Français | عربي | English

Accueil > Le Noble Coran > Introduction aux sourates du Coran > Sourates 91 à 100 > Sourate Al-`Âdiyât (Les coursiers)
Introduction aux sourates du Coran
Section : Sourates 91 à 100

Sourate Al-`Âdiyât (Les coursiers)

lundi 28 janvier 2002

Nom

La sourate tire son nom, Al-`Âdiyât (les coursiers), du mot qui l’entame.

Période de la Révélation

Son caractère mecquois ou médinois est controversé. Nos maîtres Abdullâh Ibn Mas`ûd, Jâbir, Al-Hasan Al-Basrî, `Ikrimah et `Atâ’ affirment qu’elle est mecquoise alors que nos maîtres Anas Ibn Mâlik et Qatâdah disent qu’elle est médinoise. Deux opinions ont été rapportées de notre maître Ibn `Abbâs. Selon la première, la sourate serait mecquoise, alors que selon la seconde elle serait médinoise. Toutefois, le thème de la sourate et son style indiquent clairement que cette sourate est non seulement mecquoise, mais qu’en plus elle fut révélée à la toute première étape de la période mecquoise.

Thème

Cette sourate vise à faire réaliser aux gens à quel point l’homme devient mauvais lorsqu’il renie l’Au-Delà ou lorsqu’il est insouciant à son égard. Elle vise également à les avertir du fait que dans l’Au-Delà, non seulement les œuvres apparentes et visibles seront scrutées, mais aussi les secrets cachés au plus profond de leur cœur.

Pour cela, le chaos général et la confusion, qui prévalaient en Arabie et qui avaient plongé toute la région dans le trouble, furent présentés en guise d’argument. Effusions de sang, pillages et attaques étaient monnaie courante. Les tribus était exposées aux expéditions des autres tribus et nul ne pouvait dormir en paix le soir, de peur de subir une expédition par une tribu ennemie, tôt le matin.

Tout arabe était conscient de l’état des choses et pensait que cela n’était guère correct. Certes celui qui était pillé pleurait sa misère et sa condition désolante et celui qui a réalisé le pillage s’en réjouissait. Mais lorsque ce dernier, à son tour, était pillé, il réalisait combien abjecte était devenue l’état de toute la nation. En faisant référence à cet état précis, il est dit : inconscient de la vie de l’Au-Delà et du fait qu’il rendra des comptes à Dieu, l’homme devint ingrat à l’égard de son Seigneur et son Secoureur. Il use du pouvoir et des facultés que Dieu lui a accordés pour perpétrer la tyrannie et le pillage. Aveuglé par l’amour de la richesse de l’ici-bas, il tente de l’acquérir par tous les moyens, même les plus malhonnêtes et les plus répugnants. D’ailleurs, son état même témoigne que, en abusant des pouvoirs que son Seigneur lui accordés, il agit en toute ingratitude envers Lui. Il n’aurait jamais agi ainsi, s’il savait l’Heure à laquelle les morts sortiront de leur tombe, le Jour où les motifs et les intentions avec lesquels il a fait toutes ses œuvres sur terre seront exposés aux yeux de tous. A ce moment, le Seigneur et le Secoureur des hommes fera connaître à chacun la récompense ou le châtiment qu’il aura mérité.

P.-S.

Traduit de l’anglais du site de l’association des étudiants musulmans de l’USC.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP |
© islamophile.org 1998 - 2019. Tous droits réservés.

Toute reproduction interdite (y compris sur internet), sauf avec notre accord explicite. Usage personnel autorisé.
Les opinions exprimées sur le site islamophile.org sont celles de leurs auteurs. Exprimées dans diverses langues étrangères, ces opinions sont mises à la portée des lecteurs francophones par nos soins, à des fins d'information, de connaissance et de respect mutuels entre les différentes cultures et religions du monde.