Français | عربي | English

Accueil > Grandes Figures de l’Islam > Savants contemporains > Sheikh `Alawî Al-Mâlikî Al-Hasanî

Sheikh `Alawî Al-Mâlikî Al-Hasanî

lundi 7 février 2005

JPEG - 9.4 ko
Sheikh `Alawî Al-Mâlikî (1910-1971)

Son nom et sa naissance

Il est le savant érudit `Alawî, le fils du savant érudit `Abbâs Ibn `Abd Al-`Azîz Ibn Mohammad, le malékite, le mecquois, le hasanî. [1] Il est issu d’une maison mecquoise se transmettant noblesse, science, et vertu, des siècles durant, de père en fils. Ses père, grand-père et aïeux étaient soit un savant vertueux mémorisateur du Coran, soit un enseignant, soit un Imâm, soit un prédicateur attitré à la Mosquée Sacrée, réunissant ainsi la vertu et les mérites du savoir, de la pratique et de la noble filiation prophétique.

Sheikh `Alawî naquit en 1328 A.H., 1910 E.C., à la Mecque Honorée, dans la maison Al-Mâlikî, connue à Bâb As-Salâm. Âgé de dix ans, il acheva la mémorisation du Noble Coran et officia en tant qu’Imâm pendant la prière des tarâwîh à la Mosquée Sacrée. Il fréquenta les bancs de l’école Al-Falâh où il excella en tant qu’élève si bien qu’il fut chargé d’enseignement dans la même école, avant même la fin de son cursus. Il était ainsi du nombre des élèves distingués chargés d’enseignement auprès des plus jeunes classes, tout en poursuivant leurs études dans les classes supérieures, menant de front leurs études à la Mosquée Sacrée.

Ses maîtres et ses Sheikhs

Son père Sheikh `Abbâs se chargea de son éducation et de son instruction ; il puisa auprès de lui la plupart de son savoir. Il étudia auprès de son père aussi bien à la Mosquée Sacrée qu’à la maison. Il puisa le savoir auprès de nombreux savants dont le Muhaddith des Haramayn [2] Sheikh `Umar Hamdân Al-Mahrasî, Sheikh Mohammad Habîb Allâh Ash-Shanqîtî, Sheikh Mohammad `Alî Ibn Husayn Al-Mâlikî, Sheikh Jamâl Al-Mâlikî, le Sheikh des récitateurs Ahmad At-Tîjî, Sheikh `Abd Allâh Hamdûh, Sheikh Hasan As-Sa`îd As-Sinnârî, Sheikh Mohammad Suwayd Ad-Dimashqî, Sheikh `Îsâ Rawwâs, Sheikh Sâlim Shifâ, Sheikh Ahmad Ibn `Abd Allâh Nâdirîn et Sheikh Mohammad `Arabî At-Tabbânî.

JPEG - 7.9 ko
Sheikh Mohammad At-Tabbânî
JPEG - 3 ko
Sheikh Hasan Al-Mashshât
JPEG - 7.5 ko
Sheikh Mohammad Nûr
GIF - 4.3 ko
Sheikh Ahmad Nâdirîn

Bibliographie

Il laissa à la postérité les ouvrages suivants :

  1. Al-`Iqd Al-Munadhdham fî Aqsâm Al-Wahy Al-Mu`adhdham
    Le collier ordonné à propos de la révélation honorée
  2. Al-Manhal Al-Latîf fî Ahkâm Al-Hadîth Ad-Da`îf
    La source douce dans les règlements du hadîth faible
  3. Al-Ibânah fî Ahkâm Al-Kahânah
    Explication des règlements concernant la voyance
  4. Risâlah fî Ibtâl Nisbat Al-Qawl bi-Wahdat Al-Wujûd Li-A’immat At-Tasawwuf
    Démenti de l’attribution du soutien de Wahdat Al-Wujûd aux Imâms du Soufisme
  5. Risâlah fil-Ilhâm
    Épître au sujet de l’inspiration
  6. Risâlah fî Ahkâm At-Taswîr
    Épître concernant les règlements des arts figuratifs
  7. Ibânat Al-Ahkâm Sharh Bulûgh Al-Marâm
    Explication des règlements, commentaire de Bulûgh Al-Marâm
  8. Nayl Al-Marâm Sharh `Umdat Al-Ahkâm
    Commentaire de `Umdat Al-Ahkâm
  9. Fayd Al-Khabîr fî Usûl At-Tafsîr
    Le flux de grâce du Très-Instruit dans les fondements de l’exégèse
  10. Fath Al-Qarîb Al-Mujîb `alâ Tahdhîb At-Targhîb wat-Tarhîb
    Commentaire de Tahdhîb At-Targhîb wat-Tarhîb

On lui doit de nombreux discours religieux et locutions radiodiffusées, compilées par son fils Mohammad Al-Mâlikî sous le titre Nafahât Al-Islâm min Muhâdarât Al-Balad Al-Harâm (Les cadeaux de l’Islam, Colloques de la Terre Sacrée).

Fonctions et activités

Sheikh `Alawî Al-Mâlikî fut diplômé de l’école Al-Falâh en 1346 A.H. (1927 E.C.). Dès l’année suivante, il y assuma la fonction d’enseignant. La même année, il obtint son habilitation à enseigner à la Mosquée Sacrée. Il consacra tout son temps et la fleur de son âge à l’enseignement à la Mosquée Sacrée. Il tenait deux cercles d’enseignement l’un à Bâb As-Salâm et l’autre à l’école religieuse de la Sulaymâniyyah près de Bâb Al-Mahkamah où habitaient un groupe d’étudiants avancés. Il intervenait ainsi — qu’Allâh lui fasse miséricorde — auprès des étudiants étrangers venus pour acquérir le savoir et d’un certain nombre d’étudiants mecquois.

De ramadan 1370 A.H. (1950 E.C.) jusqu’à l’année de son décès, il donnait cours quotidiennement après la prière d’al-`asr devant une audience d’environ mille personnes. Il s’acquitta de cette mission en dépit de la chaleur et de la précarité de sa santé à la fin de sa vie.

Il était membre de la Comission Suprême de l’Agrandissement de la Mosquée Sacrée, présidée par le roi Su`ûd Ibn `Abd Al-`Azîz Âl Su`ûd, membre de la Comission de nomination des grandes figures de la Mosquée Sacrée, membre de la Comission de Réconciliation entre les gens. Il donnait un prêche hebdomadaire à la radio saoudienne, ainsi qu’un discours hebdomadaire à la radio Sawt Al-Islâm. Il donnait une conférence dans le cadre des rencontres annuelles de la Conférence Islamique, du temps de Sheikh Mohammad Surûr As-Sabbân. Par ailleurs, il était officier religieux chargé de conclure les mariages.

Son décès

Sheikh `Alawî Al-Mâlikî — qu’Allâh lui fasse miséricorde — fut rappelé à Son Créateur la nuit du mercredi 25 Safar 1391 A.H. (21 avril 1971 E.C.) Il fut inhumé le mercredi après la prière d’al-`asr dans le cimetière d’Al-Ma`allâh. Son cortège funéraire fut suivi par des milliers d’habitants de la Mecque et de ses environs, dont les grands savants de la Mecque Honorée qui restèrent pour recevoir les condoléances pour son décès. Ses obsèques étaient tellement suivies que le cortège s’étendit de la Mosquée Sacrée jusqu’au cimetière d’Al-Ma`allâh.

Sheikh Hasan Al-Mashshât — qu’Allâh lui fasse miséricorde — témoigna n’avoir jamais vu un tel convoi funéraire, tandis que Sheikh Mohammad Nûr Sayf rappela que, selon l’Imâm Ahmad Ibn Hanbal, Ahl As-Sunnah wal-Jamâ`ah se reconnaissent à leurs funérailles, et celles-ci étaient remarquablement suivies.

Le Sheikh laissa six enfants dont deux hommes — Sheikh Mohammad et Sheikh `Abbâs — et quatre femmes. Sheikh Mohammad, surnommé le serviteur de la noble science aux Deux Sanctuaires, succéda à son père et occupa une place distinguée parmi les savants mecquois et les prédicateurs du monde musulman. Suite à son décès, Sheikh Mohammad fut remplacé par son fils Sheikh Ahmad. Puisse Dieu bénir les efforts de cette famille.

Notes

[1Le qualificatif hasanî désigne les descendants de l’Imâm Al-Hasan Ibn `Alî Ibn Abî Tâlib, le petit-fils du Prophète — paix et bénédictions sur lui —. NdT.

[2Le terme haram désigne tout lieu sacré, tout sanctuaire, et plus spécifiquement la Mosquée Sacrée à La Mecque. Le dual haramayn désigne les « deux lieux saints » de l’islam à savoir la Mosquée Sacrée à La Mecque et la Mosquée du Prophète à Médine. NdT.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.