Français | عربي | English

Accueil > Bibliothèque islamique > Sheikh Yûsuf Al-Qaradâwî > Les non-musulmans dans la société islamique > Préface
Les non-musulmans dans la société islamique

Préface

dimanche 23 décembre 2001


Au Nom de Dieu, le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux

Louange à Dieu. Paix et Salutations à Ses Messagers et à leur Sceau et leur élite - Muhammad Ibn `Abd Allâh - ainsi qu’à sa famille, ses compagnons et ceux qui ont suivi sa guidance.

Au cours de l’ère moderne, les musulmans ont été éprouvés par une colonisation mécréante et perverse qui les a dépouillés de leur identité historique, pour leur imposer, d’abord par la force, puis par la ruse, une vie qui n’est pas la leur, étant bâtie sur des concepts non-islamiques, des législations non-islamiques et des traditions non-islamiques. Il s’agissait des concepts, des législations et des traditions du colonisateur.

Lorsque la colonisation intruse a saisi son bâton de voyageur, a quitté les pays des musulmans et que ces derniers ont été affranchis de sa tyrannie et sont devenus les maîtres de leurs affaires, les cris des musulmans se sont élevés, aspirant à un nouveau retour à l’islam. Ils appelaient à la reprise d’une vie islamique saine et équilibrée, guidée par le credo islamique, régie par la législation islamique et réglementée par l’éthique islamique. Une vie où seraient répandus les concepts et les traditions islamiques, afin que les musulmans vivent comme Dieu le leur a ordonné, comme Il l’agrée pour eux, et tel qu’ils l’ont choisi pour eux-mêmes.

Le prétexte d’un contrôle par le colonisateur ou d’une hégémonie étrangère ne pouvant plus être invoqué, certaines personnes ont trouvé une nouvelle excuse pour mettre à mal l’islam : la présence de minorités non-musulmanes, vivant au sein des pays musulmans sans adhèrer à leur religion. Tout s’est passé comme si le retour à l’islam et le jugement par la législation coranique allaient signifier l’oppression des citoyens non-musulmans et la suppression de leur identité religieuse ou historique. Ces derniers n’avaient-ils pas vécu de longs siècles sous le règne de l’islam, bénéficiant de la sécurité et de la justice au même titre que les musulmans ? S’il arrivait qu’une injustice les touchât, elle atteignait également les musulmans, et ce, peut-être même avant les autres.

Il est stupéfiant deconstater l’audace qu’ont eu certains à falsifier l’Histoire pour lui faire dire ce qu’elle ne signifie guère. Ils ont osé falsifier les textes et en altérer le sens. Ils espéraient ainsi défigurer la tolérance de l’islam, tolérance qui, de toute l’histoire de l’humanité, n’a jamais connu de semblable à l’égard des partisans de pensées et de credos différents.

Aussi ai-je décidé de mener à bien cette étude pour tous ceux qui sont en quête de vérité, qu’ils comptent parmi les musulmans ou les non-musulmans. La base en est la science et la pensée, son axe, la jurisprudence islamique et l’Histoire. Son but est de construire et non de démolir, d’unir et non de diviser. Nous y montrons, en nous appuyant sur les sources les plus sûres et les preuves les plus solides, la position juridique des non-musulmans au sein de la société musulmane, tant du point de vue de leurs droits protégés par l’islam et des garanties préservant ces droits, que du point de vue de leurs devoirs et des suspicions suscitées à ce sujet.

Nous y exposerons la vie de ceux à qui l’islam a accordé la dhimmah [1] de Dieu, la dhimmah de son Prophète et la dhimmah de l’ensemble des musulmans, tout au long des siècles passés et tout particulièrement durant les premiers siècles d’or ; il y sera également mentionné, en comparaison, le traitement que les autres religions ainsi que les doctrines et idéologies révolutionnaires et modernes réservaient à leurs opposants.

Puisse-t-on trouver dans ces pages une matière à même d’apporter la vérité sur cette question, de dissiper le brouillard de suspicions, en la présentant de façon claire et limpide, loin de toute inéquité et de tout sectarisme, notamment en cette époque où des voix s’élèvent pour appeler à "la paix sociale", à "l’union nationale" face à d’autres voix appelant à "la lutte des classes" ou "la haine confessionnelle".

Je demande à Dieu d’élargir les poitrines pour accueillir la vérité, d’éclairer les cœurs par l’amour et de guider les esprits vers la lumière de la connaissance et de la certitude… Il est certes Audient et Il exauce les invocations.

P.-S.

  1. dhimmah désigne dans la langue arabe "le pacte", ou "la garantie", ou encore "la sécurité". Les gens de la dhimmah sont les non-musulmans vivant parmi les musulmans auxquels l’islam a garanti liberté et protection. Voir l’introduction du livre pour davantage de détails.
  2. Nous nous sommes basés sur la source arabe disponible sur qaradawi.net

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.