Français | عربي | English

Accueil > Le Noble Coran > Introduction aux sourates du Coran > Sourates 101 à 114 > Sourate Al-Kâfirûn (Les Mécréants)
Introduction aux sourates du Coran
Section : Sourates 101 à 114

Sourate Al-Kâfirûn (Les Mécréants)

mercredi 25 juillet 2001

Nom

La sourate tire son nom du mot al-Kafiroun cité dans le premier verset.

Période de Révélation

Nos maîtres `Abd Allâh Ibn Mas`ûd, Al-Hasan Al-Basrî et `Ikrimah, affirment que cette sourate est mecquoise, alors que notre maître `Abd Allâh Ibn Az-Zubayr dit qu’elle est médinoise. Notre maître `Abd Allâh Ibn `Abbâs et Qatâdah rapportent deux points de vue différents : le premier étant qu’il s’agit d’une sourate mecquoise et le second étant qu’il s’agit d’une sourate médinoise. Cependant, selon la majorité des commentateurs, il s’agit d’une sourate mecquoise. Le sujet lui-même, d’ailleurs, indique que c’est une révélation mecquoise.

Contexte Historique

C’était à l’époque où malgré une tempête d’oppositions, à La Mecque, soulevée dans la société païenne des Quraysh à l’encontre du message de l’islam prêché par le Saint Prophète — paix et bénédictions sur lui —, les chefs Qurayshites n’avaient pas encore perdu l’espoir d’atteindre une sorte de compromis avec lui. Par conséquent, de temps en temps, ils lui rendaient visite avec différentes propositions de compromis afin qu’il en accepte une et que le différend entre eux se termine enfin. En rapport avec ces événements, de nombreuses traditions ont été mentionnées dans les hadiths.

Selon notre maître `Abdullah Ibn `Abbâs, les Qurayshites dirent au Saint Prophète : " Nous te donnerons tellement de richesses que tu deviendras l’homme le plus riche de La Mecque ; nous te donnerons n’importe laquelle des femmes qui te plaisent en mariage ; nous sommes prêts à te suivre et à t’obéir comme notre chef, à la seule condition que tu ne dises pas de mal de nos dieux. Si cela ne te convient pas, nous te ferons une autre proposition qui sera aussi bien à ton avantage qu’au nôtre. " Quand le Saint Prophète demanda en quoi elle consistait, ils dirent que s’il adorait leurs dieux, Al-Lât et Al-`Uzzâ, pendant un an, ils adoreraient son Dieu pour le même laps de temps. Le Saint Prophète dit : " Attendez un instant ; laissez-moi voir ce que mon Seigneur ordonne à ce sujet. " C’est alors que la révélation descendit : " Qul yâ-ayyuha-l-Kâfirûn… " ("Dis, ô vous les mécréants") et : " Qoul afa-ghair Allahi… " (Az-Zoumar:64) : " Dis leur:peuple ignorant !M’ordonnez-vous d’adorer d’autres divinités qu’Allah ? " (Ibn Jarîr,Ibn Abî Hâtim, At-Tabarânî). Selon une autre tradition de Ibn `Abbâs, les Quraysh dirent au Saint Prophète : " Ô Muhammed, si tu embrasses nos dieux, les idoles, nous adorerons ton Dieu. " Suite à cela, la sourate a été révélée. (`Abd Ibn Humayd)

Sa`îd Ibn Minâ (l’esclave affranchi d’Abû Al-Bakhtari) a raconté qu’Al-Walîd Ibn Al-Mughîrah, Al-`Âs Ibn Wâ’il, Al-Aswad Ibn Al-Muttalib et Umayyah Ibn Khalaf rencontrèrent le Saint Prophète — paix et bénédictions sur lui — et lui dirent : " Ô Muhammad — paix et bénédictions sur lui — , convenons que nous adorerons ton Dieu et que tu adoreras nos dieux, et nous ferons de toi un associé dans toutes nos affaires. Si ce que tu as apporté est meilleur ce que nous possédions, nous nous y associerons avec toi et nous aurons notre part ; et si ce que nous possédons est meilleur que ce tu as apporté, tu seras un de nos associés et tu auras également ta part. " Alors Allâh fit descendre : " Qul yâ ayyuha-l-kâfirûn… " (Ibn Jarîr, Ibn Abî Hâtim, Ibn Hishâm a également rapporté cet incident dans la Sîrah).

Wahb Ibn Munabbih narre que les Qurayshites avaient dit au Messager d’Allah : " Si tu le veux, nous embrasserons ta croyance pendant une année et tu embrasseras notre croyance pendant une année . "(`Abd Ibn Humayd, Ibn Abî Hâtim).

Ces traditions montrent que les Quraysh ne s’étaient pas contentés de faire ces propositions au Saint Prophète une seule fois lors d’une assemblée en particulier, mais à différents moments et en différentes occasions. Et il était nécessaire de leur donner une réponse définitive et tranchée afin que leur espoir d’accord avec le Prophète selon le principe du " donnant-donnant" soit frustré à jamais.

Thème et sujets abordés

Si la sourate est lue avec ce contexte à l’esprit, on comprend alors qu’elle a été révélée non pas pour prêcher la tolérance religieuse comme nombreux semblent le penser aujourd’hui ; mais afin d’exonérer les musulmans de la religion des mécréants, de leurs rites d’adoration et de leurs dieux ; afin d’exprimer leur dégoût total et leur insouciance vis à vis d’eux ; et afin de leur dire que l’Islam et le kufr (la mécréance) n’avaient rien en commun et qu’il était impossible de les combiner et de les mélanger en une entité. Bien qu’au début, elle s’adressait aux Quraysh mécréants en réponse à leurs propositions de compromis, elle ne se limite pourtant pas à eux seuls. Faisant partie du Coran, cette sourate inculque aux musulmans l’enseignement éternel d’Allâh selon lequel ils doivent s’affranchir à travers leurs mots et leurs actions des principes du kufr, et ce quels que soient l’endroit et la forme. Ils doivent déclarer sans aucune réserve qu’ils ne peuvent faire aucun compromis avec les mécréants en matière de foi. C’est pourquoi cette sourate a continué à être récitée après la mort et l’oubli des gens auxquels elle était adressée comme une réplique ; les musulmans croyants au moment de sa révélation continuèrent à la réciter, et les musulmans la récitent encore des siècles après leur disparition, car l’expression de dégoût et la dissociation du kufr et de ses rites est une exigence perpétuelle de la Foi.

En ce qui concerne l’estime en laquelle le Saint Prophète — paix et bénédictions sur lui — tenait cette sourate, on peut en juger par les quelques hadiths suivants :

Notre maître `Abd Allâh Ibn `Umar (puisse Allah être satisfait de lui) a rapporté qu’à plusieurs reprises, il entendit le Saint Prophète réciter la sourate "Qul yâ ayyuha-l-kâfirûn" (la présente sourate) et "Qul huwa Allâhu ahad" (sourate 112) dans les deux rak`ahs précédant la prière prescrite de Fajr et dans les deux rak`ahs suivant la prière precsrite de Maghrib. Plusieurs traditions sur ce sujet avec une petite variation dans la formulation ont été narrées par les Imâms Ahmad, At-Tirmidhî, An-Nasâ’î, Ibn Mâjah, Ibn Hibbân, Ibn Mardaweih selon Ibn `Umar.

Notre maître Khabbâb dit : " Le Saint Prophète — paix et bénédictions sur lui — me dit : " Quand tu t’allonges dans ton lit avant de dormir, récite "Qul yâ ayyuha-l-Kâfirûn. ", et c’était justement l’habitude du Prophète ; quand il s’allongeait pour dormir de réciter cette sourate. "( Al-Bazzâr, At-Tabarânî, Ibn Mardaweih)

Selon Ibn `Abbâs, le Saint Prophète — paix et bénédictions sur lui — disait aux gens : " Voulez-vous que je vous dise une parole qui vous protégera du polythéisme ? Il suffit de réciter "Qul yâ ayyuha-l-Kâfirûn" quand vous vous apprêtez à dormir. "(Abû Ya`lâ, At-Tabarânî) Notre maître Anas dit que le Saint Prophète dit à notre maître Mu`âdh Ibn Jabal : " Récite Qul yâ ayyuha-l-Kâfirûn au moment d’aller dormir, car c’est une immunité contre le polythéisme. " (Al-Bayhaqî dans Ash-Shu`ab)

Fardah Ibn Nawfal et `Abd Ar-Rahmân Ibn Nawfal ont tout deux déclaré que leur père Nawfal Ibn Mu`âwiyah Al-Ashja`î, dit au Saint Prophète — paix et bénédictions sur lui — : " Enseigne-moi quelque chose que je puisse réciter en me couchant. " Le Saint Prophète répondit : " Récite "Qul yâ ayyuha-l-Kafiroun" jusqu’à la fin et puis dors, car c’est une immunité contre le polythéisme. " (Musnad Ahmad, Abû Dâwûd, At-Tirmidhî, An-Nasâ’î, Ibn Abî Shaybah, Al-Hâkim, Ibn Mardaweih, Al-Bayhaqî dans Ash-Shu`ab). Notre maître Jabalah Ibn Hârithah, le frère de notre maître Sa`îd Ibn Hârithah avait fait une requête similaire au Saint Prophète et il lui donna la même réponse. Musnad Ahmad, At-Tabarânî)

P.-S.

Traduit de l’anglais du site de l’association des étudiants musulmans de l’USC.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.