Français | عربي | English

Accueil > Banque de Fatwâ > Actualité > Sheikh Yûsuf Al-Qaradâwî > L’éducation islamique cultive-t-elle le terrorisme ?

L’éducation islamique cultive-t-elle le terrorisme ?

mardi 21 janvier 2003

Question

Cher savant, Sheikh Yûsuf Al-Qaradâwî,
Depuis quelques temps, nous assistons à des appels flagrants émis par les Américains pour mettre fin à l’éducation islamique, sous prétexte qu’un tel enseignement religieux engendre le terrorisme. Ils affirment qu’une telle forme d’éducation religieuse doit être modifiée ou entièrement abandonnée. Pouvez-vous apporter une réponse complète à cette question épineuse ?

Réponse du Sheikh Yûsuf Al-Qaradâwî

Je dirai simplement que ce que l’on a récemment répandu au sujet de l’Islam ne correspond à rien de plus qu’à une rumeur fausse et dénuée de tout fondement. Sur quelle justification s’appuient-ils pour affirmer que l’éducation islamique encourage le terrorisme ? Il est évident que ceux qu’ils appellent les terroristes ne sont pas le fruit de l’éducation islamique. Tout ce que nous entendons de la part des occidentaux affirmant que l’éducation islamique devrait subir des modifications n’a aucun sens. Il n’y a aucun soutien logistique, moderne, religieux, moral ou même séculier pour l’appuyer.

La question que je souhaiterais poser ici est la suivante : quel objectif se cache derrière cet appel des États-Unis ? Entendent-ils par éducation islamique le genre d’éducation donnée aux élèves dans les écoles publiques dans le but de les informer à propos des principes de leur foi, de leur croyance et du système moral islamique ?! Ou bien font-ils référence au programme d’enseignement religieux appelé culture islamique et dispensé à quelques étudiants à l’université ?

Ces matières islamiques sont enseignées dans le but d’instiller à ces élèves l’essence du message islamique et sa philosophie de façon générale. Ces étudiants sont censés acquérir une connaissance raisonnable et qui s’adaptera au mieux à leur mentalité et aux situations auxquelles ils seront confrontés. Une telle forme d’enseignement religieux est obligatoire pour chaque individu résidant dans un pays musulman, qu’il soit musulman ou non. Nous ne pouvons pas concevoir qu’une personne puisse être cultivée et hautement éduquée alors qu’elle se trouve dans le brouillard concernant la religion à laquelle adhèrent la grande majorité de ses compatriotes.

De plus, nous ne devons pas négliger le fait qu’un tel appel soit particulièrement adressé aux institutions religieuses à travers le monde. Il existe de nombreuses universités et institutions islamiques telles que l’Université d’Al-Azhar en Égypte, Az-Zaytûnah en Tunisie, Al-Qarawiyyîn au Maroc, l’Université Islamique de Médine, l’Université de l’Imâm Muhammad Ibn Su`ûd, l’Université Umm Al-Qurâ en Arabie Saoudite, Nadwat Al-`Ulamâ’ en Inde, etc. Ces universités, ainsi que bien d’autres établissements spécialisés au Pakistan et en Malaisie, sont la cible du plan américain qui tente de donner aux programmes religieux dans ces institutions et universités prestigieuses une tournure qui arrangera les États-Unis.

Nous ne devons pas ignorer le fait que la religion est source de moralité. C’est l’essence de la vie et la raison première de notre existence. Sans religion, la vie n’a aucun sens. La religion est l’incitation vers le bien et le moyen de dissuasion qui écarte un individu de ce qui est mauvais.

Lorsque la religion est sujette à des restrictions, le mal, le crime, la corruption et la pornographie se propagent partout.

Je me demande quel est le l’objectif caché derrière cette exigence des États-Unis. Ont-ils l’intention de restreindre le rôle de l’islam de façon à ce que cette religion n’ait plus qu’un effet faible voire même nul dans la vie des musulmans ?! Une telle entreprise, si elle donnait les résultats escomptés, ne mettrait pas fin au terrorisme. Elle ne ferait qu’apporter la corruption morale au sein de notre nation ; notre identité musulmane disparaîtrait et nos bases solides seraient entièrement sapées. A un tel stade, la nation islamique toute entière deviendrait une proie facile pour l’ennemi et nos valeurs profondément enracinées seraient totalement ébranlées.

Par cette demande, les Américains tentent également d’interférer au niveau des éléments fondamenteaux de l’islam alors que ces éléments sont à même de sauvegarder entièrement la véritable éducation religieuse. Sans de tels éléments, nous ne verrions aucune personnalité musulmane croire fermement en ce qui est bien, lutter pour défendre sa cause, enjoindre le bien et interdire le mal, être ferme face à l’injustice et lutter pour le mise en pratique réelle des principes religieux, peu importent les calamités et les conséquences extrêmes que ceci pourrait entraîner. Les actions entreprises actuellement par nos frères du Hamâs, du Jihâd Islamique ainsi que d’autres factions du jihâd en sont un exemple clair.

Si ces personnes veulent améliorer le dialogue et la compréhension mutuels, il est bon de rappeler ici que nous sommes les leaders dans ce domaine. Il y a plusieurs dizaines d’années, nous avons commencé à appeler les gens à cette religion latitudinaire et tolérante. Notre appel n’était pas adressé seulement aux non-musulmans mais il visait également ceux qui, parmi les musulmans, font preuve d’étroitesse d’esprit et de pensées arriérées. Nous appelons cette catégorie de personnes à abandonner le fanatisme et à adopter la tolérance pour passer de l’extrémisme à la modération, pour oublier la violence et l’animosité et faire preuve de miséricorde et de douceur. Nous souhaitons que ces personnes respectent ces exhortations religieuses parce que notre religion (l’islam) leur ordonne de le faire, non pas pour satisfaire à la demande américaine !

La nécessité d’une éducation fondée sur la religion

Même si nous appelons à une réforme religieuse entièrement tirée de l’islam, nous n’éprouvons aucunement le besoin de nous faire dicter cette réforme par les États-Unis ou leurs alliés. Nous appelons à une éducation islamique pure, telle qu’elle fut mise en œuvre au temps des premières générations musulmanes par les Compagnons du Prophète — que Dieu les agrée — et nos pieux prédécesseurs. Ces générations sont celles qui ont saisi le plus merveilleusement du monde l’essence même de l’islam. Elles appliquaient ses enseignements à la lettre. Nous devons inviter les gens à l’islam en suivant leur exemple. Nous n’avons pas besoin que des non-musulmans viennent nous apprendre les principes de notre foi. La meilleure façon d’apprendre notre religion est d’en étudier profondément les sources.

Réévaluer notre programme

Les institutions religieuses dans nos pays arabes ou musulmans, comme de nombreuses autres institutions, ont besoin d’être réorganisées. Comme nous le savons, une nation consciente est une nation qui se remet en question de temps en temps sans attendre que les autres le lui rappellent.

Notons que les États-Unis ont eux-même modifié leur système éducatif en ayant recours à l’aide d’équipes de consultants japonais spécialisés dans le domaine de l’éducation.

Nous, ainsi que les éducateurs, appelons à une réévaluation de notre système éducatif, particulièrement en ce qui concerne l’éducation religieuse. Il est temps de présenter l’éducation islamique de façon plus plaisante. Nous devons demander à ceux qui recherchent la connaissance religieuse de trouver un juste équilibre entre la tradition et la modernité. Toute personne raisonnable est censée avoir conscience de tout ce qui se passe autour d’elle. Nous ne pouvons pas ignorer le fait qu’il y ait des écoles religieuses qui ne connaissent rien des sciences modernes telles que la physique, la géographie, etc.

Nos érudits soulignent le fait qu’il est nécessaire pour un savant de comprendre la réalité dans laquelle il vit de la même façon qu’il comprend le texte religieux à partir duquel il tire ses ordonnances religieuses. Sans cet équilibre, nous ne serions pas capables d’éditer nos propres avis juridiques (fatâwâ).

L’éducation islamique n’est pas la cause du terrorisme

Malheureusement, on demande aux musulmans, et seulement aux musulmans, de réviser ou de modifier leurs enseignements religieux. Jamais on n’a entendu les États-Unis demander à Israël de réviser son système éducatif ou même de changer sa politique sanguinaire à l’égard des Palestiniens. Pourquoi les États-Unis ne demandent-ils pas aux partis religieux israéliens de changer leur politique qui ne vise qu’à se débarrasser des Palestiniens ? Les Américains trouvent-ils que faire une telle demande auprès d’Israël est injuste ? Comment cela ?

De plus, nous nous demandons pourquoi les États-Unis n’ont jamais demandé à l’IRA, l’Armée Républicaine Irlandaise, en guerre contre les Protestants au Royaume-Uni de réviser leurs enseignements religieux. Pourquoi voyons-nous les musulmans, et uniquement les musulmans, supporter cette attitude humiliante ?! Ils n’ont d’autre choix que de dire « oui » ; soyons prompts à opposer un « non » catégorique !!

Ce à quoi nous faisons face est une nouvelle forme d’impérialisme avec ses nouvelles techniques. Il est grand temps pour les Arabes et les musulmans de rejeter en bloc cette forme d’ingérence dans nos affaires ! Nous ne sommes subjugués par personne, nous ne devons servitude et loyauté qu’à Dieu !

P.-S.

Traduit de l’anglais du site Islamonline.net. La version originale est consultable sur archive.org.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.