiture sans faille apporta la bénédiction à sa ville, ce qui lui valut le surnom de Tâj Al-Wâdî (La Couronne de la Vallée). Parmi les savants de Hadramaout qui bénéficièrent de son savoir figurent Al-Habîb `Umar Ibn Ahmad Ibn Abî Bakr Ibn Sumayt, Al-Habîb `Alî Al-Mashhûr, Al-Habîb Sâlim Ibn `Alawî Khird, Al-Habîb `Abd Al-Qâdir Ibn Ahmad As-Saqqâf, Al-Habîb Zayn Ibn Sumayt, et d’autres.

JPEG - 70.7 ko
Autre vue sur la mosquée Al-Mihdâr

Dans sa jeunesse, Al-Habîb `Alî Al-Mashhûr s’instruisit auprès d’Al-Habîb `Alawî Ibn Shihâb Ad-Dîn et étudia, entre autres, Bidâyat Al-Hidâyah de l’Imâm Al-Ghazâlî et Safînat An-Najâ de Sheikh Sâlim Ibn Sumayyir Al-Hadramî. Al-Habîb Abû Bakr Al-`Adanî, le fils d’Al-Habîb `Alî Al-Mashhûr, dépeignit la relation chaleureuse entre son père et son Sheikh, Al-Habîb `Alawî, en ces termes : « Nous témoignâmes de cette tendresse qu’Al-Habîb `Alawî manifestait à l’égard mon père. Il le rapprochait de lui, lui accordait ses faveurs et montrait sa joie lorsque mon père arrivait. Par ailleurs, il louait ses mérites et sa patience pour sa prédication dans les régions désertiques. Mon père récita divers poèmes qu’il lui dédia ; en particulier, il lui adressa un poème dans sa maison en 1960, alors qu’il était agenouillé devant Al-Habîb [`Alawî]. De chaudes larmes coulaient en flots, arrosant les joues de mon père, si bien que l’émotion l’étouffait et l’empêchait de parler de temps à autre. Il interrompait alors sa lecture et son corps, tout entier, tremblait vigoureusement. Al-Habîb `Alawî l’apaisait en disant : "N’aie crainte, n’aie crainte." »

Décès

Certains de ses contemporains comme Al-Habîb `Umar Ibn `Alawî Al-Kâf, l’auteur de Tuhfat Al-Ahbâb fî Tarjamat Al-Habîb `Alawî Ibn `Abd Allâh Ibn Shihâb, et Al-Habîb Mohammad Ibn Sâlim Ibn Hafîdh composèrent des biographies de ce gnostique et retracèrent diverses facettes de sa vie et de son dévouement dans la prédication.

Il décéda en 1966, puisse Dieu lui faire miséricorde.

P.-S.

Cette biographie se base sur Qabasât An-Nûr de Sheikh Abû Bakr Ibn `Alî Al-Mashhûr.

Notes

[1Al-Habîb, « le bien-aimé », est un titre que les gens de Hadramaout donnent aux savants parmi les descendants de la maison prophétique.

[2Il s’agit d’Al-Habîb `Alawî Ibn `Abd Allâh Ibn `Aydarûs Ibn Mohammad Ibn `Alî Ibn `Abd Allâh Ibn `Aydarûs Ibn `Alî Ibn Mohammad Ibn Shihâb Ad-Dîn.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2018. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.