Français | عربي | English

Accueil > Bibliothèque islamique > Sheikh Muhammad Al-Ghazâlî > Chagrins d’un prédicateur > Des obstacles présumés devant l’Islam > La position historique de l’Église vis-à-vis de l’Islam
Chagrins d’un prédicateur
Section : Des obstacles présumés devant l’Islam

La position historique de l’Église vis-à-vis de l’Islam

jeudi 20 avril 2006

De mon côté musulman, je considère que ce sont les Pères de l’Église et les politiciens occidentaux qui ont défiguré l’Islam et répandu à son sujet moult mensonges et calomnies.

Les Européens me rétorqueront que c’est nous qui leur avons déclaré la guerre et avons déclenché les hostilités.

Nous répondrons alors que nous vous avons déclaré la guerre parce que vous étiez des impérialistes et des oppresseurs. Qui vous a demandé de venir en Égypte, en Syrie, ou dans d’autres régions du globe [1] ? Pourquoi avoir posé des obstacles devant les pacifiques prédicateurs musulmans ?

Je ne veux pas poursuivre plus avant cette polémique, tout comme je ne veux pas ignorer une réalité affligeante qui se propage de ci de là. Les Européennes avaient coutume par le passé de parler à leurs enfants du « Turc » comme d’un croquemitaine pour les effrayer, à l’instar de ce que font parfois nos villageoises qui effraient leurs enfants avec le démon. En Europe, le Turc symbolise l’Islam. Imaginez l’impact que peut avoir une telle éducation sur la psychologie d’un enfant ! Quel va être son regard sur l’Islam lorsqu’il deviendra adulte ? Pour notre part, nous sommes-nous efforcés de rectifier cette situation anormale ?

En vérité, l’institution militaire turque n’était pas dotée d’un organe de propagande efficace. Je pense qu’elle n’a pas songé à créer un tel organe. Mais que faisaient alors les Arabes, dont les ancêtres ont diffusé l’Islam dans le monde entier et ouvert des yeux qui étaient aveugles ? Les Arabes oublièrent le combat de leurs pères, bien qu’ils profitaient de ses fruits !

Comme nous l’avons maintes fois répété, il eût fallu que les Arabes ne manquent pas de servir l’Islam dans le domaine de la culture, s’ils avaient manqué de le servir dans le domaine du pouvoir. Il eût fallu qu’ils s’activent dans le domaine de la prédication et qu’ils excellent dans la présentation des fondements intellectuels de l’Islam s’ils avaient manqué le combat politique.

Mais il se trouva que certains d’entre eux s’entêtèrent à ne vouloir que le prestige du pouvoir, contestant aux autres leur autorité [2]. La conséquence fut que tous chutèrent. Si Dieu ne rénovait pas cette religion par des gens pieux parmi Ses Serviteurs, la déroute de l’Islam aurait été encore plus terrible. L’Europe vit aujourd’hui sous des habits croisés, brandissant des vérités matérialistes déconnectées du Ciel. Oui, elle vit avec toutes les caractéristiques intellectuelles et tous les instincts animaux qui constituent l’homme. Le regard qu’elle porte sur les religions en général est négatif, même si c’est à l’Islam en particulier qu’elle voue le plus d’hostilité.

Il se peut que l’Europe accepte un jour la croyance à un dieu unique, et rejette la croyance à un dieu trinitaire, car ce dieu unique est plus proche de la raison et de la prime nature humaine ! Quant au fait que les sommets du triangle puissent être des divinités multiples, tout en étant un dieu unique, il y a là de quoi renverser les esprits rationnels.

J’ai ressenti chez les Pères de l’Église eux-mêmes la volonté d’insister dans le sens monothéiste, et de ne parler que brièvement de la Trinité, voire de la passer sous silence, — comme s’ils sentaient la contradiction inhérente à un tel dogme — ce qui constitue, à n’en point douter, une inclination vers l’Islam.

P.-S.

Traduit de l’arabe du livre de Sheikh Muhammad Al-Ghazâlî, Humûm Dâ`iyah, édition Nahdat Misr, troisième édition, décembre 1998.

Notes

[1Sheikh Muhammad Al-Ghazâlî fait allusion ici à l’Empire romain qui avait effectivement conquis et dominé les territoires mentionnés. NdT.

[2Sheikh Muhammad Al-Ghazâlî fait sans doute allusion ici à la Révolution arabe au cours de laquelle un certain nombre de chefs arabes se révoltèrent contre le pouvoir central ottoman, avec l’appui de la puissance britannique. NdT.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.