Français | عربي | English

Accueil > Banque de Fatwâ > Nourriture et Boissons > Conseil Européen de la Recherche et de la Fatwâ > Le vinaigre de vin

Le vinaigre de vin

dimanche 24 août 2003

Question

Quel est le statut du vinaigre fabriqué à partir du vin ?

Réponse du Conseil Européen de la Recherche et de la Fatwâ

Lorsque le vin se transforme spontanément en vinaigre, ce dernier est licite et pur à l’unanimité des juristes. Si la transformation est provoquée par un traitement ou une intervention extérieure, comme l’ajout de sel, de pain, d’oignons, de vinaigre ou toute autre substance chimique, les savants ont divergé à son sujet. Certains disent que le produit est pur et licite du fait de la transformation de sa nature et de la disparition de son caractère corrupteur. D’autres disent que le produit n’est pas pur et qu’il est illicite d’en faire usage car nous avons reçu l’ordre de nous en écarter et le fait de transformer le vin en vinaigre revient à s’en approcher, ce qui n’est pas permis.

Après avoir considéré les arguments des deux camps, le Conseil donne la préférence au premier avis : à savoir la pureté et le caractère licite du vinaigre transformé. Car la transformation artificielle - tout comme la transformation spontanée - élimine le caractère corrupteur, c’est-à-dire enivrant, du vin, et appuie son caractère bénéfique : le bénéfice nutritif, curatif, etc. Etant donné que l’impureté et la prohibition sont dues au caractère enivrant qui a cessé d’exister, la validité des jugements légaux changent selon l’existence ou la disparition de leurs causes [1]. Ceci est confirmé par la parole du Prophète - paix et bénédictions sur lui : "Quelle bonne nourriture que le vinaigre !" (hadith rapporté par Muslim et d’autres). Ainsi, il n’est pas fait de distinction concernant l’origine du vinaigre, ni la manière dont celui-ci a été fabriqué.

Les hadiths induisant l’interdiction de la transformation artificielle du vinaigre relèvent de la dissuasion et de la rigueur demandée initialement aux musulmans afin qu’il n’y ait pas de laisser-aller sur ce point [2].

Et Allâh est plus savant.

P.-S.

Traduit de la banque de fatâwâ du site islamonline.net. La version originale est consultable sur archive.org.

Notes

[1Ceci est un principe connu de la jurisprudence islamique.

[2Il convient de noter que les musulmans n’ont pas le droit de posséder du vin ni d’en récolter un quelconque bénéfice financier, ne serait-ce que par sa transformation en vinaigre. De ce fait, les premiers musulmans se sont débarrassés du vin qui était en leur possession lors de son interdiction par le Coran et n’ont pas cherché à en tirer le moindre bénéfice.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.