Français | عربي | English

Accueil > Banque de Fatwâ > Le Prophète - La Sunnah > Sheikh `Atiyyah Saqr > Le Prophète et l’amour des femmes

Le Prophète et l’amour des femmes

lundi 15 août 2005

Question

La parole suivante est-elle un hadîth : « J’ai aimé de votre monde ici-bas le parfum et les femmes, mais le comble de ma satisfaction réside dans la prière » ?

Réponse de Sheikh `Atiyyah Saqr

Ce hadîth est rapporté par An-Nasâ’î d’après Anas et par At-Tabarânî dans Al-Mu`jam Al-Awsat, ainsi que par Al-Hâkim dans Al-Mustadrak.

L’amour qu’éprouvait le Prophète — paix et bénédictions sur lui — envers les femmes n’était pas un amour charnel, c’est-à-dire une vive inclination pour le plaisir sexuel comme chez les lubriques portés à la luxure. En effet, nous connaissons comment le Prophète — paix et bénédictions sur lui — menait une vie imprégnée de spiritualité, à quel point il était occupé par la prédication et ses problèmes, et comment il se tenait en prière toute la nuit au point que ses pieds se tuméfiaient. L’amour qu’éprouvait le Prophète envers les femmes était un amour naturel, comme celui qui lie tout homme à une femme car il était complètement viril et sans défaut. Mais c’était un amour modéré qui ne l’emportait pas sur le côté spirituel chez lui ; c’est pourquoi il dit dans le hadîth : « Le comble de ma satisfaction réside dans la prière. » En effet, la prière était le comble de son amour, ce faisant l’intérêt que portait le Prophète aux femmes ne le détournait nullement du comble de sa satisfaction : la prière et le culte.

Ce hadîth pourrait également servir de réponse à ceux qui voient que la dévotion se mesure au monachisme, à la continence et au fait de se priver des plaisirs licites. En effet, le Prophète — paix et bénédictions sur lui — craignait Dieu plus que quiconque et était le plus dévot de tous ; mais tantôt il jeûnait, tantôt il rompait le jeûne ; tantôt il veillait en prière, tantôt il dormait ; et il ne bouda pas le mariage, comme cela est illustré par le hadîth authentique que le Prophète conclut disant : « Quiconque renonce à ma tradition n’est pas des miens. »"

Le hadîth exprime une part de l’attention et de la miséricorde que le Prophète manifestait envers les femmes en général, dont il recommanda qu’on prenne soin à plusieurs reprises, comme en attestent nombre de hadîths. [1]

P.-S.

Traduit de l’arabe du site islamonline.net. La version originale est consultable sur archive.org.

Notes

[1Conférer L’Encyclopédie de la famille sous l’égide de l’islam, volume 6, page 168.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.