Français | عربي | English

Accueil > Bibliothèque islamique > Sheikh Hasan Al-Bannâ > Epître aux Jeunes par Hasan Al-Bannâ

Epître aux Jeunes par Hasan Al-Bannâ

lundi 8 octobre 2001

Au Nom d’Allâh, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

J’adresse mes louanges à Dieu, et que Ses bénédictions et Sa paix soient sur notre maître Muhammad, ainsi que sur sa famille, ses compagnons et tous ceux qui le suivent.

Dis : " Oui, je ne vous exhorte que d’une chose : que pour Dieu vous vous mettiez debout, par deux aussi bien que seuls, et qu’ensuite vous réfléchissiez. Votre camarade n’est pas possédé par un djinn ! Il n’est pour vous qu’un avertisseur en face d’un dur châtiment"

Dis : " Ce que je vous demande comme salaire, c’est pour vous mêmes. Mon salaire n’incombe qu’a Dieu, tandis qu’Il est présent à tout"

Dis ! " Oui, mon Seigneur lance la vérité. IL est grand connaisseur des invisibles"

Dis : " La vérité est venue. Cependant le faux est incapable de commencer ni de répéter"

Dis : " Si je m’égare, je ne m’égare alors que contre moi même, vraiment : tandis que si je me guide, alors c’est grâce à ce que mon Seigneur me révèle. Oui Il entend tout, Il est proche". (Sourate Saba, versets 46 à 50)

Oh, jeunes gens !

J’adresse ma louange à Dieu en votre faveur, Celui en dehors duquel il n’existe pas de divinité, et j’adresse mes prières et mes salutations à notre maître Muhammad, le guide de ceux qui prient, et le chef de ceux qui combattent, ainsi qu’à sa famille, ses compagnons et ceux qui le suivent.

Oh, jeunes gens !

Une idée ne peut aboutir que si ses promoteurs y croient fortement, s’ils sont sincères tout au long de sa réalisation, si leur enthousiasme s’intensifie au fur et à mesure qu’ils l’accomplissent, et s’ils se donnent les capacités à supporter sa mise en œuvre, en travaillant durement et en se sacrifiant pour la réaliser. Peu ne s’en faut que ces quatre principes de bases : la croyance, la sincérité, l’enthousiasme et le travail ne soient des qualités spécifiques aux jeunes. Cela parce que l’essence de la foi réside dans un cœur éveillé, les fondements de l’enthousiasme résident dans un esprit fort, et les fondements de l’action résident dans une détermination sans cesse renouvelée. Et toutes ces qualité se trouvent chez les jeunes. On peut d’ailleurs constater que les jeunes ont toujours constitué, dans chaque société, le pilier de la renaissance, et même le secret de toute renaissance, et ceux qui ont porté le drapeau des idées nouvelles.

Oui, ce sont des jeunes gens qui croyaient en leur Seigneur, et Nous leur avons accru là guidée (Sourate La grotte, verset 13)

C’est par rapport à cela que vos obligations ont augmenté, vos responsabilités ont décuplé, et la tâche qui vous à été confiée pèse désormais très lourdement sur vos épaules. Il est donc nécessaire que vous réfléchissiez longuement, que vous agissiez beaucoup, que vous définissiez votre position, que vous vous apprêtiez à réaliser cette idée, et que vous donniez à la communauté musulmane son droit, grâce à cette jeunesse que vous possédez.

Les jeunes peuvent parfois naître dans une société où règne le calme et la paix, où le pouvoir est consolidé et la culture développée ; ces jeunes auront alors tendance à s’occuper plus d’eux-mêmes que de leur société, ils auront plutôt tendance à s’amuser et à se distraire, l’esprit tranquille, se faisant les guides de leur propre personnalité.

Ils peuvent parfois naître dans une société luttant et s’activant en réaction à sa colonisation par un pays tiers qui s’est emparé de ses affaires. Cette communauté lutte donc, selon ses capacités, pour recouvrer les droit dont elle a été spoliée, le patrimoine qui lui à été arraché, sa liberté perdue, sa gloire éminente, ses grands idéaux. Il appartient aux jeunes de cette société, et c’est là leur principale obligation, de s’occuper en premier lieu de la situation de la communauté bien plus que de leur propre personnalité. Si ces jeunes accomplissent cela, ils obtiendront une victoire belle et prompte, et le bien futur fait partie de la récompense de Dieu. Par chance, nous faisons peut être partie de ce second groupe, et nos yeux se sont ouverts sur une communauté qui persiste dans son combat, et qui ne cesse de lutter sur la voie de la vérité et de la liberté. Préparez vous donc, oh hommes ! Car la victoire est proche pour les croyants, et comme est grande la réussite pour ceux qui persistent dans leur action.

Oh, jeunes gens !

L’un des aspects les plus dangereux pour une communauté qui se dresse, alors qu’elle n’est encore qu’à l’aube de son éveil, réside peut être dans la divergence des doctrines qui la composent, dans le mélange de ses voix, dans la multiplicité de ses méthodes, dans la disparité de ses voies et de ses manières d’agir, et dans la profusion de ceux qui font obstacle à la prise du pouvoir. Tout cela entraîne une dispersion des efforts et une dislocation de la force, rendant nos buts plus difficiles à atteindre.

Il est donc nécessaire avant toute chose, pour celui désire réformer la société, d’étudier toutes ces doctrines et de mesurer la valeur de chacune d’elles.

Aussi, j’ai cru de mon devoir de vous exposer, clairement et brièvement, l’appel à l’islam (da’wa al Islam) de ce quatorzième siècle de l’Hégire.

La Da`wah (appel) des Frères Musulmans, ou l’appel à l’Isam en ce 14e siècle de l’Hégire

Oh, jeunes gens !

Nous avons cru, d’une foi qui n’est sujette ni à la polémique ni au doute, et nous avons eu la conviction, une conviction qui est plus stable que les montagnes et plus profonde que les profondeurs de l’esprit, qu’il n’existe qu’une pensée, c’est celle qui sauve ce bas monde sujet à la tourmente, qui guide le genre humain désorienté et qui conduit l’homme sur le droit chemin. Elle mérite donc notre sacrifice pour la réaliser, pour la prêcher aux gens, et pour les enjoindre eux aussi à la réaliser, par leurs âmes, leurs biens et tout ce qu’ils possèdent.

Cette pensée, c’est l’Islam pur et sincère (hanîf), qui ne contient pas de tortuosités, ne s’accompagne pas de maux et n’égare pas celui qui le suit :

Dieu atteste, et aussi les anges et les doués de science, qu’il n’y a point de Dieu que Lui, en vérité, le mainteneur de la justice. Point de Dieu que Lui, le Puissant, le Sage. (Sourate La famille d’Imran, verset 18)

Aujourd’hui, j’ai parachevé pour vous votre religion et accompli sur vous Mon bienfait. Et il M’agrée que la soumission (Islam) soit votre religion. (Sourate Le plateau servi, verset 3)

C’est pour cela que notre pensée est purement islamique. Elle prend appui sur l’Islam, elle s’inspire de l’Islam, elle fait des efforts pour l’Islam, elle œuvre à ce que la parole de l’Islam soit la plus haute, elle ne rabaisse pas l’Islam en le comparant à une autre organisation. Elle n’accepte pas de dirigeant en dehors du chef des musulmans, elle n’obéit pas aux lois qui ne viennent pas de l’Islam.

Et quiconque désire une religion autre que la soumission, de celui là ce ne sera point reçu ! et il sera, dans l’au-delà, parmi les perdants. (Sourate La famille d’Imran, verset 85)

Les musulmans traversent actuellement une période où se succèdent les incidents, où se suivent les catastrophes, et les ennemis de l’Islam s’emploient à étouffer son rayonnement, à occulter sa splendeur, à égarer ses enfants, à suspendre ses prescriptions, à affaiblir son armée, à corrompre ses enseignements et ses lois, tantôt en ôtant certaines choses, tantôt en y ajoutant d’autres, et parfois même en les interprétant de manière erronée. Ils ont été aidés, dans leur tâche, par le désarroi du pouvoir politique islamique, par le déchirement de l’Empire musulman, par la démobilisation des armées "muhammadiennes ", et par la chute des communautés musulmanes entre les mains des négateurs qui les ont avilies et colonisées.

Notre obligation première, à nous les Frères, est d’exposer aux gens les préceptes de cet Islam qui sont clairs, complets, évidents. Rien ne peut y être rajouté ou retranché, et ils ne prêtent ni au doute ni à la confusion. Ceci constitue la dimension théorique de notre pensée. Notre première obligation est également de les inciter à mettre en oeuvre ces préceptes, à les préserver, et à les pratiquer. Cela représente la dimension pratique de cette pensée.

Nous nous appuyons entièrement, dans notre tâche, sur le livre de Dieu, que le faux ne peut atteindre, ni par devant ni par derrière. Nous nous appuyons également sur la Sunna saine et solide de notre prophète, paix sur lui, et sur sa biographie pure qui a été rédigée par nos pieux prédécesseurs de cette communauté.

A travers cela, nous ne désirions que l’agrément de Dieu, l’accomplissement de nos obligations religieuses, et la guidée les êtres humains. Nous nous efforcerons donc à tout mettre en œuvre afin de réaliser notre pensée, nous oeuvrerons à sa promotion tout au long de notre existence, nous inviterons les gens à l’adopter, et nous déploierons tous les moyens qui sont à notre disposition pour l’appliquer. Nous vivrons et mourrons donc gracieusement pour cette idée. Et notre slogan ne cessera d’être :

  • Dieu est notre but,
  • Le messager de Dieu est notre guide,
  • Le Coran est notre constitution,
  • L’effort est notre chemin,
  • La mort sur le sentier de Dieu est notre souhait ultime.

Oh, jeunes gens !

Très certainement, Dieu vous a renforcé par le biais de votre attachement à Lui, par la foi que vous avez en Lui, et par l’éducation islamique que vous avez reçue. Il vous a assigné le plus haut rang dans ce monde, la place de leaders de l’Univers, ou encore celle, gracieuse, dont jouit le professeur au milieu de ses élèves :

Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes : vous ordonnez le bien, et interdisez le blâmable et vous croyez en Dieu. (Sourate La famille d’Imran, verset 110)

Et c’est ainsi que Nous avons fait de vous une communauté de juste milieu, pour que vous soyez témoins contre les gens, et le messager, témoin contre vous (Sourate La vache, verset 143)

La première chose à laquelle Dieu vous appelle est de placer confiance en vous , de mesurer la statut (dont Il vous a gratifié), d’être convaincus de votre place de leaders de ce bas monde, quant bien même vos ennemis veulent vous humilier, et de votre rôle d’éducateurs de l’univers, même si d’autre ont le dessus sur vous dans certains domaines de la vie. Et la vie future sera aux pieux et sincères.

Ravivez donc votre foi, oh jeunes gens, et définissez vos buts et vos projets ; sachez que la force première réside dans la foi, le succès de cette foi réside dans l’unité, et le résultat de l’unité est la victoire forte et éclatante. Soyez des croyants, soyez des frères, et apprenez. Vous pourrez escompter, grâce à cela, obtenir la victoire…Et annonce la bonne nouvelle aux croyants.

Le monde entier est désorienté et s’agite, et tous les pouvoirs qui peuplent le monde sont impuissants à résoudre ses problèmes, car il n’y a pas de remède si ce n’est celui de l’Islam. Soyez au premier rang, en prononçant le nom de Dieu, afin de délivrer ce monde car la totalité des hommes attend un sauveur, et celui-ci ne sera autre que le message de l’Islam, dont vous porterez le flambeau et avec lequel vous annoncerez aux gens.

Oh jeunes gens !

Très certainement, le programme des Frères Musulmans est constitué de plusieurs phases, dont les pas sont clairs. Nous savons exactement ce que nous voulons, et nous connaissons le moyen de réaliser nos objectifs. 1.

  1. Nous voulons un individu musulman, dans sa pensée et dans sa croyance, dans sa moralité et dans ses sentiments, dans ses actes et dans son comportement. Ceci constitue notre formation à l’échelle de l’individu.
  2. Nous voulons, ensuite, une famille musulmane, dans sa pensée et dans sa croyance, dans sa moralité et dans ses sentiments, dans son travail et dans son comportement. Pour cela nous attachons la même importance à la famille qu’à l’individu, et nous attachons la même importance à l’enfance qu’à la jeunesse. Ceci est notre formation à l’échelle de la famille.
  3. Nous voulons, ensuite, un peuple musulman, avec les caractéristiques similaires à celles que nous avons citées ci dessus. Nous oeuvrerons donc à étendre notre da’wa à toutes les maisons, à faire entendre notre voix soit partout, à faciliter la compréhension de notre pensée afin qu’elle pénètre dans tous les villages, toutes les tentes et toutes les villes, les centres, les métropoles et les capitales. Nous ne négligeons aucun effort pour cela, et nous ne délaissons aucun moyen qui soit à notre disposition.
  4. Nous voulons, ensuite, un gouvernement musulman qui mènera, par le peuple, les gens sur la guidée de l’islam, comme l’ont fait auparavant les compagnons du prophète, paix sur lui, Abou Bakr et Omar. C’est pour cela que nous ne reconnaissons aucune organisation gouvernementale ne reposant pas sur des fondements islamiques, et ne s’inspirant pas de ces fondements. C’est pour cela également que nous ne reconnaissons pas les partis politiques, ni toutes ces figures traditionnelles avec lesquelles les négateurs et les ennemis de l’islam nous ont contraint à gouverner et à contribuer à leur développement. Nous allons donc œuvrer pour la renaissance du gouvernement islamique, sous tous ses aspects, et à la mise en place d’un gouvernement islamique sur les bases de cette organisation.
  5. Nous voulons, ensuite, rassembler toutes les parties de cette patrie islamique, que la politique occidentale s’est évertuée à séparer, et que les convoitises européennes ont égaré et enfermé à l’intérieur de frontières. Nous rejetons donc tous ces accords internationaux qui transforment cette patrie islamique en un ensemble de petits pouvoirs, faibles et déchirés, dont l’absorption sera très simple pour tous ceux qui voudrons usurper de leurs droits. Et nous ne nous tairons pas devant l’entrave faite aux libertés de ces peuples, que des tiers ont accaparé injustement. Donc l’Egypte, la Syrie, le Hidjaz, le Yémen, la Tripolitaine, la Tunisie, l’Algérie, Marrakech, et tout empan de terre ou il y a un musulman qui prononce " Il n’y a pas de divinité si ce n’est Dieu lui-même ", tout cela constitue notre grande patrie, que nous nous efforcerons de libérer, de soustraire à cette emprise, de délivrer de cette tyrannie, et d’en rassembler l’ensemble des parties. Si le Reich allemand s’impose comme protecteur de tous ceux dont le sang allemand coule dans les veines, et bien la foi musulmane impose à chaque musulman ayant la capacité de se considérer comme protecteur de toute personne ayant été imprégnée de l’apprentissage coranique. Il est donc interdit, dans la coutume islamique, que le facteur ethnique soit supérieur au lien opéré par le facteur " foi ". Et la croyance représente tout en Islam. D’ailleurs, la foi ne se réduit-elle pas à l’amour et à la haine ?
  6. Nous voulons, ensuite, que le drapeau de l’Islam flotte de nouveau, au vent et bien haut, dans toute les contrées qui ont eu la chance d’accueillir l’Islam pendant un certain temps, et où la voix du muezzin a retentit par les takbirs et les tahlils. Puis la malchance a voulu que les lumières de l’Islam se retirent de ces contrées, qui sont retombées dans la mécréance. Donc l’Andalousie, la Sicile, les Balkans, les côtes italiennes ainsi que les îles méditerranéennes sont toutes des colonies méditerranéennes musulmanes, et il faut qu’elles reviennent au sein de l’Islam. Il faut également que la méditerranée et la mer rouge redeviennent des mers musulmanes, comme elles l’étaient auparavant, quand bien même Mussolini s’arroge le droit de reconstruire l’Empire romain. Ce soi disant Empire d’antan ne s’est constitué que sur des bases de cupidité et de désirs passionnels. Il est donc de notre droit de reconstruire l’Empire Islamique, qui s’est établi par la justice et l’égalité, et qui a répandu la lumière de la guidée parmi les gens.
  7. Nous voulons, après cela et avec cela, exposer notre message islamique au monde entier, atteindre les gens dans leur totalité, répandre à tous les horizons terrestres, et y soumettre tous les tyrans " jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de désordre, et que la religion soit entièrement vouée à Dieu ". Ce jour venu, les croyants se réjouiront du secours divin, Il secourt qui Il veut, et c’est Lui le Puissant et le Miséricordieux.

A chacune de ces étapes correspond son allure, ses ramifications et les moyens spécifiques de sa réalisation. Nous nous sommes contenté ici d’exposer ces étapes, sans nous y attarder ni entrer dans les détails. Et Dieu est Celui qui apporte Son aide, Il nous suffit, et quel bon garant !

Laissons les incapables et les lâches qualifier ceci de fiction, qui serait depuis bien longtemps ancrée dans nos consciences, ou encore d’"utopie qui envahit l’esprit des gens ". Ce point de vue est une faiblesse que nous ne connaissons pas, et que l’Islam ne connaît pas. Cela n’est autre que l’abattement moral qui a été jeté dans le cœur de cette communauté, permettant aux ennemis de l’Islam de se stabiliser en son sein. C’est également la destruction de la foi qui se trouve dans le cœur, et c’est la cause de la chute des musulmans. Quant à nous, nous affirmons clairement et franchement que tout musulmans qui ne croit pas à ce projet et n’œuvre pas à sa réalisation n’aura pas de félicité dans l’Islam. Qu’il se cherche donc une autre philosophie qu’il adoptera comme religion et pour laquelle il œuvrera.

Oh, jeunes gens !

Vous n’êtes pas plus faibles que vos prédécesseurs, par l’intermédiaire desquels Dieu a permis la réalisation de ce projet. Ne fléchissez donc pas, ni ne faiblissez, et mettez devant vos yeux cette parole divine :

C’est eux à qui l’on disait : Oui, les gens se sont rassemblés contre vous , craignez-les. Cela leur accrut leur foi et ils dirent : Dieu nous suffit, Il est la meilleure garantie. (La famille d’Imrane)

Nous allons nous éduquer afin de promouvoir parmi nous l’individu musulman, nous allons éduquer nos demeures pour que soit issue d’elles la demeure musulmane, nous allons éduquer notre peuple pour faire surgir en son sein le peuple musulman. Nous serons au milieu de ce peuple, nous nous dirigerons, avec des pas fermes et stables, vers la pleine réalisation de ce parcours, et vers le but que Dieu nous a assigné, car c’est un but que nous ne nous sommes pas assignés à nous même, et nous y parviendrons par la permission de Dieu et par Son aide, Et Dieu n’entend que compléter Sa lumière, quelque répulsion qu’en aient les mécréants.

Nous avons préparé pour cela une foi inébranlable, un travail perpétuel, une confiance en Dieu qui ne faiblit pas, et des âmes dont le jour le meilleur et le plus heureux sera celui où elles rencontreront leur Seigneur, tombées martyres dans Son sentier. Que cela fasse donc partie intégrante de la politique intérieure et extérieure, car nous ne faisons que le puiser dans l’Islam. Nous considérons cette séparation entre la religion et la politique comme étrangère aux enseignements de l’Islam originel, et cela n’est pas reconnu des musulmans sincères dans leur religion, qui connaissent son essence et ses enseignements. Qu’il s’écarte donc de nous celui qui veut nous détourner de ce projet, car de deux choses l’une : soit c’est un opposant à l’Islam, soit il ignore tout de cette religion.

Oh, jeunes gens !

Quiconque pense que le groupe des Frères Musulmans est un " groupe de derviches " qui ont limité leurs esprits dans le cercle restreint des aspects culturels de l’Islam, faisant de la prière, du jeûne, du rappel, de l’invocation et des louanges à Dieu leur unique préoccupation, se trompe. Les premiers musulmans n’ont pas connu l’Islam à travers cet aspect, et ils n’y ont pas cru de cette manière mais plutôt au niveau de la foi et de l’adoration, de la citoyenneté et de nationalité, spirituellement et matériellement, culturellement et juridiquement, dans la bonté et dans la force. Ils l’ont considéré comme un système qui englobe tous les aspects de la vie, et qui organise les choses d’ici-bas et de l’au delà. Ils l’ont considéré comme organisation temporelle et spirituelle. Il était donc chez eux religion et Etat, Coran et épée. Malgré cela ils n’ont pas délaissé les injonctions cultuelles, et n’ont pas fait défaut dans l’accomplissement de leurs obligations vis a vis de leur Seigneur. Ils s’attachaient à parfaire leur prière et ils psalmodiaient le Coran, ils se rappelaient Dieu le Très Haut et le Très Exalté de la manière qu’Il leur a commandée, et dans les limites qu’Il leur a prescrites, sans exagération ni prodigalité. Cette question n’a donc pas besoin d’être approfondie, car ils connaissaient mieux que nous cette parole du prophète, paix sur lui :

Cette religion est robuste, pénètres-y avec douceur, car celui qui voyage trop rapidement ne tracera pas son chemin et tuera sa monture.

Cela ne les empêchait pas de profiter de la vie terrestre dans des proportions qui ne lésaient pas leur vie future, et ils connaissaient d’ailleurs la parole divine :

Dis : qui a interdit la parure de Dieu, qu’Il a produite pour Ses esclaves, ainsi que les excellentes nourritures (Sourate Al a’raf)

Et très certainement les Frères Musulmans savent que le meilleur exemple, pour le meilleur groupe, est celui des compagnons du prophète, paix sur lui, " moines la nuit et chevaliers le jour ". Voici comment ils essayaient d’être, et Dieu est Celui qui apporte Son aide.

Quiconque pense que les Frères Musulmans sont agacés, dégoûtés par le concept de nation et de citoyenneté se trompe. Les musulmans sont les personnes les plus sincères envers leurs patries respectives, ils lui rendent service le plus sérieusement et avec le plus de respect parmi ceux qui la servent sincèrement. Vous pouvez donc voir à quel degré ils portent leur citoyenneté, et à quelle puissance ils aspirent pour leur communauté. Cependant, les musulmans se distinguent des autres personnes qui invitent à la simple citoyenneté, dans le sens où la bases de la citoyenneté musulmane est la croyance islamique. Ils servent donc leur patrie, à l’exemple de l’Egypte, ils combattent pour elle, et se livrent corps et âme dans cet effort, parce que l’Egypte est un territoire musulman, et le leader de ses communautés. De même, cette conscience fait qu’ils ne s’arrêtent pas aux frontières de l’Egypte, mais ils lui associent toute terre et tout pays islamique, là où tout nationaliste s’arrête aux frontières de son peuple, n’ayant conscience de l’obligation de servir sa patrie, si ce n’est pour être décoré, s’exhiber, par vantardise ou pour un intérêt quelconque, pas pour l’obligation descendue par Dieu sur Ses serviteurs. Il te suffit, concernant la citoyenneté des Frères Musulmans, de savoir qu’ils croient catégoriquement et impérativement que toute renonciation à un empan de terre où vit un musulman est un crime ne pouvant être pardonné que s’ils lui rendent cette terre ou s’ils meurent sans avoir pu lui rendre malgré leurs efforts. C’est leur seule façon de se considérer à l’abri du courroux divin.

Quiconque pense que les Frères Musulmans sont des propagateurs paresseux ou négligents se trompe, car ceux ci ne cessent de proclamer que le musulman doit être un guide en toute chose. Ils n’agréent que la direction, l’action, l’effort et l’avance sur les autres en toute chose : dans la science, la force, la santé et l’argent. Le retard dans un quelconque domaine nuit donc à notre pensée et va à l’encontre des enseignements de notre religion. Cependant, nous réprouvons ce matérialisme dévastateur poussant les gens à ne vouloir vivre que pour eux-mêmes, et cette tendance qu’ils ont à orienter leur esprit, leur temps et leurs efforts uniquement dans une optique individualiste. La conséquence est que chacun ne fait rien pour son prochain, et ne se préoccupe pas de sa communauté, alors que le prophète, paix sur lui, a dit :

Celui qui ne se préoccupe pas des affaires des musulmans ne fait pas partie d’eux. Tout comme il a dit : Dieu a prescrit la perfection en toute chose.

Quiconque pense que les Frères Musulmans appellent à la discrimination raciale entre les différentes couches de la communauté se trompe, car nous savons que l’Islam signifie justement le respect du lien humanitaire universel entre les fils d’Adam, à l’exemple de cette parole de Dieu le Très Haut :

Oh, les gens ! Nous vous avons crées d’un mâle et d’une femelle et vous avons désignés en nations et tribus pour que vous entreconnaissiez (Sourate Al Hujurat)

De même que l’Islam est venu pour le bien des gens dans leur totalité, et comme miséricorde de Dieu pour l’univers. C’est la fonction de cette religion : elle s’attache plus que toutes les autres à ne pas séparer les cœurs ni vider les poitrines.

Aussi, le Coran est venu affermir cette unité, en lui rendant hommage notamment à travers cette parole de Dieu le Très Haut :

"Nous ne faisons de différence entre aucun des messagers" La Vache

L’islam a d’ailleurs interdit l’agression même dans les situations de colère et de polémique. Dieu le Très Haut a dit :

Et que la haine d’un peuple ne vous incite pas à ne pas faire l’équité. Faites l’équité, cela est plus proche de la piété (le Plateau servi)

Il nous a également enjoint à pratiquer le bien et la bonté envers les citoyens, même si leurs croyances et leurs religions sont différentes :

Dieu ne vous empêche pas, à l’égard de ceux qui ne vous ont pas combattu pour la religion et ne vous ont pas chassé de vos demeures, de leur faire la charité et d’être envers eux à la balance (Sourate al Moumtahina)

De même qu’Il nous a recommandé d’être juste envers les dhimmis et d’entretenir de bonnes relations avec eux : " ils ont les mêmes droits et les mêmes devoirs que nous."

Nous savons tout cela, nous n’appelons donc pas à la discrimination raciale, ni à l’esprit de clan. Cependant, nous n’acquérons pas cette unité au détriment de notre foi, ni ne marchandons notre croyance et ne méprisons les intérêts des musulmans pour elle. Mais nous l’acquérons par la vérité, l’équité et la justice, c’est tout. Quiconque outrepasse cela, nous le stoppons à cette limite, et nous lui expliquons l’erreur qu’il a commise :

et à Dieu est la puissance, et à Son messager, et aux croyants.

Quiconque pense que les Frères Musulmans travaillent pour le compte d’une tierce organisation, ou qu’ils sont soutenus par un groupe quelconque se trompe. Les Frères Musulmans agissent pour réaliser leur objectif, sur la guidée de leur Seigneur. Cet objectif n’est autre que l’Islam et ses enfants, à toute époque et en tout lieu. Ils font largesses de ce que Dieu leur a octroyé comme subsistance, en espérant Son agrément. Et ils sont fiers de ne pas avoir tendu la main à quelqu’un jusqu’à présent, ni d’avoir sollicité l’aide d’une personne, d’une organisation ou d’un groupe.

Oh, jeunes gens !

C’est sur ces bases fermes et solides, et vers ces nobles enseignements que nous vous invitons tous. Si donc vous croyez en notre pensée, suivez nos pas, empruntez avec nous le chemin de l’islam originel, vous débarrassez de toute pensée étrangère à celle-ci, et mobilisez tous vos efforts au service de votre croyance, alors cela est un bien pour vous ici bas et dans l’au delà, et Dieu réalisera par votre intermédiaire, s’Il le désire, ce qu’Il a réalisé par l’intermédiaire de vos prédécesseurs, au premier siècle de l’hégire. Et chaque acteur sincère parmi vous trouvera dans le domaine de l’islam ce qui satisfera ses préoccupations et absorbera ses efforts, s’il est parmi les sincères.

Par contre, si vous ne voulez que les hésitations et le désarroi, et les allers-retours entre des doctrines confuses et des voies vouées à l’échec, alors la cohorte de Dieu avancera sans se soucier de son importance numérique, car " la victoire ne provient que de Dieu, le Puissant et le Sage ".

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2016. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.