Français | عربي | English

Accueil > Bibliothèque islamique > Sheikh Yûsuf Al-Qaradâwî > Introduction à l’islam > Les fondements de l’islam > Le credo > L’Existence de Dieu
Introduction à l’islam
Section : Les fondements de l’islam
Section : Le credo

L’Existence de Dieu

samedi 20 mars 2004

Il est établi qu’il y a derrière ce monde une force supérieure qui le gouverne, qui le régit et qui veille sur lui. Certains l’appellent la cause première, d’autres la raison première et d’autres encore le moteur premier. Le Coran arabe la désigne, quant à lui, ainsi que les autres Livres célestes, par ce nom qui réunit les attributs de beauté et de majesté : Allâh (Dieu).

La raison humaine est incapable d’appréhender cette force supérieure - autrement dit, ce dieu majestueux - pour en percevoir la Quiddité ou en connaître la Nature. Comment en serait-il autrement, si elle est déjà incapable de connaître sa propre quiddité, de déterminer l’essence de l’esprit, la vérité de la vie ainsi que bon nombre de propriétés physiques de l’univers, comme les forces électriques, magnétiques ou autres, contrainte qu’elle est de se contenter de n’en percevoir que les effets ? Comment la raison pourrait-elle alors prétendre à la connaissance de l’Essence de Dieu, le Haut, le Grand ? "Ainsi est Dieu, votre Seigneur ! Il n’y a point de divinité à part Lui, Créateur de tout. Adorez-Le donc. C’est Lui qui a charge de tout. Les regards ne peuvent L’atteindre, cependant qu’Il saisit tous les regards. Et Il est le Doux, le Parfaitement Connaisseur." [1]

Ce dieu n’est pas le dieu d’un clan, ni celui d’un peuple en particulier, ni celui d’une région donnée. Il est "le Seigneur des mondes"... "le Seigneur des cieux et de la Terre"... "le Seigneur du levant et du couchant"... "Dis : "Chercherais-je un autre Seigneur qu’Allah, alors qu’Il est le Seigneur de toute chose ?" [2]

Écoutons maintenant le dialogue, rapporté par le Coran, entre Moïse et Pharaon, pour mieux saisir le caractère absolu de Sa Divinité - Exalté et Glorifié soit-Il : « Et qu’est-ce que le Seigneur des mondes ?›, demande Pharaon. ‹Le Seigneur des cieux et de la terre et de ce qui existe entre eux, dit Moïse, si seulement vous pouviez en être convaincus !› Pharaon dit à ceux qui l’entouraient : ‹Avez-vous entendu ?› ‹Votre Seigneur, poursuit Moïse, et le Seigneur de vos plus anciens ancêtres›. ‹Vraiment, dit Pharaon, votre Messager, qui vous a été envoyé, est un fou›. ‹Le Seigneur du Levant et du Couchant, ajoute Moïse, et de ce qui est entre les deux ; si seulement vous compreniez !› » [3]

Le Coran argumente l’Existence de Dieu de diverses manières :

  1. Il attire l’attention sur ce que le monde recèle comme signes exprimant la présence d’un sage créateur originel. Il s’agit d’une loi évidente pour la raison qui souscrit au principe de causalité, principe naturel qui se passe de toute démonstration : « Certes, dans la création des cieux et de la terre, dans l’alternance de la nuit et du jour, dans le navire qui vogue en mer chargé de choses profitables aux gens, dans l’eau que Dieu fait descendre du ciel, par laquelle Il rend la vie à la terre une fois morte et y répand des bêtes de toute espèce, dans la variation des vents, et dans les nuages soumis entre le ciel et la terre, en tout cela il y a des signes, pour des gens qui raisonnent. » [4]

    Cette création nécessite un Créateur et ce système a besoin d’un Régulateur : « Ont-ils été créés à partir du néant ou sont-ce eux les créateurs ? Ou ont-ils créé les cieux et la terre ? » [5]

  2. Puis il interpelle la prime nature de l’humanité saine, par laquelle l’être humain perçoit directement qu’il a un Seigneur et un Dieu Puissant, Majestueux, Qui le protège et Qui veille sur lui : « Dirige tout ton être exclusivement vers la religion, telle est la nature que Dieu a originellement donnée aux hommes - pas de changement à la création de Dieu. Voilà la religion de droiture ; mais la plupart des gens ne savent pas. » [6]

    Pour peu que cette prime nature disparaisse à l’heure de l’aisance et du badinage, elle refait rapidement surface en cas d’épreuve et de difficulté. Le vernis trompeur s’érode rapidement et laisse apparaître le matériau pur de l’âme humaine, qui revient alors à son Seigneur en L’invoquant et en L’implorant : "C’est Lui Qui vous fait aller sur terre et sur mer, quand vous êtes en bateau. Lorsque ces bateaux les emportèrent, grâce à un bon vent, ils s’en réjouirent jusqu’au moment où, assaillis par un vent impétueux, assaillis de tous côtés par les vagues, se jugeant enveloppés par la mort, ils prièrent Dieu, avec une exclusive dévotion : "Certes, si Tu nous sauves de ceci, nous serons parmi les reconnaissants !"" [7]

    Cette prime nature ressort lorsque l’être humain est surpris par la question de l’origine de l’univers et de l’identité de son Gérant. De par sa prime nature, il ne peut que proclamer : "C’est Dieu !" : « Si tu leur demandes : "Qui a créé les cieux et la terre, et assujetti le Soleil et la Lune ?", ils diront très certainement : "Dieu". » [8] ; « Dis : "Qui vous attribue de la nourriture du ciel et de la terre ? Qui détient l’ouïe et la vue, et qui fait sortir le vivant du mort et fait sortir le mort du vivant, et qui administre tout ?" Ils diront : "Dieu". Dis alors : "Ne Le craignez-vous donc pas ?" Tel est Dieu, votre vrai Seigneur. Au delà de la vérité qu’y a-t-il donc sinon l’égarement ? Comment alors pouvez-vous vous détourner ?" » [9]

  3. Le Coran prend l’Histoire de l’humanité à témoin pour dire que la foi en Dieu et en Ses Messagers fut constamment le moyen de salut de ses adeptes, et que la négation de Dieu et le démenti de Ses Messagers sonnèrent invariablement la disparition et la perdition de ses tenants. A propos de Noé, le Coran dit : « Et ils le traitèrent de menteur. Or, Nous le sauvâmes, lui et ceux qui étaient avec lui dans l’arche, et noyâmes ceux qui traitaient de mensonges Nos miracles. C’étaient des gens aveugles, vraiment. » [10] A propos de Hûd, il dit : « Or, Nous l’avons sauvé, lui et ceux qui étaient avec lui, par miséricorde de Notre part, et Nous avons exterminé ceux qui traitaient de mensonges Nos enseignements et qui n’étaient pas croyants. » [11] Au sujet de Sâlih et de son peuple de Thamûd, il dit : « Voilà donc leurs maisons désertes à cause de leurs méfaits. C’est bien là un avertissement pour des gens qui savent. Et Nous sauvâmes ceux qui avaient cru et qui étaient pieux. » [12] Et au sujet de l’ensemble des Messagers de Dieu, le Très-Haut S’adresse à Son Messager Muhammad - paix et bénédictions sur lui - disant : « Nous avons effectivement envoyé avant toi des Messagers vers leurs peuples respectifs et ils leur apportèrent les preuves. Nous Nous vengeâmes de ceux qui commirent les crimes ; et c’était Notre devoir de secourir les croyants. » [13]

P.-S.

Traduit de l’arabe du livre de Sheikh Yûsuf al-Qaradâwî, Madkhal Li-Ma`rifat Al-Islâm, disponible en ligne sur le site Qaradawi.net.

Notes

[1Sourate 6, Al-An`âm, les Bestiaux, versets 102 et 103. NdT

[2Sourate 6, Al-An`âm, les Bestiaux, verset 164. NdT

[3Sourate 26, Ash-Shu`arâ’, les Poètes, versets 23 à 28. NdT

[4Sourate 2, Al-Baqarah, la Vache, verset 164. NdT

[5Sourate 52, At-Tûr, le Mont, versets 35 et 36. NdT

[6Sourate 30, Ar-Rûm, les Byzantins, verset 30. NdT

[7Sourate 10, Yûnus, Jonas, verset 22. NdT

[8Sourate 29, Al-`Ankabût, l’Araignée, verset 61. NdT

[9Sourate 10, Yûnus, Jonas, versets 31 et 32. NdT

[10Sourate 7, Al-A`râf, les Limbes, verset 64. NdT

[11Sourate 7, Al-A`râf, les Limbes, verset 72. NdT

[12Sourate 27, An-Naml, les Fourmis, versets 52 et 53. NdT

[13Sourate 30, Ar-Rûm, les Byzantins, verset 47. NdT

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2017. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.