Français | عربي | English

Accueil > Banque de Fatwâ > Culte > Prière > Sheikh `Alî Jumu`ah > Prier deux rak`ahs en groupe immédiatement après la prière d’Al-`Ishâ’

Prier deux rak`ahs en groupe immédiatement après la prière d’Al-`Ishâ’

samedi 9 décembre 2006

Question

Un groupe de jeunes a pris l’habitude de prier deux rak`ahs en groupe juste après la prière d’Al-Ishâ’ les lundis et les jeudis ; ils appellent cela « la prière du qiyâm ». Ils incitent les gens à y participer et considèrent comme pécheurs ceux qui n’y participent pas. Lorsqu’on a essayé d’en discuter avec eux, ils se sont fâchés et ont persisté estimant que cette prière fait partie de la Sunnah. Les gens s’interrogent sur ce que font ces jeunes. Quel est le verdict de la religion à ce sujet ?

Réponse de Sheikh `Alî Gomaa

Il est établi dans la sharî`ah, que les choses dont l’accomplissement en groupe ne fait pas partie de la Sunnah — parce que le Prophète, paix et bénédictions sur lui, avait l’habitude de les accomplir de manière individuelle — peuvent néanmoins être accomplies en groupe sans que cela soit jugé détestable, car Ibn `Abbâs — que Dieu l’agrée ainsi que son père — suivait le Prophète — paix et bénédictions sur lui — pendant la prière du tahajjud chez sa tante, la Mère des Croyants Maymûnah — que Dieu l’agrée —, d’après un hadith consensuel [1].

Par conséquent, lorsque les gens se rassemblent un jour donné pour accomplir le tahajjud, ceci est tout à fait permis et il n’y a aucun mal à le faire, tant que cela n’est pas rendu obligatoire. Autrement, en cas d’obligation, cela rentre dans le cadre de l’innovation blâmable, du fait que l’on rend obligatoire ce qui n’est pas considéré comme tel par la sharî`ah. C’est pourquoi quand le Prophète — paix et bénédictions sur lui — a prié une nuit dans la mosquée et les gens ont fait de même, et que cela s’est répété, le Prophète n’est pas sorti la quatrième nuit. Après l’aube, il s’est adressé aux fidèles. Il a prononcé les deux attestations de foi et leur a dit : « Je n’ignorais pas où vous êtiez, mais j’ai craint qu’elle (la prière du tahajjud) vous soit prescrite et que vous n’en soyez pas capables. », hadîth consensuel rapporté par `Â’ishah — que Dieu l’agrée —.

En l’espèce, et à la lumière de ce qui précède, ce que font ces jeunes gens, à savoir l’accomplissement de deux rak`ahs en congrégation après Al-`Ishâ’, est permis et n’est en rien détestable à condition qu’il n’y ait pas d’obligation. Mais si l’on rend cette prière obligatoire, considérant ceux qui n’y participent pas comme des pécheurs, alors cela se transforme en innovation blâmable du fait que l’on rend obligatoire ce que Dieu et Son Messager — paix et bénédictions sur lui — n’ont pas rendu obligatoire.

Dieu — Exalté soit-Il — est le plus Savant.

P.-S.

Traduit de l’arabe par les bénévoles de Dâr Al-Iftâ’, traduction revue et corrigée par le site islamophile.org.

Notes

[1Un hadîth est dit consensuel (muttafaqun `alayh) lorsqu’il a été rapporté dans les deux Sahîh d’Al-Bukhârî et de Muslim. NdT.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.