Français | عربي | English

Accueil > Bibliothèque islamique > Sheikh `Abd Al-Halîm Mahmûd > Le Soufisme et l’Islam > Le Tasawwuf et la raison
Le Soufisme et l’Islam

Le Tasawwuf et la raison

vendredi 7 septembre 2001

Devons-nous donc recourir à la raison ? À ses études logiques (mantiqiy) et analogiques (qiyâsiy) et à ses déductions résultant d’hypothèses et d’analogies ?

La raison peut-elle nous diriger et nous guider, en toute sécurité, sur les océans infinis du tasawwuf et dans ses interminables prairies, qui sont des dons de la théophanie infinie ? Il est bien connu que l’intellect gravite dans l’orbite de la matière. Il s’élève au ciel pour en explorer les gigantesques horizons grâce à des satellites, des navettes spatiales et des fusées. Il plonge aussi au fond des mers pour en extraire les trésors qu’elles portent en leur sein et pour en exposer les secrets. Il sonde en profondeur les couches terrestres pour en extraire les métaux lourds et élucider des mystères qu’elles portent en elles.

La raison est la source d’innovation industrielle, depuis l’aiguille jusqu’à la fusée. C’est l’origine de l’invention des composés chimiques, qu’ils soient complexes ou simples. Elle permet de découvrir les lois naturelles établies dans la terre et le ciel, lesquelles sont la base de la science des humains : le monde de la déduction, sous ses diverses formes et par ses méthodologies multiples.

Mais la raison, dont le champ d’action est la déduction dans le champ de la matière,
n’a rien à voir avec le Ghayb (Inconnu) : le Ghayb divin
n’a rien à voir avec les choses voilées : les choses voilées dans l’Assemblée Céleste
n’a rien à voir avec le dévoilement du voilé : le voilé spirituel
n’a rien à voir par les ascensions sacrées et les stations des âmes.

La raison a échoué dans la tentative de trouver une mesure intellectuelle permettant de juger du vrai et du faux dans le monde spirituel. Elle a été incapable d’inventer un outil de séparation entre le vrai et le faux dans le monde du Ghayb (Inconnu). La méthodologie d’Aristote n’a pu faire cela, tout comme l’approche de Descartes a échoué. Toute approche cartésienne, jusqu’aujourd’hui, a été incapable de nous faire atteindre le monde divin pour nous faire connaître ses secrets et cheminer avec nous à travers ses voiles.

L’échec de la raison dans le monde du tasawwuf est une chose avouée, à juste titre, par Pythagore et Platon. Ont avoué cela Al-Kindî, Al-Farâbî, Ibn Sînâ, de même qu’Al-Ghazâlî ainsi que tous les soufis sans exception. Ils ont fait cet aveu lorsqu’ils ont su que la raison ne peut sortir du champ de la matière ; en fait, même l’imagination et l’illusion ne sortent pas de la sphère matérielle. Ils ont fait cet aveu après avoir observé l’Histoire de la pensée humaine : la raison a été incapable et sans secours devant les stations de l’âme et les ascensions sacrées. Ils ont donc avoué et prouvé cela et la réalité historique a témoigné de la justesse de leur logique. Ce n’est pas un rabaissement de la raison : elle a un champ d’action gigantesque dans l’univers, au cœur de la terre, dans les couches célestes, et c’est sur elle et par elle que s’est établie la civilisation matérielle moderne, avec sa puissance et sa domination.

P.-S.

Traduit de l’arabe de Al-`Ârif billâh, Abû Al-`Abbâs Al-Mursî (Le gnostique, Abû Al-`Abbâs Al-Mursî) de l’Imâm `Abd Al-Halîm Mahmoud, aux éditions Dâr Ash-Sha`b, Le Caire, Egypte, 1972.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.