Français | عربي | English

Accueil > Banque de Fatwâ > Famille > Sheikh Ibrâhîm Julhûm > La conversion en vue du mariage

La conversion en vue du mariage

jeudi 29 juillet 2004

Question

Je suis une jeune femme musulmane. J’accomplis mes devoirs en matière de prière, jeûne et aumône prescrite. Un jeune homme a demandé ma main, alors qu’il n’est ni musulman ni de la même nationalité que moi. Lorsqu’il a appris que notre mariage était impossible, il a annoncé sa volonté d’embrasser l’islam et a promis qu’il fera de son mieux pour accomplir les obligations et les rites cultuels qui lui incombent en tant que musulman. Pour ma part, je crains, s’il embrasse l’islam et que je l’épouse, qu’il manque de constance dans sa pratique.

S’il embrasse l’islam, puis-je l’épouser ? Si, après sa conversion, il venait à négliger ses obligations religieuses, serais-je tenue responsable de sa négligence ? Que Dieu vous rétribue.

Réponse de Sheikh Ibrâhîm Julhûm

Les savants sont unanimes sur le fait qu’il n’est point licite pour une musulmane d’épouser un non-musulman, qu’il soit polythéiste, juif ou chrétien. Ils fondent cette opinion sur la Parole de Dieu - Exalté soit-Il : "Ô vous qui avez cru ! Quand les croyantes viennent à vous en émigrées, éprouvez-les ; Allah connaît mieux leur foi ; si vous constatez qu’elles sont croyantes, ne les renvoyez pas aux mécréants. Elles ne sont pas licites pour eux, et eux non plus ne sont pas licites pour elles." [1]

Cela s’explique par le fait que l’époux a le droit de la qawâmah sur son épouse, ce qui veut dire qu’elle doit lui obéir lorsqu’il lui ordonne le bien. Autrement dit, il a une autorité sur elle et il ne convient point qu’un non-musulman ait un pouvoir sur une musulmane. Le Très-Haut dit en effet : "Et jamais Allah ne donnera aux mécréants une voie contre les croyants." [2]

De plus, le non-musulman ne reconnaît pas la religion de la musulmane. Il renie même son Livre et son Prophète - paix et bénédiction sur lui. Dans de telles circonstances, le foyer ne peut guère trouver la quiétude, et la vie commune ne peut durer, avec une différence aussi vaste et un décalage aussi grand.

Toutefois, si Dieu ouvre le cœur d’un non-musulman envers l’islam, si bien que celui-ci embrasse l’islam et devient un bon musulman, alors il devient un musulman à part entière, et obtient le droit d’épouser une musulmane car l’islam abolit et efface tout ce qui le précède. Sur cette base, et pour revenir à la question posée, si votre prétendant embrasse l’islam véritablement et accomplit sincèrement les rites de la religion, alors vous pouvez l’épouser puisqu’il fera partie des adeptes de votre noble religion et marchera sur le chemin de la droiture. Après sa conversion, il lui incombera comme tout musulman, d’accomplir les obligations islamiques, et devra observer les prescriptions et les limites tracées par Dieu. S’il fait cela, il en recevra la rétribution et, s’il est coupable de négligence, il en sera responsable. Après sa conversion et votre mariage, vous devrez l’orienter et le conseiller.

Dieu dit la vérité et guide vers le droit chemin.

P.-S.

Traduit de l’arabe du site Islamonline.net. La version originale est consultable sur archive.org.

Notes

[1Sourate 60, Al-Mumtahanah, l’Éprouvée, verset 10.

[2Sourate 4, An-Nisâ’, les Femmes, verset 141. NdT

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.