Français | عربي | English

Accueil > Bibliothèque islamique > Sheikh Muhammad Al-Ghazâlî > Les problèmes de la femme entre traditions stagnantes et traditions (...) > Comprenons l’Islam > La faute des amis ignorants
Les problèmes de la femme entre traditions stagnantes et traditions étrangères
Section : Comprenons l’Islam

La faute des amis ignorants

lundi 5 février 2001

Si, actuellement, se fondait une société islamique définissant clairement le statut de la femme, son champ de travail et son domaine d’activité, beaucoup de corruption disparaîtrait de la face de la terre ! Les gens sains détestent la mixité à outrance qui les entourent au sein de la civilisation occidentale et la nudité honteuse qui y règne et qui conduit à la dégradation du climat familial et le déchaînement des passions sans aucune régulation. Ces gens cherchent une meilleure alternative mais n’en trouvent nulle part.

En effet, les hurlements des musulmans extrémistes les portent à croire que l’islam est le geôlier de la femme et l’ennemi de son épanouissement et que, sous la pression de l’urbanisation moderne, l’islam aurait autorisé l’instruction de la femme contraint et forcé et qu’il lui aurait permis d’aller à la mosquée le vendredi malgré lui ! De même, certains gouverneurs musulmans auraient imité l’occident en permettant aux femmes de participer aux élections et de siéger au sénat et que ces gouverneurs encourraient la colère des religieux. De plus, si les religieux réussissaient à prendre le pouvoir, les femmes seraient enfermées et personne ne les verrait plus !

Je dis : Ceux qui haïssent l’islam et craignent son retour sont excusables quand la seule image qu’ils perçoivent de la religion est aussi sombre et hideuse. Les extrémistes dont il a été question précédemment ressemblent aux gens du Livre à qui l’on dit lors de l’avènement de la mission prophétique de Mohammad - que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui : "Ô gens du Livre ! Notre Messager est certes venu vous exposer beaucoup de ce que vous occultiez du Livre" [1]...

Ces extrémistes occultent délibérément et dans de mauvais desseins que, du temps du Prophète, les musulmanes priaient les cinq prières prescrites à la mosquée, qu’elles participaient à toutes les batailles, qu’elles prenaient part aux grands pactes (bay`ât) et qu’elles enjoignaient le bien et réprouvaient le mal (al-amr bil-ma`rûf wan-nahy `an al-munkar) ! La femme était un être pourvu de tous ses droits matériels et moraux. Elle n’était guère un déchet de la société contrairement à la compréhension qu’ont ces extrémistes ignares et qu’ils essayent de propager obstruant ainsi la voie de l’islam et le rendant repoussant.

Le frère, professeur Ahmad Mûsâ Sâlim dit : "la Loi selon la Sagesse du Créateur et Sa Justice est alliée à la femme. Elle défend ses intérêts et lui donne tous les droits octroyés à l’homme et garantissant sa liberté dans sa relation avec ce dernier." Ceci est confirmé par Qâsim Amîn dans son livre La Libération de la Femme quand il dit : "La législation islamique (chariah) devança toutes les législations dans le domaine de l’égalité de la femme et de l’homme. L’islam annonça la liberté de la femme et son indépendance alors même qu’elle était au plus bas dans toutes les nations. Il lui donna tous les droits de l’homme et lui reconnut une compétence légale qui n’est pas moindre que celle de l’homme dans toutes les affaires civiles sans que son action ne soit soumise à l’approbation de son père ou de son époux. A ce jour, certains de ces avantages n’ont pas encore été donnés à la femme occidentale"

Certes, il y a quelques petites exceptions, considérées hors norme, et qui ne font que confirmer la règle. Ces exceptions ne furent pas prévues pour humilier la femme. Elles furent instaurées pour mieux tenir compte de sa nature ou de sa fonction sociale. Mais la base générale est la parole du Très Haut : "Et quiconque, homme ou femme, fait de bonnes oeuvres, tout en étant croyant... ceux-là sont ceux qui entreront au Paradis ; et on ne leur fera aucune injustice." [2]

Le monde a d’urgence besoin de l’islam alors que certains ignares effrontés ne savent rien et haïssent ceux qui savent, ne font rien et haïssent ceux qui agissent et, de nos jours, font barrage au courant islamique visant à troubler sa clarté, à empêcher les gens d’y étancher leur soif et à repousser les nations loin de lui ! Ces amis ignorants sont plus redoutables pour la religion de Dieu que les ennemis haineux. Curieusement, leur voix porte au loin comme s’il y avait des démons invisibles qui les soutenaient. Ces démons seraient-ils en fait les alliés des colonisateurs ?

P.-S.

Cet article est traduit par nos soins du livre de Cheikh Muhammad Al-Ghazâlî intitulé Les Problèmes de la Femme Entre des Traditions Stagnantes et des Traditions Etrangères. Ce livre est une compilation d’articles de journaux destinés à une audience très large, il ne s’agit pas d’un traité de jurisprudence à proprement parler.

Notes

[1Sourate 5, Al-Mâ’idah, verset 15.

[2Sourate 4, An-Nisâ’, verset 124.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.