Français | عربي | English

Accueil > Banque de Fatwâ > Culte > Jeûne > Sheikh `Atiyyah Saqr > Le jeûne pendant le mois de Rajab

Le jeûne pendant le mois de Rajab

dimanche 17 juillet 2005

Question

Certaines personnes veillent à jeûner le premier jour du mois de Rajab, ou certains jours en particulier de ce mois. D’autres enchaînent le jeûne pendant l’intégralité des mois de Rajab, Sha`bân et Ramadân. Cela est-il permis ?

Réponse de Sheikh `Atiyyah Saqr

Le mois de Rajab fait partie des mois sacrés, le jeûne y est recommandé en vertu du hadîth d’Al-Bâhilî à qui le Prophète — paix et bénédictions sur lui — dit : « Jeûne et mange pendant les mois sacrés. » [1] Le Prophète — paix et bénédictions sur lui — recommandait le jeûne de trois jours de chaque mois, comme cela est rapporté dans les deux Sahîh, voire il recommandait le jeûne dans l’absolu. Aussi, jeûner quelques jours pendant le mois de Rajab est recommandé en vertu de ces hadîths généraux. Mais il n’existe aucune narration authentique ayant consacré le jeûne de certains jours en particulier du mois de Rajab, que ce soit le premier jour ou un autre jour du mois. Le hadîth rapporté d’après Anas indiquant que : « Il y a une rivière dans le Paradis appelée Rajab, son eau est plus blanche que le lait, et plus douce que le miel, quiconque jeûne un jour de ce mois, Dieu l’abreuvera de cette rivière. », ce hadîth n’est pas authentique, il s’agit même d’un hadîth faible.

De même, le hadîth d’Ibn `Abbâs selon lequel : « Le jeûne d’un jour de Rajab équivaut au jeûne d’un mois. Quiconque y jeûne pendant sept jours, les sept portes de l’Enfer seront fermées devant lui. Quiconque y jeûne pendant huit jours trouvera les huit portes du Paradis ouvertes devant lui. Et quiconque y jeûne pendant dix jours verra ses péchés transformés en œuvres pies. » est faible également comme cela fut précisé par As-Suyûtî dans Al-Hâwî lil-Fatâwî.

Aucun texte n’interdit le jeûne ininterrompu des mois de Rajab, Sha`bân et Ramadân. Néanmoins, certains savants disent : « N’ayant pas existé du temps de nos pieux prédécesseurs, s’imposer une telle pratique relève de l’innovation blâmable. Mieux vaut jeûner selon sa capacité sans former de vœux de cette nature afin que le jeûneur ne tombe pas dans l’interdit. »

P.-S.

Traduit de l’arabe du site d’Al-Azhar.

Notes

[1Hadîth rapporté par Abû Dâwûd.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2015. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.