Français | عربي | English

Accueil > Architecture islamique > L’architecture islamique en Egypte, sous les Mamelouks 648-923 A.H. (...) > La Mosquée du Sultan Adh-Dhâhir Baybars 665-667 A.H. (1267-69 (...)

La Mosquée du Sultan Adh-Dhâhir Baybars 665-667 A.H. (1267-69 E.C.)

lundi 14 avril 2003

Baybars était un mamelouk [1] de l’Emir `Alâ’iddîn Al-Bunduqdarî. Plus tard, il eut un nouveau maître, Al-Malik As-Sâlih Najmeddîn [2] qui remarqua sa perspicacité et son intelligence. Baybars fut affranchi et promu à plusieurs hauts postes du gouvernement, jusqu’à accéder, par ruse et perfidie, au trône d’Egypte en 658 A.H. (1260 E.C.), avec pour nouveau titre Al-Malik Adh-Dhâhir (le Roi Victorieux). Il fut l’un des plus grands sultans de la dynastie Mamelouk Bahrite.

Il vainquit les Croisés et les Mongols et parvint à soumettre les princes syriens rebelles. Après avoir assuré plusieurs victoires et de vastes conquêtes territoriales, il mourrut en 676 A.H. (1277 E.C.). Ses campagnes militaires ne l’ont en rien détourné de son interêt pour l’architecture. Il laissa de nombreux édifices, religieux et civils dont la grande mosquée, à la place Adh-Dhâhir, commencée en 665 A.H. (1267 E.C.) et terminée en 667 A.H. (1269 E.C.). La mosquée mesure 103m sur 106m et se place ainsi parmi les plus grandes mosquées du Caire.

Aujourd’hui, il n’en reste rien à part des murs externes, quelques arches et quelques ornements gravés dans la pierre ou en stuc.

Son plan est similaire à celui aux mosquées précédemment présentées. Sa cour intérieure (sahn) est entourée de quatre péristyles (riwâq), le plus grand étant le sanctuaire.

Les arches autour de la cour intérieure et celles autour de la troisième arcade dans le péristyle étaient soutenues par des piliers rectangulaires. Les arches qui soutenaient le dôme en face du mihrâb reposaient sur des piliers carrés, avec des colonnes aux coins. Les autres arches étaient soutenues par des colonnes en marbre. Le dôme était si grand qu’il s’étendait sur neuf travées tandis que les dômes des mosquées précédentes ne couvraient qu’une seule travée.

Les quatre façades sont construites avec des pierres de grande taille, avec des fenêtres arquées dans la partie supérieure des murs et des crêtes en cascade en haut du parapet.

Cette mosquée est remarquable pour les reliefs à ses quatre coins et pour les trois entrées monumentales réalisées dans les façades. La plus grande de ces entrées se situe au milieu de la façade ouest, à l’opposé du mihrâb. Cette entrée, ainsi que les deux autres situées dans les façades nord et sud, sont décorées d’alcôves aux sommets arqués ou de niches aux coupoles en stalactites. La plupart de ces éléments décoratifs s’inspiraient des façades de la mosquée d’Al-Aqmar et d’As-Sâlih Talâ’i` et de l’entrée de la madrasah Sâlihiyyah. Le minaret se dressait au milieu de la façade ouest, au dessus de l’entrée principale.

A l’exception d’une partie du sanctuaire où se tient la prière, la mosquée est devenue aujourd’hui un jardin public pour enfants.

JPEG - 59.6 ko
Mosquée du Sultan Adh-Dhâhir Baybars

P.-S.

Cette présentation s’appuie sur un article du site d’Al-Azhar.

Notes

[1mot arabe qui signifie littéralement "celui qui est possédé" ou "esclave". Les anciennes milices égyptiennes comptaient de nombreux mamelouks, au service du roi ou du Sultan.

[2Al-Malik As-Sâlih est un titre qui signifie Le Roi Pieux.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.