Français | عربي | English

Accueil > Bibliothèque islamique > Sheikh Al-Bahî Al-Khawlî > Le Jeûne > Actions qui rompent le jeûne
Le Jeûne

Actions qui rompent le jeûne

Par Sheikh Al-Bahiyy Al-Khôlî

samedi 10 novembre 2001

Actions qui rompent le jeûne

  1. Le Ramadan est délibérément rompu lorsqu’une personne mange, boit ou consomme l’œuvre de chair durant le jour (i.e. entre l’aube et le coucher du soleil).

    a) Manger ou boire délibérément rompt le jeûne et exige une expiation.

    b) consommer l’œuvre de chair (i.e. avoir des rapports sexuels) délibérément le rompt également et nécessite un qadâ’, c’est-à-dire un remplacement par un autre jour du jeûne, ou bien une kaffârah (expiation). La Kaffârah de ce jour consiste en la libération d’un esclave ou le jeûne de deux mois consécutifs, ou de nourrir soixante nécessiteux.

    Cette prescription est basée sur le récit suivant rapporté par Abû Hurayrah : Un homme dit au Prophète, paix et bénédiction de Dieu sur lui : "J’ai commis un péché mortel !"
    - Qu’as-tu donc fait ? lui demanda le Prophète.
    - J’ai accompli le devoir conjugal durant ce jour de jeûne !
    - Affranchis un esclave, lui dit le Prophète.
    - Je n’en ai pas les moyens, lui répondit l’homme.
    - Jeûne deux mois consécutifs, lui dit alors le Prophète.
    - Je ne peux les supporter, rajouta l’homme.
    - Nourris donc soixante pauvres.
    - Je ne le puis non plus, dit l’homme.
    Sur ce, le Prophète, paix et bénédiction de Dieu sur lui, apporta quelques dattes de chez lui et dit : "Prends ces dattes et donne-les aux pauvres".
    - Il n’y a pas plus pauvres que moi et les miens.
    Le Prophète lui dit alors : "Prends-les donc pour toi et ta famille".

    En ce qui concerne le "remplacement" (qadâ’) des jours de jeûne manqués, Abû Dâwûd et Ibn Mâjah rapportent que le Prophète, paix et bénédiction de Dieu sur lui, a ordonné à un homme qui avait eu des rapports avec sa femme durant un jour de jeûne de le remplacer par un autre jour, la Kaffârah mise à part.

  2. Le jeûne est également rompu lorsqu’une personne vomit d’une manière délibérée. Dans ce cas, elle doit le remplacer par un autre jour. Abû Hurayrah rapporte que le Prophète, paix et bénédiction de Dieu sur lui, a dit : "Celui qui se force à vomir doit remplacer ce jour par un autre".

P.-S.

Ouvrage publié par le Conseil Supérieur des Affaires Islamiques d’Égypte, 1993. Quelques adaptations sont faites par Islamophile.org.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.