Français | عربي | English

Accueil > Bibliothèque islamique > Sheikh `Abd Al-Halîm Mahmûd > Le Soufisme et l’Islam > Le Tasawwuf et la science
Le Soufisme et l’Islam

Le Tasawwuf et la science

mercredi 5 septembre 2001

La science armée de l’observation et de l’étude peut-elle pénétrer la forteresse du tasawwuf ? Si jamais elle tente cela, elle en restera à l’observation de la forme extérieure sans pouvoir étudier plus que l’apparence et la forme : rien de l’âme du tasawwuf et son essence. Il s’agit là d’un échec total. Vraiment la psychologie a jusqu’à présent totalement échoué, tout comme la sociologie, dans la tentative d’atteindre l’essence même du tasawwuf et sa vérité. Je dirais même que les études en psychologie moderne et en sociologie contemporaine ont complètement défiguré la conception du tasawwuf. Il en va de même pour les études qui ont été faites sur l’âme, la révélation (wahy), l’inspiration divine (ilhâm) et sur la religion de façon générale.

Les études faites en psychologie et en sociologie moderne se sont cloisonnées dans la matière et se sont enchaînées par les phénomènes matériels palpables : ce qui est visible, audible, doté d’un goût ’matériel’, ou ayant une dimension olfactive ! De par leur aveu explicite - ne prêtant à aucune confusion - leur champ n’est autre que le champ matériel ; ce qui sort du monde matériel n’est pas cerné par leur analyse et sort du cadre de leur recherche.

Le tasawwuf est un état d’esprit, une inspiration, une illumination : il ne rentre pas dans leur champ d’étude. C’est pourquoi ses études se sont contentées de l’apparence et de la forme, et c’est pour cette raison qu’il s’agit d’un échec total saisissant. Nous entendons par science moderne, la science répandue en Europe et aux Etats-Unis dans l’ère contemporaine. Elle s’est contrainte d’une façon totale de rester circonscrite dans le champ matériel et a délimité, par son propre choix, de façon précise sa sphère : la matière. Elle s’est solidement attachée à cela si bien que toute chose qui sort du cadre de la matière n’est pas un « monde » et tout ce qui n’est pas observable par les sens ne peut faire l’objet d’une « recherche scientifique ».

Il ne s’agit pas là d’étudier si la science moderne a fait une erreur ou pas, il s’agit, pour moi, de montrer clairement que cette contrainte que s’est imposée la science moderne rend impossible tout lien, de loin ou de près, avec le cœur du tasawwuf et sa véritable essence. Ainsi tout ce qui a été prononcé par la voix de la science sur le tasawwuf ne touche que la forme et l’apparence - le vernis - et n’est d’aucune utilité pour ce qui est de l’âme et de l’essence.

P.-S.

Traduit de l’arabe de Al-`Ârif billâh, Abû Al-`Abbâs Al-Mursî (Le gnostique, Abû Al-`Abbâs Al-Mursî) de l’Imâm `Abd Al-Halîm Mahmoud, aux éditions Dâr Ash-Sha`b, Le Caire, Egypte, 1972.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2018. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.