Français | عربي | English

Accueil > Banque de Fatwâ > Soufisme et Spiritualité > La Tarîqah Sunûsiyyah

La Tarîqah Sunûsiyyah

jeudi 13 février 2003

Question

Qu’est-ce que la tarîqah [1] soufie appelée Sunûsiyyah ?

Réponse de Sheikh Ahmad Ash-Sharabâsî

La tarîqah Sunûsiyyah s’est développée en Afrique du Nord. Son fondateur est As-Sayyid Muhammad Ibn `Alî As-Sunûsî qui naquit en 1791 E.C. Il fut un noble savant qui se dépensait dans les œuvres pies. Sa tarîqah vit sa renommée grandir et se répandit ici et là, depuis Marrakech jusqu’en Somalie, et tout particulièrement en Libye, si bien que ses Zâwiyah [2] soufies se comptèrent par centaines.

Cette tarîqah vise à éduquer l’âme de ses disciples de façon saine et cherche à leur apprendre de nobles manières. Elle est fondée sur les nobles vertus islamiques. Elle habitue ses disciples à gagner leur vie à la sueur de leur front, tout en s’adonnant aux œuvres de dévotion et en s’attachant au Tawhîd [3].

Elle est basée sur l’application du Noble Coran et de la Sunnah. Aussi la colonisation européenne voyait-elle en cette tarîqah un réel danger pour ses intérêts.

La Zâwiyah la plus célèbre de la tarîqah Sunûsiyyah se trouve à Jaghbûb. Avant l’établissement de la tarîqah à Jaghbûb, cette ville était considérée comme un lieu dangereux et instable. Mais lorsque la Zâwiyah Sunûsiyyah fut installée là-bas, Jaghbûb devint un centre de dévotion et de guidance. As-Sunûsî y fonda une école pour former les aspirants (murîd) à cette tarîqah.

Lorsqu’As-Sayyid Muhammad As-Sunûsî décéda, son fils — Al-Mahdî — lui succéda et poursuivit le travail de son père. Il construisit de nombreuses Zâwiyah et sa renommée se propagea dans de nombreuses contrées. Il en résulta que les pays colonisateurs le redoutèrent et tentèrent de le corrompre, mais il rejeta leurs propositions et se dévoua au service du message qu’il défendait, à savoir, l’appel à Dieu et l’éveil de la communauté musulmane.

Il enseigna à ses disciples le Jihâd et la lutte contre les ennemis de l’Islam et du monde Arabe. Ces enseignements se manifestèrent clairement en 1911 dans la lutte contre la colonisation italienne et la propagation de l’Islam au Soudan et les pays au centre de l’Afrique.

La tarîqah Sunûsiyyah estiment que les Prophètes, paix et salut sur eux, sont des moyens pour atteindre Dieu Exalté Soit-Il.

Le sharîf [4] Ahmad As-Sunûsî composa un ouvrage colossal sur l’Histoire de la Sunûsiyyah.

La Sunûsiyyah est une voie soufie pratique appliquant le Coran et la Sunnah. Elle ne se contente pas des oraisons et du dhikr [5], elle met l’accent sur l’application des prescriptions divines, et c’est pour cette raison qu’ils se sont attachés au Jihâd.

Les disciples de la Sunûsiyyah ont diffusé leur appel à Dieu dans les pays au centre de l’Afrique, si bien que des millions d’Africains Noirs ont trouvé la guidance vers l’Islam. La Sunûsiyyah enseigne à ses aspirants la chevalerie et l’entraînement au tir. Le jour du vendredi était dédié pour les entraînements militaires ; ils y organisaient des concours et remettaient des trophées pour les vainqueurs. Le jour du jeudi était, quant à lui, dédié aux travaux manuels comme la menuiserie, la forge, la plomberie, le tissage, et ils accordaient de l’importance à l’agriculture et au plantage des arbres.

Leur Sheikh, As-Sunûsî, disait à ses disciples : « l’Alchimie se trouve sous le sillon de la charrue ». Il disait également : « l’Alchimie, c’est le travail des mains et la sueur du front ». Certaines figures prééminentes de la Sunûsiyyah disaient : « Ne méprise aucune personne, qu’elle soit musulmane, chrétienne, juive ou mécréante. Il se peut qu’auprès de Dieu elle soit mieux que toi, car tu ne sais quelles œuvres clôturerons sa vie ».

Les disciples de la Sunûsiyyah avaient l’habitude d’acheter des enfants vendus comme esclaves au Soudan, puis ils les élevaient à Jaghbûb. Lorsque ces esclaves grandissaient et arrivaient au terme de leur apprentissage religieux, ils les affranchissaient et les envoyaient dans les diverses contrées pour appeler à l’Islam et propager son Message dans tous les pays au cœur de l’Afrique.

Et Allah — Exalté Soit-Il — sait mieux.

P.-S.

Fatwa traduite du livre Yas’alûnaka fi’d-Dîni wa’l-hayâh, p 155-157, v. 5, de Sheikh Ahmad Ash-Sharabâsî, un éminent savant d’Al-Azhar.

Notes

[1tarîqah : signifie une voie, une méthodologie, une façon de faire. Il désigne de façon consacrée une école spirituelle sunnite attachée à l’ascétisme, la dévotion et la purification de l’âme. Ce terme est aussi traduit par « confrérie soufie ». Hélas, il y a disciples qui se réclament de telle ou telle école spirituelle mais qui n’honorent pas cette filiation.

[2Zâwiyah désigne un centre d’éducation et de dévotion soufi

[3Tawhîd : il s’agit de l’Unicité de Dieu, essence même de l’Islam et de tous les Messages divins.

[4Sharîf : terme désignant un descendant du Messager de Dieu, paix et bénédiction de Dieu sur lui.

[5Dhikr : mention de Dieu

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.