Français | عربي | English

Accueil > Bibliothèque islamique > Sheikh Muhammad Al-Ghazâlî > Chagrins d’un prédicateur > La salafiyyah telle que nous la connaissons et telle que nous (...) > Le dernier message
Chagrins d’un prédicateur
Section : La salafiyyah telle que nous la connaissons et telle que nous l’aimons

Le dernier message

vendredi 24 janvier 2003

Les Guides Messagers de Dieu furent très nombreux depuis le début de la création jusqu’à la conclusion des missions prophétiques par le porteur du Message Suprême, le Message destiné à accompagner le monde entier jusqu’au jour dernier... Ces guides connurent diverses fortunes en termes de réussite, en termes de dons personnels, aussi diverses que sont les étoiles dans le ciel en termes d’éclat et de luminosité !

Il y eut en effet des prophètes que personne ne suivit. D’autres eurent des adeptes peu nombreux. D’autres furent suivis par une cité de taille moyenne. D’autres encore réussirent à éduquer une génération qui poursuivirent quelque peu sur la voie tracée puis se fatiguèrent et s’arrêtèrent... Il en est également qui transmirent la vérité qui fut conservée par leurs compagnons, puis quelques années plus tard quelqu’en soit le nombre, la vérité leur échappa et se dissipa avec le temps et fut substituée par le mensonge et la tromperie...

Mais, depuis quinze siècles apparut un homme exceptionnel qui pénétra du regard les siècles passés et à venir. Dieu l’appuya par un Esprit de Sa part et le voilà parcourant le désert de la péninsule arabique pour transmettre le message explicite. Les ténèbres étaient épaisses et l’opposition acerbe. Les voiles de l’égarement s’accumulaient en Orient et en Occident à croire que Satan avait réussi à dévoyer l’ensemble de l’humanité si bien qu’il ne restait plus un soupçon d’espoir...

Le Messager arabe inspiré s’engagea dans sa mission avec une volonté capable de fêler le fer. Il commença à former des hommes croyant en lui et luttant à ses côtés. Toutes les tentatives de le détourner de sa mission déclarèrent forfait. Il déchira les voiles qui masquaient la fitrah [1], et tira les cerveaux de la torpeur qui leur faisait accepter l’idolâtrie insensée. Il s’écria dans le coeur de l’homme : "N’as-tu pas honte de t’éloigner de Celui Qui créa et agença (la création) harmonieusement, Celui Qui décréta (la destinée) et guida" ? [2]

Les hommes qui l’entouraient virent clairement le Chemin. Ils se joignirent alors à lui et puisèrent dans sa force pour soutenir la vérité et renier le mensonge : "Ainsi Nous t’envoyons dans une communauté — que d’autres communautés ont précédée — pour que tu leur récites ce que Nous te révélons, cependant qu’ils ne croient pas au Tout Miséricordieux. Dis : ‹C’est Lui mon Seigneur. Il n’y a nulle autre divinité en dehors de Lui. En Lui je place ma confiance Et à Lui je me repens›." (sourate 13, Ar-Ra`d, Le Tonnerre, verset 30)

La récitation du Prophète n’est pas une simple lecture comme celle dont nous avons l’habitude. Sa récitation est un mode d’emploi ; elle trace une méthodologie et clarifie un programme à l’image de ce qu’annoncerait de nos jours un parti politique, toutes proportions gardées.

L’objectif du dernier Message divin est de changer le monde entier. Les moyens dont il dispose sont ces adeptes en qui Mohammad a insuflé son esprit, qu’il instruisit avec son Livre et fit d’eux des maîtres dans l’art de la sagesse, de la gouvernance, de la protection des droits, de la purification spirituelle, de la formation des bonnes manières et du soutien des belles traditions. Tout ceci dans le sillon du Monothéisme pur et de la pratique religieuse saine.

Personne ne peut dire comment Mohammad — paix et bénédictions sur lui — façonna une génération aussi forte, loyale et vertueuse. Personne ne sait ce qu’il déversa dans leur coeur comme piété, comme abnégation, comme observation de la Magnificence de Dieu et comme aspiration vers la Demeure Dernière. Personne ne mesure la force propulsive animant cette génération qui triompha des tentations de la vie, de la ruse des tyrans et parvint magnifiquement à transmettre le Noble Coran aux générations suivantes en tant que guide spirituel et doctrine étatique. Cette génération réussit également à le préserver des altérations et erreurs qui se glissèrent dans les livres précédents.

Tels sont nos pieux prédécesseurs [3], les dignes guides de la vie et les dignes héritiers de l’au-delà.

J’avoue mon admiration pour Mohammad — paix et bénédictions sur lui — et pour ses compagnons. Je suis sous le charme de l’éducation qu’il leur a prodiguée et de leur lutte à ses côtés et après son décès pour préserver la vérité sur terre et en faire profiter le monde entier...

Ô combien nobles sont les compagnons de Mohammad — paix et bénédictions sur lui — et quelle énorme dette avons-nous envers eux !

P.-S.

Traduction réalisée à partir du site ghazaly.net

Notes

[1La pureté et disposition originelle de l’homme

[2Allusion aux versets 2 et 3 de la sourate 87, Al-A`lâ, le Très Haut

[3Notre pieux Salaf

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.