Français | عربي | English

Accueil > Grandes Figures de l’Islam > Savants contemporains > Sheikh Yûsuf Ad-Dijwî

Sheikh Yûsuf Ad-Dijwî

jeudi 10 mars 2005

JPEG - 8.7 ko
Sheikh Yûsuf Ad-Dijwî (1870-1946)

Sa jeunesse

Sheikh Yûsuf Ibn Ahmad Ibn Nasr Ibn Suwaylim Ad-Dijwî naquit en 1870 en Égypte dans le village de Dijwah, dans la province d’Al-Qalyûbiyyah. Son père était issu de la tribu arabe des Banû Habîb et sa mère était de la descendance d’Al-Hasan, le petit-fils du Prophète - paix et bénédictions sur lui. Dans son enfance, il fut atteint de variole, maladie qui emporta sa vue. Chagrinée, sa mère versa de chaudes larmes sur le sort de son enfant. Mais le père de cette dernière, une figure de piété en son temps, la rassura en affirmant qu’Allâh - Exalté soit-Il - accordera à l’enfant, en compensation de la vue qu’il a perdue, une clairvoyance aiguë qui fera de lui un grand savant et une référence. Quelques années plus tard, cette parole de consolation se réalisa et l’enfant prit de l’envergure en devenant un savant de renommée mondiale.

Ses études et ses maîtres

Yûsuf Ad-Dijwî mémorisa le Coran dans son village. Puis son père l’envoya à Al-Azhar où il s’instruisit auprès des éminents professeurs de cette prestigieuse institution entre 1883 et 1899. Il se présenta au diplôme de la `âlamiyyah [1] en 1899 qu’il obtint avec succès. Son jury, constitué de grands savants, apprécia tellement sa prestation, que Sheikh Râdî Al-Hanafî - une sommité en son temps - se rendit chez lui, le félicita pour sa réussite et pria en sa faveur. Ce fut là un signe précurseur de la place privilégiée qu’il fut appelé à occuper ultérieurement au sein de l’Académie des Grands Savants.

Parmi les grands maîtres qui contribuèrent à sa formation, il y a son professeur de référence Sheikh Hârûn Ibn `Abd Ar-Râziq Al-Binjâwî (décédé en 1918), Sheikh Ahmad Ar-Rifâ`î Al-Fayyûmî (décédé en 1908), Sheikh Muhammad Ibn Sâlim Tamûm (décédé en 1918), Sheikh Ahmad Fâ’id Az-Zurqânî, Sheikh Rizq Ibn Saqr Al-Burqâmî, Sheikh Dâwûd, Sheikh Salîm Al-Bishrî - le Recteur de la Mosquée Al-Azhar -, pour ce qui est des savants malékites. On peut citer également, parmi ses grands maîtres, deux shâfi`ites : Sheikh Muhammad Al-Buhayrî et Sheikh `Atiyyah Al-`Adawî. Dans le domaine de la récitation coranique, son maître fut le célèbre Sheikh Hasan Al-Jarîsî Al-Kabîr.

Ses professeurs Hârûn, Ar-Rifâ`î et Tamûm étudièrent quant à eux auprès de Sheikh Ahmad Minnat Allâh Ash-Shabâsî (décédé en 1875), qui étudia lui-même auprès de Sheikh As-Simbâwî (décédé en 1817), plus connu sous le titre du Grand Émir. Ses professeurs Rizq, Al-Bishrî et Dâwûd étudièrent pour leur part auprès du malékite Sheikh Muhammad As-Safnî (décédé en 1877), qui se forma également auprès du Grand Émir. Quant aux shâfi`ites Al-Buhayrî et Al-`Adawî, ils furent les disciples du shâfi`ite Ibrâhîm As-Saqqâ (décédé en 1881), lui-même disciple du Petit Émir (décédé en 1832), qui n’était rien d’autre que le fils et l’élève du Grand Émir. Autrement dit, les voies initiatiques de ces célèbres savants remontaient toutes au Grand Émir, une référence saillante et un savant brillant de l’école juridique malékite.

Postes et renommée

L’érudit Sheikh Yûsuf Ad-Dijwî rejoignit le corps enseignant à Al-Azhar. La vivacité de son esprit et l’abondance de son savoir attirèrent de nombreux disciples et agrandirent son cercle d’étudiants. Sa renommée ne cessa de croître tant au sein d’Al-Azhar que dans le monde musulman et ses articles publiés dans la presse suscitèrent l’appréciation d’une large audience.

Évoquant des éléments de la vie de Sheikh Yûsuf Ad-Dijwî, Sheikh Al-Husaynî Hâshim, Secrétaire Général de l’Académie des Recherches Islamiques et futur Recteur d’Al-Azhar, dit : « La gloire de ce savant militant ne cessa de grandir si bien qu’il fut choisi comme membre distingué de l’Académie des Grands Savants d’Al-Azhar. Il eut une telle renommée dans le monde musulman que sa demeure au village de `Izbat An-Nakhl devint la destination des savants et des étudiants en quête de savoir. »

Les questions affluèrent de divers pays musulmans pour recueillir son opinion et élucider de nombreux jugements juridiques. Selon les termes de Sheikh Al-Husaynî Hâshim : « Notre Sheikh Ad-Dijwî - que Dieu lui fasse miséricorde - avait une pensée riche et étendue en matière de jurisprudence islamique. Il produisit d’excellents avis juridiques utiles aux musulmans, à toute époque, et notamment dans notre ère contemporaine. Il traita des transactions bancaires, de la sagesse sous-tendant la polygamie, des questions relatives aux saints, de l’envie et de la protection contre celle-ci (...). Il traita également de certaines questions relatives à l’allaitement, aux serments invalides selon la Législation islamique, à la récitation du Coran pour les défunts. On lui doit aussi d’autres avis juridiques abondants et utiles ainsi que des écrits passionnants dans divers domaines. Ses articles, avis juridiques et épîtres eurent un fort retentissement dans les milieux islamiques et scientifiques et furent reçus avec satisfaction par la Communauté. »

Bibliographie

On lui doit de nombreux écrits dont les livres suivants :

  1. Khulâsat `Ilm Al-Wad` (Synthèse sur la connaissance des récits controuvés)
  2. Tambîh Al-Mu’minîn Li-Mahâsin Ad-Dîn (Rappel pour les croyants sur les vertus de la religion)
  3. Sabîl As-Sa`âdah (La Voie du Bonheur)
  4. Al-Jawâb Al-Munîf fî Ar-Radd `alâ Mudda`î At-Tahrîf fî Al-Kitâb Ash-Sharîf (Réponse magistrale aux tenants de l’altération du Livre Saint)
  5. Rasâ’il As-Salâm wa Rusul Al-Islâm (Messages de la Paix et Messagers de l’Islam)
  6. Ta`rîf ’Âmm Bil-Islâm (Introduction générale à l’Islam)
GIF - 11.8 ko
Introduction générale à l’Islam

Ainsi que des épîtres dont :

  1. Tafsîr lâ Yus’alu `ammâ Yaf`al (Exégèse du verset « on ne L’interroge point sur ce qu’Il fait »)
  2. Ar-Radd `alâ Kitâb Al-Islâm wa Usûl Al-Hukm Li-`Alî `Abd Ar-Râziq (Réponse au livre intitulé “L’Islam et les Fondements du pouvoir” de `Alî `Abd Ar-Râziq)

Son caractère

Sheikh Yûsuf Ad-Dijwî fut bon, généreux, et son visage s’illuminait de joie lorsqu’il satisfaisait aux besoins de ceux qui venaient le voir. Son disciple, Sheikh Muhammad Zâhid Al-Kawtharî rapporte que sa compassion était sans pareil envers les étrangers.

Son décès

Son décès, en 1946, jeta un voile de deuil sur Al-Azhar et dans le cœur de sa large audience dans le monde musulman. Que Dieu lui fasse miséricorde et qu’Il éclaire sa tombe.

P.-S.

Sources : Al-A`lâm d’Az-Zarkalî, un article de Sheikh Al-Husayni Hâshim intitulé "Al-Imâm Ash-Shaykh Yûsuf Ad-Dijwî Rahimah Allâh, L’Imâm Sheikh Yûsuf Ad-Dijwî, que Dieu lui fasse miséricorde" et un article de Sheikh Muhammad Zâhid Al-Kawtharî intitulé "Ash-Shaykh Yûsuf Ad-Dijwî Rahimah Allâh, Sheikh Yûsuf Ad-Dijwî, que Dieu lui fasse miséricorde".

Notes

[1Ce diplôme de l’époque est plus difficile à obtenir que le doctorat actuel.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.