Français | عربي | English

Accueil > Bibliothèque islamique > Sheikh Hasan Al-Bannâ > Mémoires de Hasan Al-Bannâ > Association de l’Ethique
Mémoires de Hasan Al-Bannâ

Association de l’Ethique

vendredi 7 décembre 2001

Muhammad Efindi[1] `Abd Al-Khâliq, que Dieu lui fasse miséricorde, était parmi les instituteurs de cette école. C’était un professeur d’arithmétique et de mathématiques, doué d’une noble éthique et attaché à la vertu. Il suggéra aux élèves en deuxième année de fonder entre eux, à l’école, une association qu’ils appelleraient "l’Association de l’Ethique". Il établit lui-même sa charte, se chargea de sa supervision et encadra les élèves pour choisir le conseil d’administration de l’association. La charte se résumait en ces points :

  • Quiconque insulte son frère paie une amende de 1 mallîm. [2]
  • Quiconque insulte le père d’autrui paie une amende de 2 mallîms.
  • Quiconque insulte la mère d’autrui paie une amende de 1 qirsh.
  • Quiconque insulte la religion paie une amende de 2 qirshs.
  • Quiconque se bagarre avec une autre personne paiera cette même somme de 2 qirshs, la punition est multipliée lorsque l’erreur provient d’un membre du conseil d’administration ou le président de l’association.
  • Celui qui cesse d’appliquer la charte sera boycotté par ses camarades jusqu’à ce qu’il la respecte.
  • La somme qui proviendra de ces amendes sera dépensée dans les voies du bien et de la bienfaisance.
  • Tous les membres de l’association sont tenus de se recommander mutuellement l’attachement à la religion, l’accomplissement des prières aux heures prescrites, l’obéissance à Dieu, aux parents et aux personnes plus âgées et plus grandes en rang.

Le riche patrimoine acquis à l’école de la Guidance Islamique fit que ce jeune adolescent [3] dépassa ses frères et attira l’attention et les regards. Ainsi, lorsqu’on a voulu élire le conseil d’administration de l’Association de l’Ethique, il fut choisi comme président du conseil. L’Association exerça ses fonctions et de nombreuses personnes furent jugées pour les contraventions qu’elles ont commises. Il résulta de ces amendes une somme d’argent non négligeable. On en dépensa une partie pour honorer notre camarade Labîb Iskandar, le frère du médecin du village, à son départ. En effet, Labîb a dû accompagner son frère qui a été muté dans un autre village. Cette somme fut aussi utilisée pour les dépenses nécessaires pour l’enterrement d’un étranger, noyé et porté par le fleuve du Nil près des murailles de notre école.

Il ne fait pas l’ombre du doute qu’une telle association réalise dans le domaine de l’édification de l’éthique ce que vingt leçons théoriques ne peuvent produire. Les écoles et les instituts doivent accorder le plus grand soin à ce genre d’associations…

P.-S.

[1] Le mot Efindi ou Afandi est un titre de respect courant à l’époque et introduit avec l’influence Ottomane. Il est équivalent à "monsieur" Muhammad Abd Al-Khâliq.

[2] 1 qirsh est fait de 10 mallîms. 1 qirsh doit être équivalent à environ 10 francs.

[3] il s’agit, bien sûr, de Hasan Al-Bannâ lui-même.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.