Français | عربي | English

Accueil > Le Noble Coran > Le Miracle du Coran > Tome I > Qu’est-ce qu’un miracle ? > Un miracle mais "hors concours"
Le Miracle du Coran
Section : Tome I
Section : Qu’est-ce qu’un miracle ?

Un miracle mais "hors concours"

dimanche 20 mai 2001

Le miracle de la création de Jésus - paix sur lui - n’était pas destiné à défier quiconque. Il visait tout simplement à démontrer la puissance illimitée de Dieu et que Dieu fait ce qu’Il veut. Il visait aussi à compléter les différentes facettes de la création : création sans mâle ni femelle, puis à partir d’un mâle et sans femelle, puis à partir d’un mâle et d’une femelle pour ceux que Dieu a choisi de donner une progéniture et enfin d’une femelle sans mâle complétant ainsi toutes les étapes de la création.

Un autre miracle où Dieu ne visait pas à défier les hommes est celui où Moïse a fendu la mer avec son bâton. Lorsque Pharaon et ses soldats ont poursuivi Moïse - paix sur lui - et ses disciples jusqu’à la mer et qu’ils se trouvèrent face à la mer avec les soldats de Pharaon derrière eux, le peuple de Moïse dit : "Nous allons être rejoints". Ceci est une conclusion logique selon les lois et les principes des hommes car les soldats de Pharaon sont non loin derrière et la mer est devant le peuple de Moïse et ils sont donc incapables de poursuivre la fuite. A ce moment, Moïse s’en est remis à Dieu - Exalté soit-Il. Il n’a pas dit : nous allons nous réfugier dans une montagne qui nous mettrait à l’abri de Pharaon et ses soldats. Il n’a pas dit non plus : nous allons prendre un énorme bateau pour fuir Pharaon et ses soldats. Il n’a pas dit nous allons nous en sortir de telle ou telle manière. Non, quand son peuple lui a dit : "Nous allons être noyés", il s’en est remis à Dieu - Exalté soit-Il - et dit avec assurance : "Non, mon Seigneur est avec moi, Il me guidera".[26:62]

Il a ainsi transféré le problème du domaine de l’homme au domaine de Dieu - Gloire à Lui. C’est comme s’il avait échangé la puissance limité de l’homme avec la puissance sans limite ni contrainte de Dieu et qui se concrétise par le mot "Soit" [arabe : kunn]. Et puisqu’il a relégué la puissance qu’il détient à la puissance de Dieu - Exalté soit-Il - le problème rentre dans la logique de "subhâna Allâh" [i.e. Gloire à Dieu] et "laysa kamithlihi shay’un" [i.e. Rien n’est à Sa ressemblance]. En d’autres termes, nul ne devrait s’étonner de ce qui arrive s’il n’est pas conforme à la loi des hommes car l’acteur c’est Dieu - Exalté soit-Il. La délivrance est désormais issue de la puissance de Dieu et non de la puissance des hommes. Dieu - Exalté soit-Il - dit : "‹Frappe la mer de ton bâton›. Alors elle se fendit" [26:63] Or, il est connu que l’eau obéit à la propriété des vases communicants et qu’elle ne peut être haute à un endroit et basse à un autre, sa surface doit au contraire être plane. Donc, quand Moïse frappe la mer, il n’utilise pas les lois terrestres, ni les les propriétés physiques de l’eau, ni la puissance des hommes car il s’en est remis à Dieu - Exalté soit-Il. De ce fait, la puissance et l’acte viennent de Dieu et la mer se fend et Moïse et son peuple sont délivrés.

Tel est le sens du miracle très succinctement. Le miracle est une entorse aux lois de la nature. C’est un défi que personne ne peut relever. Les miracles sont de deux sortes : ceux que Dieu donne à Ses Messagers pour défier leur peuple et prouver qu’ils apportent réellement la guidance et les messages de Dieu, et pour raffermir la foi dans le cœur des gens et leur montrer le droit chemin qui mène à une vie saine à savoir, la législation de Dieu sur terre, et pour que tout le monde sache que ces Messagers sont venus de la part de Dieu avec une voie qu’Il a tracée pour l’homme. Il y a d’autres miracles dans la nature qui ne visent à défier personne et qui sont l’expression de la toute puissance de Dieu par rapport à l’univers et qu’Il est Le Créateur, qu’Il est l’origine des causes et des effets et qu’Il lui suffit de dire "soit" pour que Sa volonté soit faite en l’absence de toute cause et ce tant que l’affaire lui est remise, loin de la puissance des hommes et de leur force.

P.-S.

Traduit et adapté de l’arabe, du livre de Sheikh Muhammad Mitwallî Ash-Sha`râwî, Mu`jizat Al-Qur’ân, éditions Akhbâr Al-Yawm, 1993, disponible en ligne sur le site Mohdy.com.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.