Français | عربي | English

Accueil > Banque de Fatwâ > Culte > Jeûne > Sheikh Yûsuf Al-Qaradâwî > Le jeûne et la négligence de la prière

Le jeûne et la négligence de la prière

Par Sheikh Yûsuf Al-Qaradâwî

mercredi 24 octobre 2001

Question

Le jeûne est-il agrée de la part de celui qui délaisse la prière ? Ou bien les actes des cultes sont-ils liés entre eux si bien que si l’un est délaissé les autres ne sont pas agréés ?

Réponse

Le Musulman est tenu d’accomplir toutes les œuvres cultuelles. Il doit accomplir la prière, s’acquitter de l’aumône canonique (Zakât), jeûner Ramadan et effectuer un pèlerinage s’il en a les moyens. Les savants de l’islam ont eu diverses opinions au sujet de celui qui délaisse l’une des ses obligations sans excuse valable pour Dieu. Certains le déclarent mécréant s’il délaisse l’une de ces obligations.

D’autres rendent mécréant celui qui délaisse la prière et refuse de donner l’aumône canonique. D’autres encore rendent mécréant celui qui délaisse la prière uniquement, étant donné sa place primordiale dans la religion et au vu de cette tradition rapportée par Muslim : "Ce qui sépare le serviteur de la mécréance c’est le fait de délaisser la prière". Et celui qui déclare mécréant la personne qui délaisse la prière volontairement, n’accepte pas son jeûne, puisque, à la base, aucune œuvre de culte n’est agrée de la part d’un mécréant.

D’autres considèrent qu’il n’est pas sorti de la sphère de la foi et de l’islam tant qu’il croit en Dieu, en Son Messager, et ce avec quoi le Messager fut envoyé, sans le renier ou en douter. Ce groupe de savants se contente de lui attribuer la perversité à l’égard de l’Ordre de Dieu. Vraisemblablement, et Dieu est plus Savant, cette dernière opinion est la plus juste et la plus proche [de la vérité]. Ainsi, s’il fait preuve de négligence dans certaines obligations par paresse - et non parce qu’il les renie ou s’en moque- alors qu’il accomplit d’autres, son islam est incomplet et sa foi est faible. Il est à craindre pour sa foi s’il persiste dans la négligence. Mais Dieu ne fait pas perdre le salaire de celui qui fait une œuvre d’une bonne manière. Il aura auprès de Dieu un salaire à la hauteur de son œuvre : une bonne rétribution pour sa bonne œuvre et le poids du péché pour ce qu’il a négligé ; "et tout fait, petit et grand, est consigné" (54 :53), "Quiconque fait un bien fût-ce du poids d’un atome, le verra * et quiconque fait un mal fût-ce du poids d’un atome, le verra" (99 : 7-8).

Texte Original

image 758 x 403

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2015. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.