Français | عربي | English

Accueil > Banque de Fatwâ > Famille > Docteur Muzammil Siddîqî > Problèmes de Mahr ( dot)

Problèmes de Mahr ( dot)

vendredi 17 janvier 2003

Question

Je voudrais en savoir plus sur le concept de mahr (la dot) en islam. Quel devrait être le montant du mahr pour une personne vivant en Californie ? Je compte bientôt me marier et ma belle-famille voudrait que le mahr soit établi conformément à la Shari’ah.

Réponse de Dr. Muzammil Siddîqî

Le mahr est un droit de la femme qui devient exigible dès que le contrat de mariage est conclu. On doit s’en acquitter intégralement après la consommation du mariage. Si le divorce survient avant la consommation, il faut s’acquitter de la moitié, à moins que la femme ou son représentant y renoncent. Allah dit dans le Coran "Et donnez aux épouses leur mahr, de bonne grâce. Si de bon gré elles vous en abandonnent quelque chose, disposez-en alors à votre aise et de bon cœur." (Sourate 4, Les Femmes, An-Nisâ’, verset 4) "Puis, de même que vous jouissez d’elles, donnez-leur le mahr qui leur est dû. Il n’y a aucun péché contre vous à ce que vous concluez un accord quelconque entre vous après la fixation du mahr" (Sourate 4, Les Femmes, An-Nisâ’, verset 24) "Et si vous divorcez d’avec elles sans les avoir touchées, mais après avoir fixé leur mahr, versez-leur alors la moitié de ce que vous avez fixé, à moins qu’elles ne s’en désistent, ou que ne se désiste celui qui gouverne la conclusion du mariage » (Sourate 2, La Vache, Al Baqarah, verset 237)

Le mahr est très important dans le mariage islamique. Allah a employé à son égard le terme "faridah". Ce mot désigne les obligations, toute chose prescrite, décrétée et rendue obligatoire. Il incombe au mari de verser la dot à son épouse, à moins qu’elle n’y renonce de son plein gré, librement et sans pression, en lui disant qu’elle le relève de cette obligation, ou bien en lui retournant la somme présentée. Le mahr appartient à la femme et lui est remis à elle exclusivement. Ce n’est pas la propriété de ses parents ni de son représentant. Personne ne peut exempter le mari de s’en acquitter à part elle, sauf si le mariage n’est pas consommé. Dans ce cas là, le représentant peut décider d’exempter le mari. Si le mari meurt sans avoir payé la dot, elle lui sera compté comme une dette, et devra à ce titre être prélevé de ses biens avant que l’on ne procède au partage de sa succession. La dot n’est aucun cas le prix de la mariée. C ’est un présent donné à la femme en témoignage de l’amour et de l’estime que lui porte son mari. Dans le Coran, il est appelé sadâq c’est-à-dire "un gage d’amitié". Il est aussi appelé nihlah c’est-à-dire "un beau présent". Le mahr représente aussi l’engagement du mari qui devra subvenir aux besoins financiers de son épouse (nafaqah). En islam, il incombe en effet au mari de pourvoir aux besoins de sa femme et de son foyer. On trouve chez certains musulmans une idée reçue selon laquelle le mahr doit être payé au moment du divorce. Or il n’en est rien. Le mahr est, toutefois, dû au moment du divorce s’il n’a pas été payé auparavant. Les gens ont coutume d’avancer une partie du mahr et de différer le paiement de l’autre partie (mu’akhkhar ou mu’ajjal). La première partie doit être payée au moment du nikâh et la seconde ultérieurement. La femme est en droit de la réclamer à son mari, qui ne doit pas mal prendre cette demande. De même, une femme ne doit pas craindre que son mari la quitte s’il lui paie l’intégralité du mahr. Toutes ces notions appartiennent à des coutumes et des cultures diverses, mais elles n’ont rien à voir avec la Sharî’ah.

Selon la Shari’ah, le mahr doit être d’un montant raisonnable, mais aucun montant n’est fixé. Tout dépend de la condition financière de l’époux, du lieu et de l’époque. Nous n’avons pas à appliquer les pratiques en termes de mahr du 7e siècle au 20e siècle, pas plus que le mahr aux États-Unis ne devrait se calquer sur le mahr tel qu’il est donné en Inde ou au Pakistan. Comme les conditions financières changent selon les époques et les lieux, le mahr varie également. Cependant, le principe communément admis est qu’il ne doit pas être trop élevé. Il est répréhensible de s’en servir pour faire l’étalage de ses moyens. Parfois, la famille de la fiancée fait pression sur le futur époux et sa famille et exige un mahr élevé pour se vanter auprès de leurs proches et amis et dire que leur fille a été mariée pour une grosse dot. Parfois le fiancé déclare donner un mahr important et pense en secret que ce n’est qu’une formalité, un engagement dont il n’aura pas à s’acquitter. On entend certains dire : « Écrivez ce que vous voulez, personne ne demandera rien et personne ne paiera rien ». C’est là une transgression des règles d’Allah. les musulmans ne doivent promettre que ce qu’ils peuvent et ont l’intention de payer. Il est harâm [1] de jouir de relations avec son épouse et de lui refuser son mahr quand elle le réclame.

Et Allâh est le plus savant.

P.-S.

Traduit de l’anglais du site islamonline.net. La version originale est consultable sur archive.org.

Notes

[1harâm : illicite, contraire de halâl.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.