Français | عربي | English

Accueil > Bibliothèque islamique > Sheikh Yûsuf Al-Qaradâwî > Actualité > La signification des manifestations en occident en faveur de (...)

La signification des manifestations en occident en faveur de l’Irak

jeudi 27 mars 2003

Ce texte est extrait d’une interview donnée le 16 février 2003 par Sheikh Al-Qaradâwî à Maher `Abdallah, le présentateur de la chaîne de télévision Al-Jazîrah, dans le cadre de l’émission Ash-Sharî`ah wal-hayâh (La charia et la vie)

Maher `Abdallah :

Que la paix de Dieu soit sur vous, bienvenue dans ce nouvel épisode de l’émission Ash-Sharî`ah wal-hayâh.

Notre émission portera aujourd’hui sur la réaction islamique face aux événements actuels, notamment lorsqu’elle est comparée à la réaction d’autres gens, supposés être... ou disons que, parfois, certains qualifient de croisés et que d’autres qualifient d’ennemis de cette oummah. En vérité, certains ennemis de cette oummah appuient ses causes plus que certains de ses membres déclarés.

Pour discuter de cette question, j’ai le plaisir d’être comme d’habitude en compagnie de l’érudit de cette oummah Dr. Yûsuf Al-Qaradawî. Monsieur, soyez le bienvenu à nouveau.

Dr. Yûsuf Al-Qaradâwî : Merci frère Maher, qu’Allâh vous garde.

Maher `Abdallah : Monsieur, bien que nous ne souhaitions pas nous focaliser sur un seul sujet dans l’émission et qu’il y ait d’autres causes dignes d’être évoquées et défendues, les événements actuels, dont les derniers enregistrements de Ben Laden et les manifestations qui se sont déroulées la semaine dernière, sont tels que nous sommes bien obligés d’aborder à nouveau la question irakienne. La question que se pose tout musulman est : Pourquoi des millions de manifestants participent à des marches dans les capitales croisées, les capitales de la mécréance en Europe comme certains les qualifient, les capitales chrétiennes comme d’autres voudraient les qualifier tandis que très peu de manifestations sont organisées dans notre monde arabe ? Comment expliquer un tel phénomène ?

Explication des manifestations en occident en faveur de l’Irak

Dr. Yûsuf Al-Qaradâwî : Au nom d’Allâh le Clément le Miséricordieux. Louange à Allâh le Seigneur des Univers, paix et bénédiction sur notre maître Mohammad, sur sa famille, ses compagnons et ceux qui appellent à son message et suivent ses enseignements et luttent comme lui jusqu’au jour dernier. Je salue mes frères et mes soeurs à travers le monde par la salutation de l’islam, une salutation bénie provenant d’Allâh : que la paix d’Allâh, Sa miséricorde et Ses bénédictions soient sur vous.

Je voudrais commenter les grandes manifestations sans précédent qui se sont déroulées en occident. Des frères m’ont rapporté que les manifestations à Londres regroupaient environ deux millions d’individus. Ils y ont vu des personnes âgées, des octogénaires s’appuyant sur une canne, des femmes enceintes, et même une femme portant ses deux jumeaux sur ses épaules. Tous ces gens manifestaient contre cette agression militaire afin qu’elle n’ait pas lieu. Les frères qui ont marché dans les manifestations à Rome m’ont rapporté que les participants étaient de l’ordre de trois millions. Il en est de même à Madrid, Barcelone, et d’autres villes espagnoles pour ne citer que les pays dont les gouvernements soutiennent la politique américaine. Leur peuple se sont levés pour dire non à la guerre. Environ quinze millions de personnes ont manifesté en Europe.

Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que l’occident n’est pas une entité monolythique et qu’il est injuste de qualifier tous les occidentaux de croisés ou de dire que tous les occidentaux sont nos ennemis. Non, nous devons faire preuve d’équité. Le Coran dit : "Et parmi les gens du Livre, il y en a qui, si tu lui confies un qintâr, te le rend Mais il y en a aussi qui, si tu lui confies un dînâr, ne te le rendra que si tu l’y contrains sans relâche. Tout cela parce qu’ils disent : "Ces (arabes) qui n’ont pas de livre n’ont aucun chemin pour nous contraindre."" [1] Le Coran nuance ainsi entre les gens et sait qu’il y a toujours des exceptions. Par conséquent, il est dans notre intérêt d’être équitables envers l’occident et de ne pas le classer entièrement dans la catégorie de nos ennemis. Des millions de personnes ont manifesté pour la préservation de notre terre, de nos choses sacrées, de nos enfants, de nos femmes, de nos vieillards, de l’infrastructure de l’un de nos pays. Tel est le premier message que nous devons comprendre de ces manifestations.

Le deuxième message est que l’humanité est encore saine, nous ne devons pas en désespérer. L’humanité comporte toujours beaucoup de bien en orient comme en occident et il y a toujours des gens pour dire non au mensonge. Il est toujours des gens pour s’opposer à l’injustice et à la tyrannie et qui appellent à l’établissement de la légitimité, au secours du faible, et à l’établissement de la justice. Cela signifie que par la grâce d’Allâh l’humanité comporte encore des éléments bienfaisants et qui se trouvent dans tous les peuples. Ainsi trouvons-nous dans le Coran dans les récits de diverses tyrannies qu’il y avait toujours des éléments bons pour s’opposer à l’injustice. Dans le récit de Joseph, cet élément dit à ses frères : "L’un d’eux dit : "Ne tuez pas Joseph, mais jetez-le si vous êtes disposés à agir, au fond du puits"." [2] et dans le récit des propriétaires du verger "Le plus juste d’entre eux dit : "Ne vous avais-je pas dit : Si seulement vous avez rendu gloire à Allah !"" [3]. Il y a toujours dans toutes les sociétés des éléments bienfaisants qui essayent de repousser le mal et de lui résister.

Le troisième message s’adresse à l’ensemble du monde arabe qui est absent du monde, inconscient des événements. Le monde entier se lève, proteste et gronde alors qu’on entend à peine le monde arabe, muré dans un silence de morts, comme si les événements ne nous concernaient pas, comme si nous n’étions pas de ce monde. Où est le problème ? Où sont ces peuples ? Il est vrai que les peuples sont soumis, qu’ils ne jouissent pas de la liberté d’expression dont les privent leurs gouverneurs. C’est une vérité indéniable. C’est pourquoi j’affirme que notre premier problème dans notre monde arabe et musulman est un problème de liberté avant d’être un problème d’application ou non de la loi islamique. Il est en effet impossible d’appliquer la loi islamique dans cette atmosphère empoisoinnée, meurtrière, et étouffante qui s’impose à nous. Il est impératif que nous respirions l’air de la liberté, que les portes s’ouvrent et que soufflent les vents de la liberté afin que nous respirions comme tout le monde. Malheureusement, ce message nous interpelle : Où est le monde arabe ? Où sont les nations arabe et musulmane ? Nous avons vu quelques manifestations à Damas. Nous avons vu également des manifestations en Indonésie aux confins du monde musulman. Mais il aurait fallu que les grondements envahissent notre monde arabe et islamique de part en part. C’est ce qui devrait être. Tels sont quelques messages envoyés par ces manifestations afin que nous rejoignions leurs rangs contre cette guerre injuste et contre cette agression qui ne trouve aucune justification religieuse, éthique, ni légale au sens de la légalité internationale.

La liberté est l’ambiance qui convient pour la propagation du message islamique

Maher `Abdallah : Monsieur, je suis plutôt surpris que ce discours émane d’un savant religieux, d’un théologien musulman, qui a sans cesse réclamé l’application des prescriptions de la charia et qui a payé un prix fort dans sa vie personnelle pour l’application de la législation islamique. Aujourd’hui vous dites que la liberté est prioritaire au moins dans le temps présent. Je souhaiterais que vous clarifiiez ce point.

Dr. Yûsuf Al-Qaradâwî : Je pense que la liberté est le milieu qui convient le mieux pour l’application de la législation islamique et pour répandre les valeurs islamiques. Nous n’avons pas l’occasion de le faire en l’absence de la liberté. Je constate qu’à chaque fois qu’un pays musulman jouit de la liberté, la prédication islamique retrouve sa vitalité et l’éveil islamique existe et s’active. Tel est mon constat. Prenez l’exemple de l’Egypte lors de la Révolution. Pendant la Révolution de juillet et sa tyrannie, il n’y avait ni éveil islamique, ni prédication islamique, ni mouvement islamique, sauf dans le cadre des institutions gouvernementales.

Du temps de Sadate, suite à la défaite de 1967, le pouvoir a dû désserrer l’étau sur la population. Un pouvoir défait ne peut pas non plus imposer son joug sur une population qui souffre déjà de la défaite. Ainsi cette défaite a-t-elle été d’un certain point de vue une miséricorde de Dieu vu qu’elle a un peu soulagé la population. Le pouvoir a donc donné un peu de liberté au peuple, liberté qui a profité à la prédication islamique et au mouvement islamique et c’est dans cette atmosphère de liberté qu’est né l’éveil islamique. On trouvait alors les groupes musulmans dans les universités, je veux dire les universités profanes et non pas l’université d’Al-Azhar. Les universités telles que l’université du Caire, l’université de `Ayn Shams, l’université d’Alexandrie etc. Ces groupes y ont vu le jour et s’y sont développés spontanément sans affiliation particulière. Ils constituaient une dynamique énorme et ont pu rallier en leur sein les jeunes gens et les jeunes femmes et l’éveil islamique a réellement débuté. Qu’est-ce qui a engendré cet éveil ? Eh bien, c’est cette ambiance de liberté. Aussi la liberté est-elle le milieu de l’action et du mouvement islamiques tandis que l’oppression, la tyrannie et la dictature sont des milieux qui les tuent.

Qu’est-ce qui a tué le mouvement islamique et la prédication musulmane en Turquie ? Il s’agit de la dictature laïque d’Attaturk, cette dictature oppressive et tyrannique qui a interdit à tout le monde de respirer, de s’exprimer, d’agir ou de rencontrer autrui. La laïcité outrancière a été imposée au peuple malgré ses vaines protestations. Lorsque l’étau s’est quelque peu désserré, on a pu voir des gens comme Erbekân [4] et le parti du Refah, puis le parti de l’éthique, puis le parti de la justice qui a dernièrement remporté les élections. Tout ceci résulte de la liberté.

C’est pour cette raison que j’affirme que nous ne craignons pas la liberté. Au contraire, nous considérons que la liberté est dans notre intérêt. Si nous examinions en effet nos peuples en profondeur et avec minutie, nous verrions qu’il s’agit de peuples musulmans, leur prime nature est conforme à l’islam, leur identité est musulmane quand bien même on constaterait des péchés et des déviances, qui ne sont en réalité que des épiphénomènes. Lorsque nous frottons un peu cette rouille superficielle, nous trouvons le minerai d’origine, l’islam. Par conséquent, la liberté est profitable à l’islam tandis que la dictature s’oppose à l’islam.

Maher `Abdallah : Il y a une contradiction dans le slogan américain brandi dans cette guerre en particulier. Les décideurs américains disent fréquemment qu’il ne s’agit pas simplement d’une guerre contre l’Irak mais que cette guerre va marquer le début de la réforme vers la liberté et la démocratie dans le monde arabe. En occident, les avis sont majoritairement contre la guerre et notamment en Grande Bretagne vu que son premier ministre est l’un des plus grands soutiens de cette guerre alors que les sondages indiquent clairement qu’au moins 70% du peuple britannique s’oppose à la guerre. Comment expliquer que les États-Unis piétinent les opinions publiques des peuples européens, y compris les pays dont les gouvernements leur apportent leur soutien, tout en prétendant paradoxalement qu’ils souhaitent apporter la liberté au monde arabe et que cette guerre ne serait que le signal de départ, et en même temps, pour réaliser leur intérêt, ils traitent avec les dictateurs du monde arabe qui ne croient pas en la liberté ?

Réponse aux prétentions américaines qui prétextent de la libération du monde arabe pour mener cette guerre

Dr. Yûsuf Al-Qaradâwî : Je pense que la thèse américaine est suspecte et mensongère. Au contraire, les États-Unis soutiennent les tyrans. Il se peut qu’ils soutiennent la démocratie en dehors du monde musulman, mais, dans ce dernier, ils soutiennent toutes sortes de dictatures. L’Algérie a connu la démocratie, laquelle a abouti à l’élection largement majoritaire et non contestée des islamistes. Le FLN s’y est opposé et les islamistes, vainqueurs des élections, ont été privés de l’exercice du pouvoir. Ils ont été réprimés par la force et les généraux de l’armée les ont jetés en prison. Ils ont été obligés de résister et l’affaire a abouti à ce qu’on voit en Algérie jusqu’aujourd’hui : des massacres incessants, une situation instable etc. Où est la liberté ?

Bien. En Afganistan, le gouvernement actuel représente-t-il le peuple Afghan ? Au contraire, le gouvernement des talibans représentait le peuple Afghan car c’est le peuple qui a bien voulu remettre ses armes à ses "étudiants" - le mot taliban désigne les étudiants en théologie des diverses écoles et universités - lorsqu’il a senti leur sincérité. Ces derniers ont effectivement réussi à rétablir la sécurité et ils ont essayé d’appliquer la charia mais selon la compréhension qu’ils en avaient. Malgré cela, ils ont été frappés et on leur a imposé un gouvernement pro-américain. Que vaut ce Karzaï ? Quel est son hsitorique avec le peuple Afghan pour qu’on le leur impose comme gouverneur ? Qu’est-ce qu’il a fait pour le jihâd [5] ou avant le jihâd, du temps de la paix ou du temps de la guerre ?

Bref, dans de nombreux pays, les américains soutiennent les dictateurs plébicités à 99,99%, les quatre 9 bien connus. Pensez-vous qu’ils livrent la guerre à l’Irak parce que Saddam Hussein est un dictateur ? Pourquoi alors l’ont-ils soutenu dans sa guerre contre l’Iran ? Pourquoi l’ont-ils soutenu et lui ont-ils fourni les armes chimiques qu’il a utilisées tantôt pour frapper l’Iran et tantôt contre les Kurdes et Halabshah, sans dire un mot de protestation. Ils ne visent donc pas Saddam Hussein en tant que tel. Il est notoire que les États-Unis veulent par cette guerre s’emparer du pétrole irakien comme ils se sont emparés auparavant du pétrole de la mer caspienne et, de là, avoir la main-mise sur la région et façonner le monde à leur guise. Les États-Unis veulent être déifiés sur terre par pure vanité et sans aucune légitimité.

Maher `Abdallah : Permettez-moi, avant de passer à la question de la déification des États-Unis et de sa vanité, de vous transmettre la question de notre spectateur le frère Hasan `Abdallâh d’Autriche en guise d’illustration de ce que ressentirait un arabe ces jours-ci. Il dit : "Pendant que l’érudit Al-Qaradâwî parle de la dictature et de la tyrannie, dont découle la soumission des peuples arabes et musulmans, les chaînes de télévision satellitaires continuent à droguer les peuples - comme d’habitude - par l’émission des danses, des chansons, de programmes futiles et de peu d’intérêt". Il poursuit : "Bush devrait commencer par libérer son pays de la main-mise des juifs avant de libérer l’Irak. Il devrait libérer la Palestine en premier afin que son discours soit crédible aux yeux des populations arabes et musulmanes lorsqu’il parle de libérer l’Irak. Les gouverneurs arabes se taisent pour être bien vus auprès des États-Unis tandis qu’ils réservent le feu et les prisons à leurs populations."

La déification des États-Unis est-elle liée à ce que vous avez déclaré dans votre inteview au Washington Post il y a deux ou trois jours à savoir que la présence des États-Unis dans le Golfe n’est rien d’autre qu’une occupation et que par conséquent tout musulman qui lutterait pour défendre sa terre contre cette occupation serait un martyr ?

Dr. Yûsuf Al-Qaradâwî : Permettez-moi d’abord d’achever ma réponse à la question de la libération des pays arabes dont se réclament les États-Unis. Colin Powel, le ministre des affaires étrangères américain a déclaré devant le Congress qu’après la victoire en Irak - il dit explicitement - ils allaient réorganiser la région complètement, qu’ils allaient redessiner sa carte, la reconstruire sur de nouvelles bases et la modifier radicalement. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie le changement de l’identité de la région, l’identité islamique, c’est-à-dire qu’ils vont changer les programmes éducatifs, comme ils l’ont souvent demandé à nombre de pays arabes et musulmans, et notamment les programmes des instituts religieux, les programmes d’instruction religieuse et les sciences juridiques dans les écoles publiques. Ils veulent changer la mentalité, et produire une mentalité qui abandonne les vérités anciennes de sa religion et qui adoptent les vérités américaines. Autrement dit, ils veulent américaniser la mentalité arabe et islamique en changeant l’éducation et la culture, en changeant les médias, si bien que tout ceci marchera dans le sillon des États-Unis. Il ajouta : "Nous ferons cela dans l’intérêt des États-Unis". Celui qui agit de la sorte répand-il la liberté ?!

Cela rentre dans le cadre de l’orgueil sur terre injustement. Les États-Unis sont exactement dans le cas des `Âd décrits dans le récit coranique : "Quant aux `Âd, ils s’enflèrent d’orgueil sur terre injustement et dirent : "Qui est plus fort que nous ?" Quoi ! N’ont-ils pas vu qu’en vérité Allah qui les a créés est plus fort qu’eux ?" Certes, les `Âd ne possédaient ni des armes nucléaires, ni un armement sophistiqué, ni des avions furtifs, etc. Ils ne possédaient que des choses assez simples à la portée d’une tribu en quelque sorte.

Les États-Unis veulent être déifiés sur terre... toute la terre. Le journaliste du Washington Post que vous évoquiez m’a demandé entre autres choses si le problème venait du fait que les États-Unis sont démesurément forts ou bien du fait que les pays arabes sont extrêmement faibles. Je lui ai répondu : Ce n’est ni l’un ni l’autre. Le problème provient de la tyrannie américaine. On peut être fort sans être un tyran. Le problème c’est la tyrannie. Le tyran pense qu’il se suffit à lui-même et se passe des gens et de Dieu. C’est la situation décrite par le Coran dans la parole du Très-Haut : "Prenez garde ! Vraiment l’homme devient tyrannique, § dès qu’il estime qu’il peut se suffire à lui-même" [6] La tyrannie est à l’origine de la dictature pharaonique : "Pharaon était hautain sur terre ; il répartit en clans ses habitants, afin d’abuser de la faiblesse de certains d’entre eux : Il égorgeait leurs fils et laissait vivantes leurs femmes. Il était vraiment parmi les fauteurs de désordre." [7] Comment cela se fait-il ? L’explication de ceci réside dans le fait que Pharaon était un tyran, si bien que Dieu, lorsqu’Il a envoyé Moïse, Il lui a dit : "Rends-toi auprès de Pharaon car il a outrepassé toute limite". La tyrannie est donc la source de cette corruption. Lorsque Dieu décrit les peuples qui ont démenti leurs Messagers, désobéi à Dieu - Exalté et Glorifié Soit-Il -, semé la corruption, Il dit : "Ceux qui manifestèrent la tyrannie dans leurs pays * et y commirent beaucoup de corruption". Telle est la tyrannie et la volonté d’être déifié sur terre. Les États-Unis souhaitent ne pas être questionnés quant à leurs actions. Ils souhaitent faire ce que bon leur semble et imposer leur jugement, sans que nul ne puisse leur dire "pourquoi", encore moins "non". C’est cela la déification.

Nous, les musulmans, refusons toute déification et rejetons l’association d’autre divinité à Dieu. Nous n’adorons que Dieu, Seul. Nous devons dire aux États-Unis : "Nous sommes satisfaits de Dieu comme Seigneur et refusons d’adorer quelque divinité en dehors de Lui - Exalté Soit-Il". Nous gardons espoir que nos gouvernements adoptent une telle position. J’estime que si nos gouvernements arabes et islamiques adoptent une position digne et disent "non !" - comme notre maître `Umar qui dit : "J’aime qu’un homme, lorsqu’on tente de l’humilier, dise "non !" à gorge déployée" -, je disais donc, que s’ils disent "non !" et adoptent une position digne, par Dieu, les États-Unis ne pourront contraindre le monde entier, et ce, malgré leur flotte, leurs chars, leurs avions, leurs porte-avions, ou leurs armes nucléaires. Les États-Unis ne pourront dans ce cas contraindre tout le monde, ni imposer ce qu’ils veulent. Mais le problème c’est la déshonorable mollesse.

Maher `Abd Allah : Mais force est de constater, qu’aujourd’hui, c’est tout à fait le contraire qui se produit. On dit que le président Al-Qadhâfî, il y a de cela quelques jours, a commenté son éventuelle absence au sommet arabe prochain, en disant : "Nous subissons des pressions afin que nous fassions à notre tour pression sur l’Allemagne et la France pour qu’elles abandonnent leurs positions". C’est ce qui a été attribué au chef libyen. Selon lui, puisque les chefs arabes subissent des pressions, afin qu’ils fassent pression sur les Allemands et les Français pour qu’ils ne s’opposent pas aux États-Unis. C’est tout fait aux antipodes de ce à quoi vous appelez.

Dr. Yûsuf Al-Qaradâwî : Par Dieu, c’est l’opprobre ! par Dieu, voilà l’humiliation. Mais voilà, le fait est que lorsqu’on accepte de concèder un empan, on nous demande de concèder une coudée, et lorsqu’on concède une coudée, on nous demande de concèder plus encore. La cascade des concessions est sans fin. Ou comme dans le proverbe égyptien : "S’il te donne sa terre, facture-lui la semence". Nous ne devons pas attendre les occidentaux, les Anglais, les Italiens, les Espagnols, les Français, ou les Belges, pour dire "non !". Nous devons le dire avant eux. Il nous est interdit, en tant que musulmans, de combattre nos frères ! L’Islam exige de nous de secourir le musulman si un mal l’atteint : "Le musulman est le frère du musulman. Il ne l’opprime pas, ne l’abandonne pas à ses ennemis et ne le trahit pas". Il ne doit pas l’abandonner à ses ennemis, il doit partager ses moments heureux et le soutenir dans les moments difficiles. Ce sont les implications de la fraternité islamique. Que signifie : "Les musulmans sont des frères" ? Quel est le sens de la parole prophétique : "Les musulmans sont engagés envers le moindre parmi eux et sont tous solidaires face aux autres." ? Que signifie : "Et aggripez-vous tous à la voie de Dieu et ne vous divisez point." ? Et "Entraidez-vous pour le bien et la piété et ne vous entraidez point pour le mal et l’agression." ? ou encore "ne vous disputez pas, sinon vous fléchirez et perdrez votre force." ? Le Coran nous apprend que : "ceux qui n’ont pas cru sont alliés les uns des autres. Si vous n’agissez pas ainsi (en rompant les liens avec les infidèles), il y aura discorde sur terre et grand désordre.". Il nous enseigne aussi que "les injustes sont les alliés les uns des autres, et Dieu est l’Allié des pieux".

Si les mécréants et les tyrans se soutiennent et s’allient, les croyants doivent s’allier aussi. Je l’ai déjà dit : nous devons nous dresser contre l’agression de n’importe quel peuple. Le Coran exige l’appel à la défense des opprimés et le jihâd pour les sauver : "Et qu’avez-vous à ne pas combattre dans le sentier d’Allah, et pour la cause des faibles : hommes, femmes et enfants qui disent : ’Seigneur ! Fais-nous sortir de cette cité dont les gens sont injustes, et assigne-nous de Ta part un allié, et assigne-nous de Ta part un secoureur’.". Nous combattons dans le sentier de Dieu, pour secourir les opprimés, pour sauver les veillards, les femmes, les hommes indigents et les enfants opprimés. Tel est le devoir des musulmans. Comment un pays peut-il être agressé sans raison ? Est-il vrai que l’Irak est agressé à cause des armes de destruction massives ?! N’avez-vous pas envoyé des inspecteurs qui ont passé des années en Irak, et qui ont largement détruit des armes, et jusqu’à présent, ils n’ont rien trouvé. Les États-Unis demandent à l’Irak de prouver qu’il ne possède pas d’armes de destruction massives. Voilà qui est bien étrange ! Toutes les lois sur terre, que ce soient les législations divines ou les lois humaines, estiment que la preuve est à la charge de l’accusation. Nous avons cette règle islamique puisée dans le hadîth du Prophète : "Il incombe à l’accusation de fournir la preuve et à l’accusé de prêter sermon". Et tous les systèmes juridiques affirment que l’accusé est innocent aussi longtemps que l’accusation n’est pas prouvée. Mais inverser les choses, et demander à l’accusé de fournir la preuve de son innocence ?! Voilà la logique de la tyrannie, la logique de la vanité !

Maher `Abd Allâh : Est-il vrai que vous affirmez que si les Etats-Unis restent dans la région, il s’agit d’une invasion nécessitant le combat, et celui qui mourrait pour expulser cette invasion américaine est un martyr ?

Dr. Yûsuf Al-Qaradâwî : Je pense que les accords précédemment établis avec les pays de la région doivent être respectés. En effet, ils ont été établis par des gouvernements, et nous ne voulons pas allumer le feu de la discorde entre les peuples et les gouvernements. Cela dit, le peuple a le droit de critiquer de tels accords. Typiquement, un journaliste a le droit de déclarer : "Nous n’approuvons pas les accords établis entre le Qatar et les Etats-Unis, ou entre Bahreïn et les Etats-Unis, ou entre l’Arabie Saoudite et les Etats-Unis". Il a le droit d’agir ainsi et nous respectons ces accords. Toutefois, l’invasion américaine actuelle, avec l’envoi de 150 000 soldats américains et plus de 40 000 soldats britanniques, ainsi que l’arrivée des forces de l’air, la marine, et l’armée de terre, c’est contre cela qu’il faut lutter. Et quiconque lutte contre cette invasion de la région qui a lieu sans la moindre légitimité internationale et sans accord arabe, et meurt alors il est, par la Volonté de Dieu, un martyr (shahîd).

P.-S.

Ce texte est traduit de l’arabe du site qaradawi.net.

Notes

[1Sourate 3, Âl `Imrân, verset 75.

[2Sourate 12, Yûsuf, verset 10.

[3Sourate 68, Al-Qalam, verset 28.

[4orthographe ?

[5en référence à la lutte contre l’invasion russe.

[6Sourate 96, Al-`Alaq, versets 6 et 7.

[7Sourate 28, Al-Qasas, verset 4.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2017. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.