Français | عربي | English

Accueil > Banque de Fatwâ > Culte > La zakâh > Sheikh `Alî Jumu`ah > Le versement de la zakât due avant le décès

Le versement de la zakât due avant le décès

lundi 22 mai 2006

Question

Premièrement : Il y a quarante jours, mon frère — qu’Allâh lui fasse miséricorde — est décédé laissant une femme et trois enfants. L’aîné est au collège, le cadet est âgé de onze ans et a des problèmes de santé nécessitant des soins particuliers et enfin la benjamine est âgée de sept ans.

Deux ans avant sa mort, mon frère me confia une somme d’argent à laquelle il ajouta une autre somme deux mois avant sa mort. Un an après m’avoir confié cette somme, mon frère me chargea de verser la zakât due sur cet argent. Toutefois, l’année suivante, toute la famille était occupée par la détérioration de la santé de mon frère qui ne me demanda pas de verser la zakât due pour cette année. Devrais-je verser cette somme de zakât due sur l’argent de mon frère avant la répartition de son héritage ?

Deuxièmement : Pendant le mois de Ramadan, mon frère — qu’Allâh lui fasse miséricorde — avait l’habitude de verser une aumône et me demandait de la verser en Égypte parce qu’il travaillait à l’étranger. J’étais donc chargé de la payer en son nom. Avant la répartition de cet héritage, devrais-je en payer une partie en tant que simple aumône ou serait-il mieux d’en faire une aumône courante (aumône à bienfaits durables) ?

Troisièmement : Sa femme m’informa qu’il lui avait promis de lui léguer l’un de ses appartements et, plus précisément, l’appartement où ils étaient supposés s’installer lorsqu’ils reviendraient vivre dans leur pays. Cependant, aucun testament écrit ne prouve cela et la situation n’est pas claire. Cet appartement devrait-il être attribué à sa femme avant la répartition de l’héritage ou être déduit de sa part légitime d’héritage ?

Quatrièmement : La succession de mon frère comprend deux appartements achetés au même prix mais qui auront certainement des prix de vente différents. Est-il possible de consacrer l’appartement le plus cher au fils cadet qui souffre de problèmes de santé ?

Réponse de Sheikh `Alî Jumu`ah

Premièrement : Vous devez d’abord verser la zakât due sur l’argent de votre frère avant la répartition de sa succession parce que la répartition des successions ne se fait qu’après le règlement des dettes et la dette d’Allâh est plus digne d’être acquittée.

Deuxièmement : Vous n’avez pas le droit de verser une aumône prélevée sur l’héritage d’un défunt à moins que ses héritiers l’acceptent car, après le décès, cet argent leur appartient.

Troisièmement : En l’absence de testament écrit au sujet de cet appartement et vu que rien ne prouve que le défunt l’ait vendu ou donné à son épouse, cet appartement rentre dans la succession à répartir entre les héritiers légitimes. Rien n’empêche cependant que l’appartement en question soit attribué à l’épouse du défunt et déduit de sa part d’héritage.

Quatrièmement : Rien n’empêche que l’appartement le plus cher soit attribué au fils cadet à condition que tous les héritiers l’acceptent.

Allah — Exalté soit-il — est le plus Savant.

P.-S.

Traduit de l’arabe avec l’aimable autorisation de Dâr Al-Iftâ’ en Égypte.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.