Français | عربي | English

Accueil > Le Prophète Muhammad > La Sîrah > Comprendre la Sîrah > Un Message et un Guide > La nature du dernier Message
Comprendre la Sîrah
Section : Un Message et un Guide

La nature du dernier Message

vendredi 28 mai 2004

La mission de Muhammad - paix et bénédictions sur lui - se distingue par son caractère universel et définitif.

Dieu - Exalté soit-Il - aurait bien pu envoyer un avertisseur dans chaque cité et un guide pour chaque époque. Si les cités ne peuvent se passer d’avertisseurs et les époques de guides, pourquoi alors se contenter d’un seul homme hors pair ?!

En vérité, cette capacité à se suffir d’un seul homme s’apparente à cette éloquence inimitable capable d’exprimer beaucoup d’idées en peu de mots. La mission de Muhammad - paix et bénédictions sur lui - compensa complètement le besoin d’envoyer une armée de Prophètes répartis dans tous les temps et sur toutes les terres. Elle rendit même inutile l’envoi d’un ange noble à chaque être humain foulant la terre de ses pieds, aussi longtemps qu’il y aura une vie sur terre et qu’un esprit cherchera la guidée et le salut... Mais comment cela se fait-il ?

Dans les situations critiques, il se peut qu’un conseiller loyal te dise : "Ferme les yeux et suis moi" ou "Fais moi confiance et ne m’interroge sur rien qui t’intrigue" ! Il se peut qu’il soit salutaire de lui obéir. Alors tu lui emboîtes le pas jusqu’à bon port. Dans ce cas, il est ton guide et ton auxiliaire qui pense pour toi, voit pour toi et te prend par la main. Mais s’il périt, tu péris avec lui.

Par ailleurs, si d’emblée un homme sage te trace le chemin à suivre et te met en garde contre les embûches, s’il t’explique en détail les choses qui t’aideront à franchir les étapes et t’épargneront les souffrances, puis marche un peu à tes côtés pour t’entraîner à la mise en pratique de ce que tu as appris, alors dans ce cas tu es ton propre guide, tu deviens autonome, tu penses par toi-même et vois par toi-même.

Le premier cas de figure sied davantage aux enfants et aux indigents. Le second s’applique aux gens doués de raison.

Lorsque Dieu - Exalté soit-Il - envoya Muhammad - paix et bénédictions sur lui - pour guider le monde, il inclut dans Son Message des principes qui ouvrent grandes les voies de la connaissance de ce qui fut et de ce qui adviendra aux gens doués de raison. Le Coran qu’Il déversa dans son cœur est un Livre émanant du Seigneur des mondes, destiné à tout être vivant afin de l’orienter vers le bien et lui inspirer la sagesse.

Muhammad - paix et bénédictions sur lui - n’était pas simplement un guide pour un groupe humain qui se réforma grâce à lui, puis lorsqu’il décéda, il disparut aussi. Il était au contraire une force bénéfique ayant dans le monde des sens un impact comparable à celui de la découverte des machines à vapeur ou celui de l’électricité dans le monde de la matière. Sa mission représente un cap dans l’évolution de l’humanité. Avant sa mission, les hommes étaient sous la tutelle de leurs gouverneurs comme un enfant dans le giron familial. Puis, l’enfant grandit et devint capable d’assumer des responsabilités. Le discours divin lui parvint, par l’intermédiaire de Muhammad - paix et bénédiction sur lui -, lui expliquant comment vivre sur terre et comment retourner au ciel. Que Muhammad - paix et bénédiction sur lui - reste ou s’en aille, cela ne change rien au fond de son message. Son message vise à ouvrir les yeux et les oreilles, à aiguiser le discernement et éclaircir les esprits. Ceci est soigneusement consigné dans son imposant héritage, que ce soit dans le Livre ou dans la Sunnah.

Il ne fut pas envoyé pour rassembler les gens, peu ou prou, autour de son nom. Il fut envoyé pour établir le lien entre les créatures et la vérité par laquelle se rectifie leur existence, et la lumière grâce à laquelle elles voient leur but.

Celui qui dans sa vie connaît la vérité et détient une lumière guidant ses pas parmi les hommes, alors il aura connu Muhammad - paix et bénédiction sur lui - et se sera abrité sous son étendard quand bien même il n’aura pas vu sa silhouette ni vécu avec lui.

« Ô gens ! Certes, une preuve manifeste vous est venue de la part de votre Seigneur. Et Nous avons fait descendre vers vous une lumière éclatante. Alors ceux qui croient en Dieu et qui s’attachent à Lui, Il les fera entrer dans une miséricorde venue de Lui, et dans une grâce aussi. Et Il les guidera vers Lui dans un chemin droit. » [1]

Si tu vois un individu feindre d’oublier les enseignements du maître, ou s’accrocher à ses vêtements de son vivant, ou à sa dépouille après sa mort, sache alors qu’il est un enfant ingénu qui n’est pas digne d’être le destinataire des enseignements prophétiques, ni même de marcher sur la voie droite qu’ils tracent.

J’ai vu dans la Mosquée du Prophète - paix et bénédiction sur lui -, à Médine, des foules cherchant à se rapprocher de la noble rawdah [2] et à y passer le restant de leur vie. Si le Prophète sortait de sa tombe et voyait ces gens, il répugnerait à les voir et détesterait leur compagnie. Leur allure déguenillée, leur manque de savoir, leur oisiveté, la perte de leur temps, et la longueur de leur insouciance rendent leur lien avec le Prophète de l’islam plus ténu qu’un fil d’araignée.

Je leur demandai : À quoi vous sert la proximité du Prophète ? Et à quoi lui servez-vous ? Les gens qui ont compris son message et qui l’affectionnent au-delà des dunes et des océans connaissent la réalité de Muhammad - paix et bénédiction sur lui - mieux que vous. La proximité spirituelle et intellectuelle est l’unique lien que l’on peut avoir avec Muhammad - paix et bénédiction sur lui. Comment les esprits malades et les raisons troublées peuvent-elles se prévaloir d’un lien avec celui qui vint insuffler dans les esprits et les mentalités la vivacité nécessaire aux choses de la religion et de la vie ?

Cette proximité géographique est-elle une preuve d’amour ou même un moyen d’obtenir le pardon ?

Tu n’aimeras point en Dieu avant d’avoir connu Dieu au préalable, Celui en Qui tu aimes. L’ordre naturel des choses est donc avant toute chose de connaître ton Seigneur, puis de connaître ta religion. Une fois que cette connaissance est acquise, par le biais d’une raison saine, tu peux apprécier, avec un cœur plein de gratitude, le bienfait de celui qui te transmit le message de Dieu et endura tant de souffrances pour toi. Tel est le sens de la tradition : « Aimez Dieu pour les bienfaits dont Il vous comble et aimez-moi en vertu de votre amour pour Dieu... » [3] et le sens du verset : « Dis : "Si vous aimez Dieu véritablement, suivez-moi, Dieu vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Dieu est Pardonneur et Miséricordieux. » [4]

De plus, le Prophète de l’islam ne se présenta jamais comme un « Pape » qui accorderait le pardon aux hommes et octroierait ses bénédictions. Il ne se comporta jamais de la sorte car jamais il n’exerça le charlatanisme. Il te dit simplement : Viens avec moi, ou rejoins les autres hommes, afin que nous nous tenions tous en prière dans la cour du Seigneur des Mondes l’implorant : « Guide-nous dans le droit chemin, le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés. » [5]

Si ce Prophète est satisfait de toi, il priera Dieu en ta faveur. Et si de ton côté tu es satisfait de lui, que s’installe en toi la conviction de la grandeur de son œuvre et de son bienfait sur toi, prie à ton tour en sa faveur et joins-toi en cela aux anges qui connaissent sa valeur et prient afin que sa rétribution soit encore plus grande : « Certes, Dieu et Ses Anges prient sur le Prophète ; ô vous qui croyez priez sur lui et adressez lui vos salutations. » [6]

La mission de Muhammad - paix et bénédiction sur lui - ne consiste pas à te tirer avec une corde vers le paradis. Elle vise plutôt à projeter dans ta conscience le sens qui te permettra de percevoir la vérité. Pour ce faire, il use du Livre que le faux n’atteint d’aucune part, qui fut facilité pour la méditation et préservé de tout dévoiement... Tel est le secret de la pérennité de son message.

Examinons maintenant la manière dont le Messager - paix et bénédiction sur lui - traita l’environnement dans lequel il fit son apparition à la lumière de la nature de son message, et avant cela faisons l’état des lieux de cet environnement.

P.-S.

Traduit de l’arabe du livre de Sheikh Muhammad Al-Ghazâlî intitulé Fiqh As-Sîrah, éditions Ar-Rayyân Lit-Turâth, première édition, Le Caire - Égypte, 1987.

Notes

[1Sourate 4, An-Nisâ’, les Femmes, versets 174 et 175.

[2La rawdah est la partie de la mosquée prophétique actuelle qui correspond à sa partie historique s’étendant entre l’appartement du Prophète - paix et bénédiction sur lui - et sa chaire, sur une superficie d’environ 330 m². NdT

[3Hadîth dont la chaîne de garants est faible, rapporté par At-Tirmidhî dans ses Sunan (volume 4, pp. 343-344, en marge du commentaire de la Tuhfah), par Al-Hâkim (volume 3, page 150), par Abû Nu`aym dans Hilyat Al-Awliyâ’ (volume 3, page 211) et par Al-Khatîb dans son Târîkh (volume 4, page 160), d’après Hishâm Ibn Yûsuf, selon `Abd Allâh Ibn Sulaymân An-Nawfalî, selon Muhammad Ibn `Alî Ibn `Abd Allâh Ibn `Abbâs, selon son père selon Ibn `Abbâs et attribué au Prophète (marfû`). At-Tirmidhî le jugea "bon et singulier (hasan gharîb) connu de cette voie uniquement". Al-Hâkim jugea sa chaîne de garants authentique et fut suivi dans cet avis par Adh-Dhahabî. Mais cela est dû à leur souplesse en la matière, notamment Adh-Dhahabî. An-Nawfalî rapporte ce hadîth dans Mîzân Al-I`tidâl Fî Naqd Ar-Rijâl disant qu’il "comporte une part d’inconnu" et fut transmis par Hishâm Ibn Yûsuf uniquement. Comment donc peut-il être authentifié alors qu’il provient uniquement de cet inconnu, personne ne l’ayant corroborré ? C’est pourquoi Al-Hâfidh Ibn Hajar dit dans At-Taqrîb qu’il est "acceptable", c’est-à-dire par le biais de la consolidation, mais quelle autre voie consolide ce récit ? Aussi Ibn Al-Jawzî eut raison de le déclarer "non authentique" comme nous le rapporta Al-Minâwî dans Fayd Al-Qadîr avec de longs développements inutiles pour notre propos.

[4Sourate 3, Âl `Imrân, la Famille d’Amram, verset 31.

[5Sourate 1, Al-Fâtihah, la Liminaire, versets 6 et 7.

[6Sourate 33, Al-Ahzâb, les Coalisés, verset 56.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.